Soutenance de Stéphanie Cirac

Al’fred Ljudvigovič Bem. De Saint-Pétersbourg à Prague : parcours d’un philologue russe en exil (1908-1945)

lundi 15 novembre 2021, à 14 heures, à l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris.

Le jury est composé de :

Mme Sophie Cœuré, professeure à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, rapporteuse.

Mme Catherine Depretto, professeure à Sorbonne Université, directrice de thèse.

Mme Luba Jurgenson, professeure à Sorbonne Université.

M. Xavier Galmiche, professeur à Sorbonne Université.

M. Michel Niqueux, professeur émérite de l’Université de Caen.

M. Miloš Zelenka, professeur à l’Université Masaryk de Brno, rapporteur.

Les travaux d’Al’fred Bem, notamment autour de l’œuvre de Dostoïevski, ont été redécouverts après des décennies de silence. Né en 1886 à Kiev, le philologue et historien de la littérature fut un acteur notable de la scène scientifique russe à l’aube de la révolution, avant de devenir un savant en exil. Ce passage, son contexte et la façon dont il a marqué le parcours de Bem, est au cœur de notre recherche. Doit-on y voir une rupture ? Les révolutions de Février puis d’Octobre, la guerre civile sont venues infléchir la trajectoire du jeune savant avant de mener à son exil. Kiev, Petrograd, Varsovie, Prague : son parcours porte aussi la marque des villes qu’il traverse. 

À Varsovie, Bem collabore au journal de Savinkov (Svoboda / Za Svobodu) ; à Prague, il se fait connaître comme spécialiste de Dostoïevski, lecteur de russe à l’Université Charles, rejoint le Cercle linguistique. Son éloignement géographique des premiers cercles académiques où il s’est formé se répercute sur ses travaux qui évoluent, autour de nouveaux sujets mais aussi dans différents domaines et genres – articles de journaux ou scientifiques, essais, correspondance. La mise en perspective de ces écrits fait ressortir la façon dont ils s’enchâssent et se complètent. Ce faisant, elle permet de saisir l’évolution du parcours accidenté d’un savant ainsi que le réseau de connaissances et de collaborations qu’il traverse. Se dessine alors un espace scientifique, qui s’est déployé dans l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres, dans une discipline particulière, la slavistique.  

Retracer le parcours d’un philologue en exil, reliant histoires particulière et commune, évoquer les silences qui ont entouré ce parcours, c’est un moyen de revenir sur l’histoire de son milieu scientifique en exil, ou plus largement celle de la slavistique européenne. Il s’agit aussi de s’interroger sur ce qui peut faire récit dans ce parcours en observant comment, dans la biographie intellectuelle d’un savant, s’articulent différentes dimensions – personnelle, scientifique et politique. 

Mots-clés : slavistique ; histoire des sciences ; Al’fred Bem ; Académie des sciences de Russie ; Université Charles ; Université allemande de Prague ; bibliothèques ; révolution ; exil ; Russie de l’étranger ; littérature russe ; littérature et psychanalyse ; formalisme ; cercle linguistique de Prague ; Dostoïevski ; Tolstoï ; Pouchkine ; littérature de l’exil

Séminaire doctoral  « Les périphéries dans les arts et les littératures : langues, personnages et espaces »

labos junior Élans, ERjilS, Passage, Sorbonne Université, ED 020

Organisé par Virginie Adam, Naïma Berkane, Nicola Brarda et Laura Maver

Centre Malesherbes


18/11/2021


La représentation des espaces périphériques dans la littérature et dans les arts


Séance animée par Lana Kupiec, Passage :

   Pour notre première séance sur le concept de périphérie, nous allons explorer les espaces périphériques dans la littérature et les arts. Commencer notre cycle de séminaires en abordant la périphérie, qui est d’abord un concept spatial, du point de vue géographique nous permettra de déboucher sur des concepts et problématisations fécondes pour les autres séances de notre cycle.

– Réfléchir à la périphérie nous conduira à interroger des concepts connexes : la frontière, la marge, le centre, l’idée de littératures ou pratiques artistiques dites mineures dans la littérature mondiale.

– La périphérie se définit avant tout par rapport à un centre, dans un rapport de hiérarchie entre le centre, qui est en général unique, et les périphéries, qui peuvent être multiples.

– Ce binôme centre / périphérie peut se jouer à plusieurs échelles : à l’échelle d’une ville (ville/ banlieues), à l’intérieur d’une région, dans un pays (capitale/province), ou à l’échelle du monde (l’Occident et l’Europe faisant traditionnellement figure de centre).

   Nous nous interrogerons sur les rapports entre l’Europe de l’Ouest et les « autres » Europes « périphériques », la place des littératures venues de ces régions « excentrées » en Europe sur lesquelles nous nous penchons dans nos laboratoires respectifs.

– Ainsi, on peut s’intéresser à la représentation des espaces périphériques de différentes manières :
→la représentation des périphéries du point de vue du centre ; les périphéries comme « ailleurs », contrepoints au centre, qui permettent de définir le e centre.
→ la représentation des périphéries du point de vue des périphéries elles-mêmes ; recentrer les périphéries dans l’œuvre d’art, voir comment les périphéries peuvent être elles-mêmes le centre de cultures marginalisées ou considérées comme mineures par rapport au centre.
→ Au sein de la littérature mondiale, littératures ou pratiques artistiques dites « mineures », elles-mêmes périphériques (exemple : dans les littératures scandinaves ou d’Europe de l’Est, périphériques en Europe ; au sein de l’Empire russe ou de l’Empire austro-hongrois, les littératures produites par des membres des communautés dominées ; au sein des Empires coloniaux, les littératures produites par les peuples colonisés).

   Afin de réfléchir à ces questions, seront particulièrement éclairantes les théories qui, depuis les années 1970, remettent en cause cette hiérarchisation du binôme centre / périphérie : les études post-coloniales, la pensée rhizomatique de Deleuze et Guattari, ou la pensée de la relation et le « Tout-Monde » d’Édouard Glissant, qui mettent en avant les idées de réseaux, de connexions multiples et de mouvements entre les espaces.

 

Raphaël Jamet, Élans
Titre de la communication : « Penser et créer la périphérie comme espace : études de cas de quelques groupes autour d’Asger Jorn (1914-1973) »

   A travers trois cas significatifs tirés des groupes, des œuvres et des écrits d’Asger Jorn, artiste danois du XXe siècle (Cobra, l’Institut Scandinave de Vandalisme Comparé et la stratégie éditoriale de l’artiste), nous traverserons les différents enjeux, rapports de force et tensions qui existent lorsque l’on considère les cultures, les langues et les pays dans leurs rapports spatiaux entre centre et périphérie. Comment concilier avant-garde cosmopolite, valorisation de sa propre culture sans verser dans le nationalisme et langue peu courante.

Agnès Thomas-Myara, Passage
Titre de la communication : « La notion de périphérie à travers les églises en bois (cerkiew) et les icônes du sud-est de la Pologne, en pays łemki (Łemkowszczyzna) »

   Cette communication sera l’occasion de présenter la notion de périphérie à travers l’exemple de la minorité łemki (sujet de mon travail de recherche). Nous découvrirons cette notion par le prisme des églises en bois orientales et des icônes, parties intégrantes de l’identité de cette minorité et aussi témoin du brassage historique qui l’a traversée.

Nicola Brarda, ERjilS
Titre de la communication : « Imaginer et figurer la périphérie, du texte à l’image : la périphérie italienne de Non ho mai avuto la mia età d’Antonio Dikele Distefano à la série Zero »

   Le parcours d’Antonio Dikele Distefano commence comme un phénomène littéraire : celui d’un jeune auteur passé de l’autopublication à la maison Mondadori et dont les romans, centrés sur le vécu difficile d’italiens de deuxième génération et adressés à un public adolescent, figurent au sommet des ventes en Italie depuis 2015. Un parcours d’autant plus insolite si l’on considère les fortes difficultés des premiers auteurs dits de deuxième génération (Igiaba Scego, Jadelyn Mabiala Gangbo, Gabriella Kuruvilla) à s’insérer dans le marché éditorial italien vingt ans plus tôt, au début des années 2000.
   Depuis, l’écrivain est aussi devenu un acteur central de la scène rap italienne comme co-fondateur et directeur du magazine de musique urbaine Esse magazine, avant de lancer l’an dernier la série télévisée Zero (co-écrire avec Menotti) sur Netflix, inspirée librement de son roman Non ho mai avuto la mia età publié en 2018.
Pourtant, l’écart entre ce roman qui raconte l’histoire d’un jeune italien d’origine angolaise surnommé “Zero”, sa vie dans un quartier périphérique de Ravenne et son expérience du racisme en Italie, et la série du même nom située à Milan est considérable : comment expliquer un tel changement de décor, de ville, et d’appréhension de la ville ? C’est sur ces questions, et sur ce qu’elles impliquent quant à la création d’un imaginaire mainstream de la périphérie en Italie, que nous focaliserons notre intervention.

 

15/11/2021

Le personnage périphérique

 

Séance animée par Aida Čopra et Silvia de Min, ERjilS :

Cette séance abordera la notion de personnage périphérique dans le domaine de littérature et/ou de dramaturgie. La notion de personnage périphérique sera analysée à travers quelques questions fondamentales :

Le personnage :
Comment peut-on définir un personnage périphérique ?
Comment exprime-t-il la voix de la marginalité dans un assemblage des aspects biologiques, culturels et sociaux ?
Le personnage périphérique est-il un personnage « inapte » ?
Le personnage périphérique peut-il être ‘traditionnel’ ?

L’auteur :
Les personnages périphériques relèvent-ils de l’univers de leurs auteurs / dramaturges / metteurs en scène ?
Décrire/représenter un personnage périphérique signifie-t-il parler d’un auteur engagé ?

La perception du personnage :
De quelle manière le lecteur / le spectateur perçoit-il le personnage périphérique ?
Dans quelle mesure le personnage périphérique peut-il incarner un effet de distanciation compris dans l’optique de l’étrangisation de V. Sklovskij Comment l’art peut-il contribuer à la création d’une communauté consciente et active face à la réalité de la périphérie ?

 

Astrid Greve Kristensen, Passage
Titre de la communication : « Orphans: Wolf Children; Agents of Change? The Orphan as a Peripheral Character in the Fiction of Jáchym Topol (b. 1962) »

In my presentation I will be discussing the literary orphan as a peripheral character. We can consider the orphan as a peripheral character in several ways, as it is typically pushed to live in the margins both geographically and socially. The dissolution of family structure immediately sets the orphan apart both concretely and philosophically from the normative child,yet this dissolution may carry with it positives as well as the expected negatives. The child’s point of view in fiction is frequently considered estranging for an adult reader, but the orphan pushes this even further, as the orphan is often through their marginalization also forced into situations that are not common or normative for children. This marginalization creates a displacement where the point of view of an orphan narrator often has an effect a la Sklovskij’s notion of estrangement. However, I will also show that through my research of contemporary Czech fiction, notably the novels of Jáchym Topol, we can see the orphan as a character of liminality that is filled with the potential of transformation and subversion of myths, traditions, and restrictive considerations on heritage. After a general discussion of the orphan as a potential peripheral (yet classic!) character, I will showcase the commingling of modern history, fairy tales, forest landscapes and other mystical/magical notions that in fact charges the orphan with great transformative power.

 

Alessandra Ballotti, Élans
Titre de la communication : « Les héros périphériques du Nord en circulation culturelle »


(Séance supplémentaire le 13/12/2021)

Claudia Dell’Uomo D’Arme, ERjilS
Titre de la communication : « Le corps-frontière de MDLSX: queering l’absence sur scène »

La troupe italienne de Motus, active depuis une vingtaine d’années sur les plateaux européens et internationaux, atteint une importante évolution dramaturgique lorsqu’elle présente en 2015 le projet de MDLSX. Au fil des derniers cinq ans, cette pièce a conquis l’intérêt du milieu théâtral expérimental, surtout en ce qui concerne les rapports entre la représentation du réel sur scène et les études de genre au sens large. Le texte, le décor, les mouvements de la « machinerie corporelle » de MDLSX ont été conçus à partir d’une adaptation très originale de différentes sources littéraires, philosophiques, musicales ; entre autres, le groupe de Motus s’approprie d’extraits du roman de J. Eugenides Middlesex, de morceaux rock-punk de Yeah YeahYeahs, Radiohead, Placebo, ou encore de concepts issus des théories féministes tels que le sujet nomade de R. Braidotti, la vulnérabilité inter-subjective de J. Butler, l’hybridation cyborg de D. Haraway ainsi que la désidentification de P. B. Preciado.
La pièce de MDLSX, entièrement construite sur, et pour, le corps de l’actrice Silvia Calderoni, vise à de-construire tout discours héteronormatif qui semble pétrifier le-s sujet-s contemporains « dans une immobilité sémantique ». Par une voix de dénonciation liant le politique aux statuts identitaires actuel.le.s, Calderoni éviscère et queer la sexualité binaire alors qu’elle incarne à la fois la jouissance et l’incommunicabilité vécues par les sujets intersexués.
Grâce au récit intime de Calderoni, la pièce de Motus fait face, in medias res, à la problématique de l’invisibilité, du silence, voire de l’absence de certaines catégories épistémologiques au sein des nos structures relationnelles, parmi les individu.e.s. Sur le plateau, la traversée biographique de « Silvia l’androgyne», se déclenche à partir de ce vide, de ce creux oscillant entre les lieux politiques et les liaisons affectives.
Motus arrive à transformer cette absence – si lourde et si « inascoltata », en organisme évolutif, multiple et pluriel qui dit, avec les pièces d’un corpus dé-membré, une figuration autre, et autrement exprimée, de la condition humaine.
Effectivement, l’actrice anime toute seule l’espace du jeu tandis qu’elle performe un monologue activant une parole hybride, composée par plusieurs dispositifs de utterance ; des platines de DJ aux pulvérisations de peinture, du système vidéo aux installations poly-matière, le langage de MDLSX se fait manifeste d’un flux de conscience actualisé à l’heure des années 0.
Avec cette communication, on vise à questionner les aspects esthétiques qui, à travers le geste théorique deMotus dont Calderoni interprète la parole idéologique, évoquent dans l’espace-théâtre la souffrance, le travail, la lutte d’une communauté nouvelle. Ce nouveau corps collectif, réfracté par les questions d’ordre socio-idéntitaires les plus actuelles, se veut exposition troublante, et troublée, de corps polyphoniques morcelé.e.s et situé.e.s., habitant le paradoxe d’une im-matérialité du vivant.

 

29/11/2021


Traductions, circulation des textes et transferts culturels

 

Séance animée par Virginie Adam, Élans


Laura Maver, ERjilS
Titre de la communication : « La traduction transféministe: décentrer le regard sur le straight. Traduire La Gaia critica de Mario Mieli. »


Lola Sinoimeri, Passage
Titre de la communication :  « L’albanais et l’italien dans l’œuvre de l’écrivaine Elvira Dones »

Ateliers du labo junior 2021/2022

animés par Naïma Berkane et Agnès Thomas-Myara

 

24/11/2021


Velimir Mladenović, Université de Novi Sad, Université de Poitiers

Titre de la communication : « Louis Aragon et son transfert culturel serbe »

Dans ma communication je présenterai les liens entre Louis Aragon et les poètes et intellectuels serbes, la présence de la culture et de la littérature serbes dans l’œuvre de cet écrivain et le transfert culturel mutuel qui en découle. Pour une connaissance approfondie de la présence d’Aragon sur les marges du milieu serbe, nous nous penchons également sur la réception de ses œuvres et sur son influence directe sur les auteurs serbes dans la période de l’entre-deux-guerres.

Jana Bartůňková  

Titre de la communication : « Pëtr Bogatyrëv et le théâtre : l’homme et la recherche à l’arrière-plan »

Pëtr Bogatyrëv (1893 – 1971), ethnographe, spécialiste du folklore, membre fondateur du Cercle linguistique de Moscou, membre fondateur du Cercle linguistique de Prague, traducteur en russe des célèbres Aventures du brave soldat Švejk. On lui donne beaucoup d’attributs. Il est sans doute homme polyvalent. Et en plus, il est grand connaisseur en théâtre. Ses contemporains témoignent que le théâtre est la passion de toute sa vie. Tout le monde en est d’accord ; c’est écrit dans quasiment tous les textes sur lui. Pourtant son œuvre (y compris le travail sur le théâtre populaire) est étudié avant tout dans le contexte de l’ethnographie. Dans la présente intervention nous allons développer les arguments qui nous mènent à l’hypothèse que nos connaissances actuelles de Bogatyrëv – spécialiste en théâtre – ne sont complètes et exhaustives.

1/12/2021

Cristelle Pattu-Koczorowski

Titre de la communication : « Oskar Rabine : l’illustration d’un peintre non-officiel, les années soviétiques. »

Notre étude portera sur l’artiste peintre Oskar Rabine (1928-2018) de la mort de Staline en mars 1953 jusqu’au milieu des années 70. Il s’agira d’appréhender les notions d’artiste et d’art non-officiel à travers le prisme d’Oskar Rabine au sein du régime totalitaire de l’Union-Soviétique face à celles de l’artiste officiel et de l’art officiel issues chacune du réalisme socialiste.

Pour quelles raisons devient-on un artiste peintre non-officiel dans l’URSS des années 50, quel a été le contexte politique et social pour Rabine ?
Nous examinerons pourquoi sa peinture a pu être qualifiée de non-officielle par les autorités soviétiques au regard de son œuvre picturale et nous tenterons de répondre à la question suivante : Rabine était-il un peintre social en cherchant à « esthétiser la pauvreté » de la réalité de la société soviétique contemporaine ?
Comment Rabine de simple artiste non-officiel est-il devenu le leader d’un groupe d’artistes moscovites, appelé groupe de Lianozovo, dans le courant des années 50, puis finit par être la figure de proue des artistes non-officiels en Union Soviétique en 1974 ?

Enfin, l’exemple de Rabine, nous conduira à nous interroger sur la nécessité impérieuse de l’artiste non-officiel de braver les autorités politiques en réalisant des « actions » comme des expositions illicites pour assurer tant sa survie que celle de sa liberté de création.

L’artiste doit-il être jusqu’auboutiste dans sa posture de défenseur de la liberté artistique en défiant un État politique répressif quitte à mettre sa vie en péril ou doit-il se résoudre à un exil douloureux pour justement garantir la pérennité de son œuvre comme sa liberté de création ?

Mots-clés : art non-officiel soviétique ; dissidence ; expositions clandestines ; répression politique des artistes


Kevin Kalamperović

Titre de la communication : « Les artistes yougoslaves de l’École de Paris au XXe siècle »

En 1925, le critique d’Art André Warnod emploie l’expression « École de Paris » pour la première fois pour désigner l’ensemble des artistes étrangers arrivés au début du XXe siècle à Paris. A partir de 1900 jusqu’en 1939 plusieurs générations d’artistes étrangers affluent dans la ville lumière. Beaucoup d’entre eux sont originaires d’Europe centrale et orientale. Tous ces artistes viennent chercher à Paris des conditions plus favorables à l’épanouissement de leur art, la liberté d’expression et la rencontre de nouvelles cultures. Parmi eux se trouvent les artistes provenant de ce nouvel état européen appelé la Yougoslavie. Après la Seconde Guerre Mondiale, Paris redevient la Capitale des arts et attire à nouveau les artistes du monde entier. Le concept d’École de Paris s’est élargi, l’expression de « Nouvelle École de Paris » ou « Seconde École de Paris » est gardée pour continuer de désigner ces nouveaux représentants. L’École de Paris ne désigne pas un courant artistique. Elle rassemble tous les artistes ayant contribué à faire de Paris le foyer de la création artistique de 1900 jusque dans les années 1960-70. Pendant tout ce XXe siècle, Paris connait un bouillonnement des avant-gardes artistiques, et les frontières ne comptent plus. Paris sera le centre d’expériences nouvelles pour devenir un laboratoire de l’Art international. Pour cette intervention, je ferai un point concernant l’inventaire réalisé lors de cette premier année de thèse de tous ces artistes yougoslaves, plus de cinq cents qui ont séjourné ou vécu à Paris de Nadežda Petrović, Marko Čelebonović à Dado, Vladimir Véličković. Aussi les raisons pour lesquelles j’ai décidé d’aborder mon sujet de cette manière et les difficultés rencontrées.

26/01/2022

séance programmée par Lorène Ehrmann et modérée par Marie-Christine Autant-Mathieu

Marie-Christine Autant-Mathieu est directrice de recherche CNRS émérite (Arts du spectacle) et membre de l’UMR Eur’ORBEM.

Catherine Géry, INALCO

Titre de la communication : « La violence a-t-elle un visage de femme ? “Lady Macbeth du district de Mtsensk” de Chostakovitch sur les scènes contemporaines (Bertman, Kušej, Tcherniakov, Warlikowski) »



La nouvelle de Nikolaï Leskov La Lady Macbeth du district de Mtsensk, qui met en scène la première « tueuse en série » de la littérature russe, a connu depuis sa parution en 1865 de nombreuses adaptations à travers des media très divers : poésie, théâtre, arts plastiques, cinéma, opéra. C’est peut-être l’opéra qui a le mieux révélé la violence sociale et surtout sexuelle présente dans le texte de Leskov à l’état de latence. Dans sa version « féministe » – et profondément ambivalente – de La Lady Macbeth de Mtsensk en 1934, Dmitri Chostakovitch tente cependant de donner à la violence sexuelle une signification très différente de celle qu’elle avait dans l’œuvre source, substituant à la hantise des ténèbres de la sexualité féminine propre au siècle de Leskov une dénonciation des rapports homme-femme en Russie tsariste et un plaidoyer en faveur de l’émancipation des femmes. Les interprétations de l’opéra de Chostakovitch sur les scènes européennes au XXIe siècle (par des metteurs en scène tous masculins : Dmitri Bertman en 2000, Martin Kušej en 2006, Dmitri Tcherniakov en 2008, Krzysztof Warlikowski en 2019), marquées par une exhibition de la violence physique et/ou politique, oscillent quant à elles entre goût pour le spectacle scandaleux (à la fois érotique et sanglant) et nouvel engagement féministe. Ces versions contemporaines de « l’affaire Lady Macbeth » sont autant de commentaires plus ou moins radicaux sur la charge subversive de la figure de femme criminelle créée par Leskov, sa dimension cathartique mais aussi ses manipulations idéologiques. 

Catherine Géry est professeure de littérature et de cinéma russes à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) et directrice du Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE).


Lorène Ehrmann                                                                       

Titre de la communication : « L’adaptation pour l’opéra de Cœur de chien de Mikhaïl Boulgakov par Alexander Raskatov (compositeur), Cesare Mazzonis (Librettiste) et Simon McBurney (metteur en scène) »

Dans le Moscou des années 1920, un chien des rues croise le chemin d’un éminent professeur qui fera de lui un humain malgré lui. Mikhaïl Bulgakov écrit la nouvelle Cœur de chien en 1925. Immédiatement interdite, elle ne paraitra en URSS qu’en 1987, dans la revue Znamia. Ce récit fantastique et satirique a, depuis, fait l’objet de plusieurs adaptations au théâtre et au cinéma. Le compositeur russe Alexander Mikhaïlovitch Raskatov a, quant à lui, composé un opéra dont la première a eu lieu en 2010 à l’Opéra d’Amsterdam. Grand mélomane, Bulgakov fait de nombreuses références à l’opéra tout au long de la nouvelle. Cela rend son adaptation sous forme opératique à la fois naturelle et problématique : Comment restituer le riche décalage que crée l’intrusion de l’opéra dans la littérature à l’intérieur d’une forme purement opératique ? Comment faire entendre les citations et les allusions à d’autres compositeurs dans la nouvelle partition ? J’aborderai ces questions en m’appuyant sur la partition d’Alexander Raskatov, le livret de Cesare Mazzonis, des extraits du spectacle mis en scène par Simon McBurney et les entretiens que j’ai eu la chance d’avoir avec le compositeur.

2/02/2022

séance programmée et modérée par Astrid Greve Kristensen

Rose Joy Smith, Charles University & University of Groningen                                   

Titre de la communication : « Usable Pasts in Museums of Communism »

This presentation focuses on the crossroads of identity and history in Poland and the Czech Republic. It aims to understand how the history of Communism is used in the creation of different levels of identity. First, it identifies three trends in the representation of the Communist-era in museums, namely Communism as foreign, terror, and nostalgia. The three trends are then analyzed according to their usable past. These usable pasts are divided into three levels of identity: city, nation, and Europe. It uncovers how the history of Communism is reconstructed to serve the needs of different levels of collectives.

 

Agnieszka Sobolewska, Sorbonne University & Warsaw University                         

Titre de la communication : « Theories and Practices of Shadow Psychoanalysis in Poland: The Case of Aleksander Oszacki and Piotr Odmieniec Wlast (Maria Komornicka)»

In the history of Polish literary history, the case of the modernist writer Piotr Odmieniec Włast (Maria Komornicka) has exposed the struggles and aporias which have been present in Polish literary science for the recent three decades. It is no coincidence that one of the most commonly asked questions in research on Włast’s work concerned the issue of the poet’s gender transgression. Paradoxically, the search for “the truth” on Maria Komornicka’s transition into Piotr Włast eclipsed the problem of the cultural dimension of psycho-medical literature in Włast’s times. In order to continue to expand our understanding of the cultural history of non-normative sexuality and “the doubting sex,” it is worth to return to the historical moment when psycho-medical literature took shape – a process which was closely tied to Włast’s biography. In this chapter, I will treat sexological knowledge of the turn of the nineteenth and twentieth century as a result of dynamic interactions between the language of medical sciences, psychology, philosophy and literary discourses as well as life-writing. With the question on the changing social and discursive conditions in which the desires of historical subjects are constructed as my point of departure, my aim is to revisit the very dynamics of psycho-medical writing which made such constructions possible at all.

 

05/04/2022

Séance discutée par les enseignants chercheurs Mateusz Chmurski et Clara Royer

Agnieszka Sobolewska, Sorbonne Université, Warsaw Université

Titre de la communication : «  Théories et pratiques de la psychanalyse en Europe centrale avant 1939: vers un langage affective, transnational et interdisciplinaire »

Cette intervention sera consacrée à une présentation synthétique des résultats de ma thèse doctorale sous le titre Theories and Practices of Psychoanalysis in Central Europe: Sigmund Freud-Sándor Ferenczi-Georg Groddeck. Dans mon projet j’aborde la question de la spécificité de la théorie freudienne et de la pratique psychanalytique en Europe centrale, notamment dans la culture hongroise, tchèque, polonaise et en partie allemande. L’un des problèmes les plus importants dans ma thèse est la dynamique de la théorie psychanalytique et du fonctionnement du mouvement freudien jusqu’à 1939. Dans mon intervention je soulignerai les concepts théoriques qui contribuaient le plus à la réinterprétation des théories de Sigmund Freud. Des analystes principaux dans ma recherche sont Sándor Ferenczi et Georg Groddeck. Comme je vais le montrer, leurs théories ont été développées à l’intersection de la fascination par Freud et la volonté de rompre avec ses idées, c’est-à-dire entre la domination et la rupture avec le Père. Dans ma présentation, je soulignerai également l’importance d’un dialogue entre la psychanalyse et l’art, la littérature et les discours psycho médicaux qui se développaient dynamiquement à la charnière du XXème siècle. Dans ma thèse je propose une histoire culturelle du freudisme en Europe centrale – une perspective qui me permet d’analyser une hybridité et une variabilité du langage psychanalytique.

 

Domenico Scagliusi, Sorbonne Université (étudiant de master LLCE russe)

Titre de la communication : «  Mémoire traumatique et invention fantastique: le cas d’Expiation de Nikolaj Aržak et de la Trilogie de la glace de Vladimir Sorokin »

À partir des années 1960, les violences de masse de l’époque soviétique ont fait l’objet, dans la littérature russe, d’une réinvention fantastique et grotesque, où la représentation naturaliste de la violence est remplacée par la figuration imaginaire de son horreur. En particulier, le camp de concentration assume, dans ces oeuvres, une fonction archétypale, en devenant le modèle par lequel ces auteurs appréhendent, de manière générale, la question de l’extermination de l’homme par l’Etat.
La mémoire traumatique de ce passé douloureux commun, qui n’a jamais fait, en Russie, l’objet d’une prise de conscience collective, soulève la question de la place de la littérature face à la violence et remet en cause son pouvoir de représenter le monde.
Dès lors, le fantastique peut être considéré comme le moyen par lequel ces écrivains s’efforcent de représenter l’irreprésentable et permettent à cette mémoire de se faire récit.
Dans ma communication, j’essaierai de montrer cela à travers l’analyse de deux oeuvres: la nouvelle Expiation de Nikolaj Aržak et la Trilogie de la glace de Vladimir Sorokin.


Guilhem Pousson, Sorbonne Université

Titre de la communication : « Celui qui ne travaille pas : la question de l’oisiveté dans la pensée sociale de Tolstoï »

 


27/04/2022

Séance programmée et modérée par Anastasia Mameva

Dimitri Filimonov,
Docteur en études slaves et en histoire contemporaine
Membre partenaire de l’UMR SIRICE
ATER en civilisation russe à l’Université Lyon 3 Jean Moulin

Titre de la communication : « Représenter l’Occident dans le champ culturel soviétique : du phénomène de l’occidentalisme au début de la Guerre froide »

L’occidentalisme se propose comme un ensemble de représentations de l’Occident dans le champ culturel soviétique, par opposition au concept d’orientalisme, étudié par Edward W. Saïd dans son ouvrage éponyme publié en 1978. Selon Saïd, l’orientalisme sert à analyser la construction de l’image de l’Orient imaginaire dans les mentalités collectives occidentales. Dans le contexte d’étude de la civilisation soviétique, cette approche s’applique à l’analyse des éléments constitutifs de la représentation de l’Occident par l’idéologie officielle et par des acteurs exogènes. Il s’agit d’analyser les narratifs sur l’Occident créés dans les champs médiatique et culturel au cours de la première décennie de l’après-guerre pour comprendre dans quelle mesure ils ont façonné la perception de la civilisation occidentale, et, par là même, ont contribué à une première vague de « déseuropéanisation » culturelle de la civilisation soviétique.

 

15/06/2022

Séance programmée et modérée par Guilhem Pousson

Alexandra Jahan de Lestang, étudiante de licence LLCE russe

Titre de la communication : « Influences spinozistes sur la philosophie tolstoïenne de l’amour dans Anna Karénine : vers une linguistique des passions »

En explorant le thème de la passion à travers le roman Anna Karénine de Tolstoï, on s’intéresse d’abord à une caractérisation de ce thème littéraire dans ce roman, donc à la façon dont Tolstoï construit le psychisme de ses personnages, tout particulièrement celui d’Anna, en essayant de faire émerger quelque chose comme une philosophie tolstoïenne des passions qui s’incarne dans le roman. Dans une deuxième partie, on observe l’influence possible qu’a eue la philosophie de Spinoza sur l’écriture de Tolstoï. Enfin, en prolongement de l’étude, on s’intéresse à l’aspect linguistique de la description tolstoïenne des passions : en portant attention à la syntaxe tolstoïenne, on peut encore appuyer le lien avec la philosophie spinoziste.

Guilhem Pousson, Sorbonne Université

Titre de la communication : « Loi, moralité et genre dans le système des personnages d’Anna Karénine : un exemple pour les théoriciens du care ? »

Depuis le XIXe siècle, la plupart des synthèses s’accordent sur le caractère central du concept de loi dans la pensée morale de Tolstoï. Le roman Anna Karénine nous présente pourtant une vision autre. La loi y apparaît comme un vecteur de moralité problématique, auquel ont recours, lors de leurs délibérations, aussi bien les personnages positifs que négatifs. En outre, la référence à la loi fait l’objet d’une préférence masculine, tandis que les personnages féminins font appel à d’autres opérateurs éthiques. Nous nous verrons que la présence ou l’absence d’un tropisme légaliste éclaire les rapports entre les personnages des deux genres dans le roman, en particulier au sein du triangle amoureux. Puis, nous interrogerons le sens de l’essentialisme de Tolstoï, en confrontant les “moralités de genre” qu’il décrit aux paradigmes des théoriciens du care.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search