La légitimation du politique : histoire, mémoire, pouvoir

Ce colloque international de l’ILCEA4 organisé les 4 et 5 juin 2020 s’inscrit dans l’axe Politique, Discours, Innovation.
 
Les stratégies de légitimation du politique se constituent le plus souvent à partir des représentations mémorielles élaborées par les auteurs mêmes de ce discours dans l’histoire nationale. Aussi l’invocation d’une mémoire particulière de l’histoire peut-elle parfois défendre une certaine idée de la nation qui n’en vise pas moins à légitimer la pérennité d’un régime politique sans véritable opposition, ni possible alternance. Ce phénomène d’instrumentalisation de l’histoire permet de façonner des identités nationales selon les modèles dont les pouvoirs en place se réclament. Les discours officiels sur l’histoire inscrits dans les politiques de la mémoire suscitent, en contrepoint, l’émergence de discours alternatifs émanant d’acteurs divers issus de la société civile. Antagonistes dans leurs objectifs de légitimation du politique, ces deux types de discours n’en présentent pas moins souvent des similitudes dans le choix des outils dont ils usent pour promouvoir des modèles politiques décrétés légitimes, en inscrivant leur engagement dans la dimension proprement discursive et narrative, voire artistique.

Le présent colloque se propose de croiser ces deux types de discours dans les sociétés contemporaines. L’enjeu est de parvenir à éclairer des traits communs ou distinctifs dans les stratégies de légitimation impliquant la formation d’identités collectives par la (re)construction du récit historique ou les représentations mémorielles qui lui sont sous-jacentes. Comment le politique est-il légitimé ou délégitimé dans ces deux types de discours ? Le pouvoir est-il la seule finalité de ce processus de légitimation du politique par le recours à l’histoire et à la construction de la mémoire ? Dans quelle mesure un tel phénomène s’observe-t-il d’une aire géoculturelle à l’autre ? Telles sont, dans leurs grandes lignes, les questions auxquelles les intervenants de ce colloque tenteront d’apporter des éléments de réponse.
 
Quelques axes thématiques peuvent d’ores et déjà être suggérés aux participants :

La légitimation du pouvoir dans le discours politique : stratégies d’instrumentalisation de
l’histoire et de construction mémorielle, élaboration d’un récit national.
La légitimation du récit national dans l’historiographie dominante, les discours alternatifs qui
visent à déconstruire cette dernière.
La légitimation de la politique mémorielle et les autres formes de discours et d’engagement
politiques dans les arts, la littérature, la culture.
 
Les propositions de communication peuvent être soumises au plus tard le 6 janvier 2020, à l’adresse suivante : legitimation2020@univ-grenoble-alpes.fr

Comité d’organisation : Valéry Kossov, Damien Morier-Genoud, Zakaria Taha.
 
Pour télécharger l’appel à communication : https://ilcea4.univ-grenoble-alpes.fr/actualites/legitimation-politique-histoire-memoire-pouvoir

À côté de Stanislavski et de Meyerhold : les protagonistes “de l’ombre”. Pour une autre histoire du théâtre russe (Bordeaux)

https://www.fabula.org/actualites/colloque-international-a-cote-de-stanislavski-et-de-meyerhold-les-protagonistes-de-l-ombre-pour_93468.php

Colloque international

À côté de Stanislavski et de Meyerhold : les protagonistes « de l’ombre ».

Pour une autre histoire du théâtre russe 

 

Le rôle des artistes russes dans le processus général de renouveau de la scénographie à la charnière du XIXe et du XXe siècles ainsi que dans celui de l’avènement de la figure centrale du metteur en scène est un thème qui a été étudié en Occident. Toutefois, jusqu’à présent, l’attention des érudits occidentaux s’est focalisée sur les phénomènes les plus saillants et sur d’éminentes personnalités, comme Stanislavski ou Meyerhold, dont l’activité et les écrits théoriques ont été traduits dans les principales langues de communication. De cette manière s’est constituée une histoire du théâtre russe qui attribue à ces maîtres de la mise en scène le rôle de « démiurges » réformateurs, incarnations hégéliennes de « l’esprit du siècle », laissant dans l’ombre des personnalités non moins intéressantes, leurs compagnons ou leurs maîtres, qui ont accompagné ou initié ce travail de réforme de la mise en scène théâtrale.

Le régime soviétique a d’ailleurs grandement contribué à la création de ce modèle mythologisé du « réalisateur héros » ou du « réalisateur victime ». L’adoration crée l’isolement de la personne qui, déracinée de son contexte, acquiert des traits transcendants et peut être placée, comme les saints de l’art byzantin ancien, dans une dimension métaphysique, exaltée et vénérée à la fois. Si Stanislavski a été enveloppé dans le linceul du naturalisme, un tout autre destin s’est abattu sur Meyerhold, victime des Grandes Purges, dont la mémoire s’est perpétuée dans les figures contradictoires de l’artiste dégénéré ou de l’artiste maudit, ignoré ou vilipendé par les uns, victimisé et encensé par les autres.

L’autre obstacle à la compréhension objective des différentes formes d’expérimentation théâtrale qu’a connues la Russie entre les XIXe et XXe siècles réside dans la « médiation » qui en a été opérée par certains protagonistes ayant connu le succès et la reconnaissance en Europe, comme Diaghilev, Benois ou Sergueï Volkonski. C’est à travers le voile filtrant de leurs déclarations, de leurs articles, de leurs interviews ou mémoires que cette réalité a été transmise en Occident. Ces acteurs émigrés de la scène russe sont toujours considérés comme les principaux architectes de la réforme de la scène musicale, de la danse théâtrale et de l’émergence du spectacle « total » fondé sur la synthèse des arts. En fait, ils ont seulement « oublié » de diffuser à l’étranger les noms des initiateurs et des artisans de ce mouvement de réforme, récoltant ainsi les fruits d’une recherche de vingt ans et créant de faux mythes, tel que celui de la prétendue « révolution » des Ballets russes. Leurs écrits et leurs déclarations n’ont cessé d’exercer leur emprise sur les chercheurs européens, leur léguant préjugés idéologiques, mythes culturels et approches méthodologiques d’un autre âge.

Le colloque À côté de Stanislavski et de Meyerhold: les protagonistes « de l’ombre ». Pour une réécriture de l’histoire de la scène russe se propose de réfléchir sur l’héritage de la scène russe qui s’est transmis en Occident, à la fois par l’intermédiaire des artistes eux-mêmes et à travers l’historiographie qui s’est constituée au XXe siècle. On s’interrogera, notamment, sur un paradoxe historiographique persistant– la distorsion entre le foisonnement des expériences scéniques qui ont eu lieu en Russie à la charnière des XIXe et XXe siècle, et la vision très limitée qu’en donnent la majorité des érudits occidentaux.

Cette réflexion vise à initier une rupture théorique dans la compréhension de la scène russe, en dépassant le paradigme de l’« avènement » des grands metteurs en scène et de la « révolution » du spectacle théâtral et en s’intéressant à des personnalités et phénomènes restés jusque là dans l’ombre des figures les plus prestigieuses. On s’intéressera notamment aux protagonistes oubliés, qui furent pourtant des acteurs essentiels de ce large mouvement de redéfinition des différentes formes du spectacle vivant : leurs recherches et expérimentations préfigurent des innovations qui deviendront manifestes au début du XXe siècle. L’étude inclura le théâtre musical, pourra s’élargir aux formes mineures, aux théâtres périphériques, suburbains, provinciaux ou nationaux.

Dans un second volet, la réflexion pourra également envisager la façon dont le legs des différents maîtres de la scène a été transmis/interprété/déformé à l’étranger et sur la dissémination de l’expérience théâtrale russe dans le monde après 1917. Dans une perspective d’histoire sociale, pourront être étudiées les modalités de l’intégration de ces artistes dans les milieux théâtraux de leur pays d’adoption, et parallèlement la question de leur intégration réussie ou manquée dans des traditions théâtrales différentes. 

*

Dates et lieu du colloque :

18-19-20 novembre 2020 — Auditorium du Musée d’Aquitaine, 20 cours Pasteur, 33000 BORDEAUX

*

Comité scientifique :

Sandrine Dubouilh, Université Bordeaux Montaigne
Donatella Gavrilovich, Università degli Studi Roma « Tor Vergata » Pierre Katuszewski, Université Bordeaux Montaigne
Ada Kolganova, Bibliothèque nationale des arts, Moscou
Olga Kouptsova, Institut national des arts, Moscou
Pascale Melani, Université Bordeaux Montaigne
Dmitri Rodionov, Musée central du théâtre Alexis Bakhrouchine

*

Les langues de travail du colloque sont le français et le russe (éventuellement, l’anglais). Les propositions de communication sont à envoyer avant le 31 mai 2020 à l’adresse du comité d’organisation <mladamsha@gmail.com> accompagnées d’un résumé en français/russe et anglais de 1000 signes maximum et d’une courte biographie.

Les propositions seront examinées par le comité scientifique international et les réponses notifiées avant le 30 juin 2020

Les travaux du colloque donneront lieu à un numéro spécial de la revue

http://www.artidellospettacolo-performingarts.com 

*

Conditions financières :

Le comité d’organisation finance l’hébergement et les repas pendant le colloque, mais le transport reste à la charge des participants.

Pour les chercheurs de la Fédération de Russie et de l’Europe de l’Est, les frais de voyage pourront être pris en charge à condition que leur participation soit confirmée avant le 30 novembre 2019. 

 

CFP Environment, territory, mobility: 43rd Annual Conference of the Irish Association for Russian, Central and East European Studies

https://networks.h-net.org/node/73374/announcements/5308483/cfp-environment-territory-mobility-43rd-annual-conference-irish

7-8 May 2020, University College Dublin

From the frontiers of empires to the Iron Curtain and the (re)definition of nation states, Central and Eastern Europe, Russia and Eurasia have long been defined by boundaries and borders. At the same time, the societies and communities of the region have deep and long-standing inter-relations – which often under-cut or at the very least, complicate, our notions of nationally bounded space – fostered for instance by shared experiences of empires; flows of people, objects and ideas; common environments; the political transformations of the twentieth century; and the intellectual umbrella of area studies. Exploring the theme ‘Environment, territory, mobility’, the 43rd Annual International Conference of IARCEES focuses on the ways in which the physical spaces of Russia, Eurasia and Central/Eastern Europe intersect with wider aspects of social, political, economic and cultural change. Attentive to the specificities of local places and contexts, while accommodating broader patterns and frames of analysis, we invite papers that address topics broadly associated with human-nature relationships; mobilities and migrations; and territorial identity, organisation and re-constitution. The conference is intended to contribute to the further growth of the field by opening up new avenues of research, both within and across disciplines, and by encouraging collaboration and intellectual exchange.

We invite proposals for individual papers, or preferably panels of three to four papers, and particularly encourage explorations of one – or more – of the following themes: 

  • Environmental histories of Central and Eastern Europe, Russia and Eurasia.
  • Natural resources and post-Communist transitions.
  • Environmental and territorial aspects of the (re)formation and break-up of empires and nation states.
  • Connections between identity and environment and/or territory.
  • Movements of people, materials, ideas and so forth between, within and beyond Eastern Europe, Russia and Eurasia.
  • Migrations and socio-political change.
  • Territories beyond the nation-state.
  • Borders and frontiers, past, present and future.
  • Imaginative, intellectual and cultural representations of environments and territories.
  • Comparative, regional, transnational and global perspectives on the conference theme.

Scholars from all disciplines and at all career stages are eligible to apply. We particularly encourage submissions from postgraduate students and early career academics, although regrettably cannot offer any financial support towards travel or accommodation in Dublin.

IARCEES strives to provide a forum for scholars of Russian, Central and East European Studies in Ireland and abroad. IARCEES members and academics from the countries of Central and Eastern Europe, and Russia, are particularly welcome to submit proposals, and a special section will be dedicated to showcasing the work of current IARCEES members, especially those based in Ireland, irrespective of fit with the conference theme.

Individual paper proposals should be no longer than 300 words (paper length 20 minutes). Panel proposals should include an overall rationale of up to 300 words, alongside short paper abstracts of 200 words, and a suggestion of a chair and/or discussant. Round table and book panel proposals are also welcome, and should follow the same structure. 

Further information regarding conference registration and schedule will be provided to participants upon acceptance. 

Please submit your paper or panel proposals, together with a biographical statement of up to 150 words for each presenter, to iarcees2020@gmail.com. The deadline for the submission of all proposals is 10th January 2020.   


For more information, please contact:
Dr Jennifer Keating, Assistant Professor of Modern East European History, University College Dublin, jennifer.keating@ucd.ie

Trade and Empire: Productivity, Economic Exchange, and Differences in Eurasia

https://networks.h-net.org/node/73374/announcements/5310835/trade-and-empire-productivity-economic-exchange-and-differences

Conference at the Center for Social Sciences and Humanities at UTMN, Tyumen, Russia.

April 18-19, 2019

Call for papers

Since the rise of liberal economic theory, trade was widely viewed as a universalizing experience. Not only did classical liberals consider commerce a tool of civilization but they also widely assumed that economic exchanges would serve as great equalizers and would benefit every side involved in economic exchange.

At the same time, various imperial formations which emerged in Eurasia thrived on the production and management of ethnic, cultural, social, and confessional differences. The empires of Eurasia were worlds of particular social and economic niches, often occupied by diasporas or other particular groups.

In the modern period, the underlying tension between the universalizing thrust of economic exchange and the particularizing logic of empires overlapped with new ideas about productivity, efficiency, and modernity, introducing into the debate about economic exchanges notions of civilizational competence or racial suitability. Scientific theories of productivity, national economic spheres, and protective tariffs did not displace the tension between the universality of commerce and particularity of difference but recast it in new ways.

Organizers of the conference invite scholars whose work focuses on different aspects of trade, commerce, productivity, and empire in Eurasia.

The conference will take place at the Institute of Social Sciences and Humanities of UTMN on April 18-19. Organizers may be able to offer a small number of travel and accommodation grants.

Please, submit a 200 words abstract of the paper and CV to imperialhistories2019@gmail.com by December 15.

 With questions about the conference thematic focus, please, write to Sergey Glebov at sglebov@smith.edu

With questions about the logistics, please, write to Alexander Vileykis at alexandro.vileykis@gmail.com

Soutenance de thèse de Sarah Gruszka (membre fondateur de ce labo)

« Voix du pouvoir, voix de l’intime.

Les journaux personnels du siège de Leningrad (1941-1944) »

écrite sous la direction du Professeur Catherine Depretto.

La soutenance se déroulera le samedi 30 novembre, à 9h15

à la Maison de la Recherche (28 rue Serpente 75006 Paris), salle D 323 (3e étage).  Le jury sera composé de :

  • M. Boris CZERNY – Professeur, Université de Caen, Normandie
  • Mme Catherine DEPRETTO – Professeur émérite, Sorbonne Université
  • M. Alexandre LAVROV – Professeur, Sorbonne Université
  • Mme Luba JURGENSON – Professeur, Sorbonne Université
  • Mme Valérie POZNER – Directeur de recherches au CNRS
  • M. Nicolas WERTH – Directeur de recherches émérite au CNRS

CR 1ere séance de notre atelier doctorant 23.10.2019

  • Présentation rapide du labo junior, de l’atelier et du carnet Hypothèses

  1. Le laboratoire Junior « Passage »
Présentation du labo et de sa création, rappel de l’adresse mail :  labojunioreurorbem@gmail.com
Les déléguées actuelles de ce labo junior sont : Naïma Berkane et Agnès Thomas-Myara
  1. L’atelier du labo junior
Il vient d’être créé cette année et pensé comme un espace de travail pour les doctorants de notre labo junior https://passage.hypotheses.org/category/atelier-labo-junior-passage
  1. Le carnet Hypothèses « Passage »
L’adresse du carnet Hypothèses de notre labo est : https://passage.hypotheses.org/
  • Tour de table 

  • Présentations des différents séminaires existants :

Tous ces séminaires sont détaillés dans les pages qui leur sont consacrées sur notre carnet Hypothèses :
https://passage.hypotheses.org/category/seminaires-conferences-journees-detudes
  • Journées d’Études et journées doctorales :
La journée doctorale  dont il avait été question à Zurich est de nouveau évoquée, nous n’avons aucune information concernant cette éventuelle journée. Les renseignements seront donnés lors du prochain atelier.

Journées doctorales à Varsovie: elles étaient initialement programmées en mai/juin. Pour l’instant nous n’avons pas plus d’information. Renseignement au prochain atelier.

Obligations des doctorants et questions diverses :    

  1. Séminaire commun Eur’Orbem 
  1. Rappel de la nécessité de mettre à jour son CV et l’envoyer à Astrid Mazaraud 
  1. Question des financements : Il est rappelé que l’école doctorale dispose (en théorie) d’une enveloppe pour chaque doctorant. Il faut pour cela constituer un dossier avec ordre de mission et l’adresser au secretariat de l’école doctorale 
    http://lettres.sorbonne-universite.fr/Aide-de-l-ED 
  1. HAL, notre identifiant chercheur
Il est demandé à chaque doctorant de se créer un identifiant chercheur sur la plateforme HAL qui permet d’accroître l’accessibilité des publications en ligne et également celle de notre Unité Mixte de recherche. Il existe plusieurs tutoriels et formations, faciles d’accès (rappelés notamment sur notre carnet Hypothèses :
https://passage.hypotheses.org/category/humanites-numeriques/ressources-en-ligne
  1. PIF, Portefolio, Comité de Suivi 
  • Le PIF (Plan Individuel de Formation) est un formulaire à remplir au début de chaque année et à renvoyer au secretariat de l’ED (afin que les formations demandées soient validées par l’E D). Certaines sont obligatoires (dans le cadre global de la thèse : éthique) d’autres sont là pour vous aider sur certains aspects de votre vie de doctorant (communication orale, outils informatiques, rédaction d’articles scientifiques, etc…) 
  • Le Portefolio est quant à lui un document qui vous suit tout au long de votre thèse, c’est une sorte de portefeuille/dossier. Il « permet de valoriser les compétences des doctorants. Ce document, obligatoire selon l’art.15 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation doctorale synthétise toutes les activités du doctorant durant sa formation, incluant enseignement, diffusion de la culture et valorise les compétences qu’il a développées pendant la préparation du doctorat. À la fin du cycle d’étude doctorale, l’inventaire de l’ensemble de ces activités, validées par la direction de l’ED, sera obligatoire au moment de la procédure de dépôt de thèse. » Il faut y indiquer la liste des formations suivies et activités au cours du doctorat : formations professionnalisantes et scientifiques, activités scientifiques, responsabilités exercées, enseignement, mobilité etc. 

    Vous pouvez le télécharger à cette adresse :
    http://lettres.sorbonne-universite.fr/ed-4

     
  • Le Comité de Suivi est un comité constitué de "deux enseignants-chercheurs (différents du directeur de thèse). Le doctorant rencontre son Comité de suivi en fin de 2e année de thèse (puis toutes les années suivante), en présentiel ou par skype si nécessaire. L’avis du comité de suivi est nécessaire pour la réinscription à partir de la troisième année de thèse. Pour se préparer à cette rencontre, le doctorant remplira une fiche envoyée par l’École doctorale. Cette fiche (hormis les renseignements sur le directeur et le doctorant) comporte les points suivants : Description succincte du sujet de thèse, avancement de la thèse, calendrier prévisionnel d’achèvement de la thèse, problèmes identifiés, publications et communications scientifiques, formation doctorale, difficultés rencontrées (éventuellement), projet professionnel."  

    http://lettres.sorbonne-universite.fr/Les-comites-de-suivi
  1. Question du renouvellement de représentants des doctorants /composante slave de l’ED 020 à il faut renouveler les candidatures avant 6 novembre (dépôt des candidatures). Deux doctorantes de notre labo junior proposent leur candidature 
  1. Présentation CIRUS / CIRCE « Pour répondre à la diversité aréale du territoire qu’elle couvre (Europe centrale et orientale), l’UMR définit des composantes : le CIRCE (Centre de recherches interdisciplinaires centre-européennes et balkanique) disposant d’un site et d’une revue ; le CIRRUS (Centre interdisciplinaire de recherches sur la Russie). CIRRUS, prochaine rencontre le 6 novembre à Malesherbes. CIRCE, fonctionnement / possibilité d’organiser une école d’été (4/5 jours, 30e de personne)

Questions et suggestions

Plusieurs questions ont été posées comme : le nombre de pages demandées pour un doctorat, le format, combien d’images peut-on y inclure, etc… Toutes ces questions seront préparées et exposées lors de notre prochain atelier

Exposé

Comme cet atelier a été le premier de l’année, avec de nombreuses questions et présentations des « droits et devoirs du doctorant », nous ne proposons qu’un seul exposé cette fois.

* Agnès Thomas-Myara présente un aspect de son travail de doctorat, en cours : « Entre tabou et page oubliée de l’Histoire polonaise :  Les Łemki et le paroxysme d’Akcja Wisła (Opération Vistule) »

* questions, discussions.

 

 

Soutenance de thèse d’Eugène Priadko (membre fondateur de ce labo)

“Le Domostroj ou le Ménagier russe du XVIe siècle:

de la tradition manuscrite à l’œuvre”.

Thèse préparée sous la direction du Professeur Pierre Gonneau:

La soutenance aura lieu le vendredi 29 novembre à 14hSalle de conférence du Centre d’études slaves au 9, rue Michelet, Paris 6e

Le jury sera composé de:

M. Pierre Gonneau, Professeur à la Sorbonne Université, Faculté des Lettres
M. Olivier Azam, Maître de conférences à l’ENS ULM
M. Marcello Garzaniti, Professeur à l’Università degli Studi (Florence)
M. Aleksandr Lavrov, Professseur à la Sorbonne Université, Faculté des Lettres
M. Constantin Zuckerman, Directeur d’études à l’EPHE (IVe section)

 

Rencontre ” Autour du Cercle linguistique de Prague”

Jeudi 14 novembre 2019 ” Autour du Cercle linguistique de Prague”

Centre culturel tchèque, 18 rue Bonaparte, 75006 Paris, 18h30

Présentation modérée par Ilona SINZELLE POŇAVIČOVÁ(Inalco)Sylvie ARCHAIMBAULT,Catherine DEPRETTOet John PIER

André Mazon, Roman Jakobson: La Langue russe, la guerre et la révolution, édité parSylvie ARCHAIMBAULTet Catherine DEPRETTO,PARIS,Eur’ORBEM Éditions (EOE), 2017.

Jan Mukařovský: Écrits 1928-1946, John PIER, Laurent VALLANCE, Petr A. BÍLEK, Tomáš KUBÍČEK(dir.), Editions des Archives contemporaines (EAC), 2018.

En présence de Xavier GALMICHE (directeur de publications des EOE), Stéphanie CIRAC (éditrice des EOE), Jean BOUTAN (traducteur de Mukařovský), Laurent VALLANCE (traducteur de Mukařovský)

 

http://eurorbem.paris-sorbonne.fr/spip.php?article985

10 bourses de recherche en Pologne pour doctorants etrangers (pour 2020)

Pour information, l’Institut d’histoire de l’Académie polonaise des sciences à Varsovie (IH-PAN) accueille une nouvelle école doctorale (Anthropos Doctoral School) interdisciplinaire qui associe plusieurs autres instituts, et ouvre un appel pour dix bourses (un mois) destinées à des doctorants étrangers, pour un séjour de recherche au cours de l’année 2020.  
Vous trouverez (en anglais) toutes les informations et les formulaires à cette adresse : https://ihpan.edu.pl/en/call-for-applications-for-prom-international-exchange-fellowship-for-doctoral-students/

Séminaire commun Eur’orbem : séance du 7 novembre

Roman Krakovsky est historien, enseignant à l’Université de Genève. Spécialiste de l’Europe centrale et orientale, il a notamment publié Réinventer le monde. Le temps et l’espace en Tchécoslovaquie communiste (Publications de la Sorbonne, 2014), L’Europe centrale et orientale de 1918 à la chute du mur de Berlin (Armand Colin, 2017) et Le Populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde (Fayard, 2019). 

Trente ans après la chute du communisme, l’Europe centrale et orientale est devenue un des foyers des populismes européens qui proposent de réorganiser les sociétés selon les principes libéraux, en renforçant le rôle de l’État au détriment des contre-pouvoirs. Pour comprendre ce paradoxe, il faudrait replonger dans l’histoire, car le populisme n’est pas un phénomène nouveau dans cette partie de l’Europe. Cette approche de longue durée permet de souligner que le peuple a été souvent construit sans la démocratie et la modernisation réalisée sans le libéralisme. Au travers de l’histoire du populisme centre-est européen se dessine l’histoire d’une autre modernité, à distance de la démocratie libérale et du rôle téléologique qu’elle occupe dans les récits occidentaux.

Audrey Kichelewski est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg et membre junior de l’Institut universitaire de France (promotion 2019). Elle dirige la collection « Écrits de Femmes » aux Presses universitaires de Strasbourg et codirige depuis septembre 2019 la Revue d’histoire de la Shoah. Ses travaux portent sur l’histoire des Juifs polonais et de la mémoire de la Shoah, en France et en Pologne, par le biais des écrits produits par les rescapés ainsi que des sources judiciaires sur les criminels contre l’humanité jugés en Pologne jusqu’aux années 1970. Elle a publié de nombreux articles et le livre issu de sa thèse, Les Survivants. Les Juifs de Pologne depuis la Shoah, est paru chez Belin en 2018. Elle a également codirigé l’ouvrage collectif Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique, Paris, CNRS éditions, 2019.

« Entre justice, histoire et mémoire : les procès de criminels de guerre en Pologne populaire (1958-1989)”

Dans le sillage des procès d’Eichmann et ouest-allemands contre les criminels nazis, on observe à partir des années 1960 une recrudescence de l’activité judiciaire également à l’est du rideau de fer, notamment en Pologne, contre des collaborateurs nationaux des nazis. Moins connus que leurs homologues ouest-européens ou vus exclusivement sous le prisme de l’instrumentalisation politique, ils ont pourtant contribué à façonner les représentations de la Seconde guerre mondiale et permis au régime de se légitimer comme le metteur en scène d’une justice véritable. Il s’agira d’étudier ces procès dans leurs dimensions socioculturelle, symbolique, mémorielle et transnationale au regard des circulations entre Est et Ouest et au sein du bloc de l’Est des pratiques et des imaginaires de la justice.