Appel à contribution « Langues et religions en Europe du Moyen-Âge à nos jours »

Langues et religions en Europe du Moyen Âge à nos jours

Numéro 4 de la revue « Histoire culturelle » de l’Europe

Veuillez trouver l’appel complet ici.
 
Date limite de candidature : 30 novembre 2020.
 

6th Annual Conference ‘Belarusian Studies in the 21st Century’ – call for papers

Veuillez trouvez l’appel à contribution au lien suivant : https://belarusdigest.com/story/6th-annual-conference-belarusian-studies-in-the-21st-century-call-for-papers/

Date : 19-20 Février 2020.

Lieu : En ligne.

Date limite de candidature : 30 novembre 2020.

Organisé par : UCL School of Slavonic and East European Studies, Ostrogorski Centre, the Francis Skaryna Belarusian Library and Museum

UPDATED CFP: Socialist Culture Recycled (Eastern Europe: from Disillusions to Nostalgia and Beyond) Conference

Date limite de soumission : 20 janvier 2021

Date : 25 – 27 juin 2021

Socialist Culture Recycled
(Eastern Europe: from Disillusions to Nostalgia and Beyond)

June 25–27, 2021, St. Petersburg, The Institute of Russian Literature of Russian Academy of Sciences (Pushkin House)

 

Moved from June 2020, due to COVID-19.

 

The popularity of Soviet ‘retro-culture’ in post-Soviet society is a passionately debated topic in current studies addressing the situation in Russia of the 1990s – 2010s. But equally impressive is the fact that a comparable fascination with the socialist past is observed even in those European countries that had the socialist order imposed upon them immediately before or after World War II.

In the specialist literature, which grows ever larger, such admiration is typically interpreted in terms of revanchism, trauma or nostalgia. We believe, however, that these well-established approaches are not able to exhaust the problem. Indeed, their very familiarity can produce predictable outcomes.

The aim of the proposed conference is to provide a fresh view of the socialist retrotopia. To do this, we suggest the idea of cultural recycling as an alternative starting point for its exploration. Despite the fact that, in general, cultural recycling is a widespread metaphor with a more than half-century-long history, it is used very limitedly in post-socialist studies, at least in Russia. Nevertheless, there are perhaps at least two self-evident benefits from addressing it. First, this is an umbrella concept which covers a variety of methods, including the above-mentioned revanchism, trauma and nostalgia studies. Second, it places a strong accent on the migration of cultural (political, ideological, aesthetical, moral, etc.) values, with time, from the centre to the periphery of public attention, to oblivion, and, after a certain period, back in the other direction. The latter is exactly what has happened with socialist heritage in the last three decades.

The widest spectrum of cultural practices (from arts such as literature, theatre, cinema, music, painting, architecture to the aesthetics of everyday life) in their relation to the idea of recycling are expected to be discussed at the conference.

We especially encourage participation from specialists from Eastern Europe who wish to focus on the situation with ‘legacy culture’ of this kind in their home countries; their contribution the joint discussion of the observed strategies of re-utilisation of the past will be particularly valuable.

 

Topics for submission include but are not limited to:

– cultural recycling of socialist art heritage (literature, cinema, theatre, music, painting, sculpture, architecture, etc.); 

– cultural recycling as an ideological and political instrument;

– retro-culture and new media technologies (innovations in video- and audio technologies, cable television,  the Internet);

– the Soviet past for sale: recycling and marketing;

– re-utilisation of the Soviet heritage from the perspective of poetics, narratology, memory studies, trauma studies, nostalgia studies, cultural trash studies, etc. 

    

 

We invite proposals for presentations of 20-minute duration.

The working language of the conference is English.

Due to COVID-19, the conference will be held virtually.

 

Please, submit an abstract (up to 300 words) and short bio (up to 100 words) by January 20, 2021 to scr.conference@gmail.com.

 

Notifications of acceptance will be sent no later than February 10, 2021.

Organising committee

Assoc. Prof. Lyubov Bugaeva (St. Petersburg State University)

Prof. Susanne Frank (Humboldt University of Berlin)

Prof. Arkadiusz Lewicki (University of Wrocław)

Prof. Alexander Panchenko (The Institute of Russian Literature of the Russian Academy of Science (Pushkin House) at St. Petersburg; European University at St. Petersburg)

Prof. Piotr Zwierzchowski (Kazimierz Wielki University)

Prof. Valery Vyugin (The Institute of Russian Literature of the Russian Academy of Science (Pushkin House) at St. Petersburg; St. Petersburg State University)

 

Please, visit the SCR-2021 Conference website:

http://pushkinskijdom.ru/socialist-culture-recycled-2021   

 

Contact Info: 

Prof. Valery Vyugin

The Institute of Russian Literature of the Russian Academy of Science (Pushkin House) at St. Petersburg

Contact Email: 

Heritage and the post-socialist cities, small towns, and peripheries: cultural, social, and economic perspective

« Social Histories of the Right to the City in East-Central Europe in the 20th Century” aims to bring together recent research on urban activism for a one-day on-line workshop (26 November 2020). We aim to explore the urban from the perspective of how various individual and collective actions have mobilized local resources for obtaining, defending, and consolidating collective and individual rights in domains such as: economic and social (housing, work, health, education, food), civil and political (property, association), and cultural (heritage, ethnic, religious, sexual minorities, feminism). We invite contributions that consider how urban populations in East-Central Europe have internalized social changes produced by development projects across the region and how various participatory practices adjusted the decision-making processes on different levels of the state leadership. Our workshop will shed light on the emergence of urban spaces of solidarity informed by various forms of mobilization, thus problematizing the East-Central European city in the 20th century as encounters between grassroots shifts and nation-building processes that aimed to catch up with the West.  

 

We encourage contributions that adopt a comparative and trans-national perspective so that aspirations of urban dwellers, participatory involvement, and negotiations mobilized across the region can be highlighted through a critical and creative analysis of the forms of « right to the city » emerged in various national contexts and historical settings. We also encourage participants to consider various theorizations about the city, issues related to synchronicity in development processes, as well as similarities and interconnections with other regions of the world, thus providing the possibility for the integration of the East-Central European (semi)periphery in an expanding global body of knowledge about the city and urban experiences in the 20th century.

 

Possible topics include:

–  Mobilization of collective and individual actors (experts; cultural, political, religious associations; NGOs etc.)

–  Expertise in urban policies vs. public and private initiatives

–  Funding strategies

–  Forms of resistance

–  Activism channels – mass-media, petitions, cultural actions (literature, visual arts, film)

–  Generational dynamics in the city

–  Inclusion through architectural spaces and heritage management

–  The state and the city (bureaucratic mechanisms, regulation of informal interactions, and their integration into legislative forms and decision-making processes)

–  Gentrification, segregation, marginalization (the relationship between the right to the city and the various forms of exclusion outlined in various political and economic contexts)

–  Periodization of the urbanization processes from the perspective of the right to the city

 

Paper proposals – including a title, an abstract (500 words max), and a short CV (one page) may be submitted until 15 October 2020. Accepted contributions will be notified by 25 October. Please direct all your inquiries to Mara Marginean at mara.marginean@gmail.com

Contact Info: 

Mara Marginean

George Baritiu Institute of History, Romanian Academy Cluj Branch

mara.marginean@gmail.com

Contact Email: 

CFP: Literary Classics and Intellectual Autonomy in the Soviet World from 1920s to 1980s

Online Conference: March 26th 2021 

This one-day conference aims to explore how classic works of “foreign” literature were experienced by different groups of readers in the Soviet Union from the 1920s to the 1980s. For many Soviet citizens, regardless of their social status and political views, fictional worlds from bygone centuries and alien cultures formed an alternative reality that allowed them to escape the difficulties of everyday life. The translation and publication of classics helped those intellectuals who did not toe the party line to survive, both physically and morally. By attempting to use the concept of world literature for propagandist aims the state unwittingly created a zone of intellectual autonomy that it could not penetrate. We are particularly interested in papers that interrogate ideological positions and interpretative models, regardless of whether they aim to address institutional or individual aspects of literary reception.   

We welcome proposals for papers on: 

  • the archival history of translation 
  • Soviet critical readings of classics 
  • translation as a form of reading 
  • literary classics in Soviet book design and illustration 
  • the history of reading 
  • fictional/fictionalised responses to classics 
  • “vulgar sociology” 
  • the academic study of foreign literature 
  • misreading and misinterpretation. 

This will be the opening event of a series co-organised by Emily Finer (University of St Andrews) and Petr Budrin (University of Oxford). The series is intended to lead to publication of an edited volume or special issue. 

Application process:  

  • Please send an abstract (max. 250 words) in a PDF attachment to petr.budrin@lmh.ox.ac.uk or ef50@st-andrews.ac.uk
  • Proposals should include your name, university affiliation (if applicable), and the title of your paper.  
  • Presentations should not exceed 20 minutes. 
  • The deadline for abstract submissions is 30th November 2020.  
  • Notification of acceptance will be communicated on 15th December 2020. 

Contact Info: 

Online Conference: March 26th 2021 

This one-day conference aims to explore how classic works of “foreign” literature were experienced by different groups of readers in the Soviet Union from the 1920s to the 1980s. For many Soviet citizens, regardless of their social status and political views, fictional worlds from bygone centuries and alien cultures formed an alternative reality that allowed them to escape the difficulties of everyday life. The translation and publication of classics helped those intellectuals who did not toe the party line to survive, both physically and morally. By attempting to use the concept of world literature for propagandist aims the state unwittingly created a zone of intellectual autonomy that it could not penetrate. We are particularly interested in papers that interrogate ideological positions and interpretative models, regardless of whether they aim to address institutional or individual aspects of literary reception.   

We welcome proposals for papers on: 

  • the archival history of translation 
  • Soviet critical readings of classics 
  • translation as a form of reading 
  • literary classics in Soviet book design and illustration 
  • the history of reading 
  • fictional/fictionalised responses to classics 
  • “vulgar sociology” 
  • the academic study of foreign literature 
  • misreading and misinterpretation. 

This will be the opening event of a series co-organised by Emily Finer (University of St Andrews) and Petr Budrin (University of Oxford). The series is intended to lead to publication of an edited volume or special issue. 

Application process:  

  • Please send an abstract (max. 250 words) in a PDF attachment to petr.budrin@lmh.ox.ac.uk or ef50@st-andrews.ac.uk
  • Proposals should include your name, university affiliation (if applicable), and the title of your paper.  
  • Presentations should not exceed 20 minutes. 
  • The deadline for abstract submissions is 30th November 2020.  
  • Notification of acceptance will be communicated on 15th December 2020. 

Contact Info: 

petr.budrin@lmh.ox.ac.uk

RESISTANCE IN SOUTH-EASTERN EUROPE DURING THE SECOND WORLD WAR

Language: English

Publisher: Institute for Contemporary History

Editors: Dr. John Paul Newman, Professor, Maynooth University

   Dr. Ljubinka Škodrić, Research Associate, Institute for Contemporary History

   Dr. Rade Ristanović, Research Associate, Institute for Contemporary History

Contact: resistanceww2@isi.co.rs

Production framework:

December 2020: deadline for abstract submission

June 2021: deadline for submission of full papers

July to November 2021: preparation for publication

December 2021: launching of publication

 

Territorial framework: Southeast Europe (Albania, Bulgaria, Bosnia and Herzegovina, Croatia, Greece, Montenegro, Macedonia, Romania, Serbia and Slovenia)

Summary: Forthcoming anniversaries commemorating eighty years since the Axis invasion of Eastern and Southeastern Europe are increasing the public attention in this part of history. That presents a favorable context for a volume of essays that would provide a broader retrospective insight and synthesize previous scientific research on certain specific topics. Guided by these motives, the Institute of Contemporary History has launched the project « Resistance in Southeastern Europe during the Second World War » which aims to provide the professional and non-professional public with a collection of papers scrutinizing from multiple perspectives phenomenon of resistance. The volume’s geographical framework will cover Albania, Bulgaria, Bosnia-Herzegovina, Croatia, Greece, Montenegro, Macedonia, Romania, Serbia and Slovenia.

The brutal elimination of political, ideological and racial enemies of the Third Reich, existential threats, restrictions on freedom of movement, restriction of free speech, economic exploitation, forced labor, censorship and the use of propaganda are the basic characteristics of Third Reich’s rule over wartime Europe. Besides these common traits, every European region experienced specific fate during World War II. One characteristics of Southeast Europe was coexistence of several occupation regimes, plus puppet and satellite states. The territory of Kingdom of Yugoslavia was divided between the Third Reich, Italy, Hungary and Bulgaria, and a puppet state – Independent State of Croatia was created. Three military forces participated in occupation of Greece; Albania was at first under Italian, and from 1943 under German control. Regimes in Romania and Bulgaria had certain degree of independence, but in fact were under Axis control.   

Such conditions were unfavorable for initiating resistance, which nevertheless appeared in various forms. The first group includes forms of resistance whose effects directly supported the war efforts of the Allies. By that we mean conducting large-scale military operations and assassinations of prominent figures of the government system, as well sabotages, diversions, and conducting intelligence activities. The second segment refers to the unarmed resistance, which had the effect of undermining the occupation and satellite regimes and raising the patriotic and anti-fascist mood of the ordinary population. In this regard, we focus on proposals that analyze violations of verbal delict, rescuing Jews and other enemies of the regime, institutional resistance and daily resistance, arrogant behavior and other forms of civil disobedience. We equally encourage contributions that analyze the organization of resistance carried out by different movements, religious and other organizations, but also by lone individuals.

Simultaneously with the resistance, in some parts of Southeastern Europe civil, religious and class conflicts also took place. The occupying authorities imposed a strict regime in response to resistance, whose key feature was collective reprisals. In addition, difficult economic situation caused by the war and the exploitation of occupied territories, ultimately led to an acute shortage of basic supplies. These circumstances oblige us to take into special consideration works that focus on the specific conditions and atmosphere within which the resistance in Southeastern Europe took place. In this segment, we emphasize the analysis of the organizational structure and forms of action of the repressive system aimed at suppressing resistance. In this context, we also consider important studies that indicate the forms and intensity of suffering of members of the resistance movements and civilian victims as a consequence of resisting the regime. Research that scrutinizes the attitude of ordinary citizens towards resistance also comes into consideration. We also consider equally important papers that analyze the cooperation between resistance movements and Allies.

The analysis of the post-war attitude towards this topic represents the third thematic framework of this collection of papers. We encourage researchers studying the history of historiography, the politics of remembrance and memorialization, the history of film, fine arts and other arts to contribute to a comprehensive understanding of this topic by providing their research on collective memory of resistance.

In methodological terms, we are open to proposals which follow any of the thematic units described above or are combining their aspects, researching resistance on the level of larger territorial areas or cities. Case studies that indicate certain specifics on examples are also welcome. We will also readily consider comparative analyzes that look at the phenomenon of resistance in different territorial or temporal frameworks.

 

 

Thematic framework:

Resistance:

• Armed resistance (major insurgent operations, liberation of the cities, formation of free territories, assassinations)

• Sabotages (diversions on the railways and the most important roads, industrial companies, mines and other facilities of importance to the occupier)

• Intelligence activities in the functions of Allied war objectives

• Propaganda of the resistance movements

• Rescue of political, racial and other enemies of the regime (Jews, Roma, banned political party members, etc.)

• Unarmed or civilian resistance (violation of a verbal offense, daily resistance, resistance within institutions)

Conditions and atmosphere in which the resistance took place:

• Organizational structure, methods and results of the repressive apparatus aimed at suppressing resistance

• Preventive action (protective measures, use of propaganda, everyday life, ordinary citizens)

• Casualties of members of the resistance movements and civilians as a consequence of resisting (quantification of the number of those arrested, taken to the camp and killed)

• Resistance movements in the Allied strategy

Perceptions of these topics in post-war period to these days:

• State policy of remembrance in different ideological and political frameworks

• Historiography

• Art (film, theater, fine arts)

Methodology:

• synthetic overviews of developments at the level of the state, occupational zones, large areas or cities

• case studies

• comparative analysis

Guidelines for Submission:

Abstracts (300-500 words) with title should be submitted by December 30, 2020 and full papers are expected by June 30, 2021. Papers should be no longer than 50,000 characters. For citation style, consult the guidelines at the website of a journal Istorija 20. veka https://istorija20veka.rs/instruction-for-authors/ Applicants will be notified on the outcome of their submission no later than 15 January 2021. Submissions and queries should be directed at: resistanceww2@isi.co.rs

Contact Email: 

Enraciner, sélectionner, défendre. Comment faire survivre une démocratie (1918-1960) ?

Colloque international à l’Université de Reims – Champagne-Ardenne : 9-11 juin 2021

Téléchargez l’appel ici :

http://appel_a_communications_je_enraciner_la_democratie_reims_juin_2021_definitif

Argumentaire

Ce colloque international s’inscrit dans le projet de formation-recherche du CIERA intitulé : « Quelle démocratie ? La réflexion sur la crise, la modernisation et les limites de la démocratie en Allemagne, en France, en Angleterre et en Europe centrale entre 1919 et 1939 » (cf. http://www.ciera.fr/fr/node/14695). Ce projet pluridisciplinaire d’une durée de deux ans est issu de la coopération entre les Universités de Lorraine (CEGIL), de Reims Champagne-Ardenne (CIRLEP), de Strasbourg (Mondes germaniques et nord-européens) et d’Augsbourg, en partenariat avec l’Institut historique allemand Paris (IHAP/DHIP). Ce plan de formation propose de revenir sur les réflexions autour de la démocratie de l’entre-deux-guerres en s’intéressant particulièrement aux discours critiques et aux projets de réformes issus du camp démocratique au sens large. Sa démarche consiste à insérer ces discours dans leur contexte historique, idéologique et socio-culturel, tout en s’intéressant également à leur impact sur la vie politique et sociale de l’époque. Pour cela, le projet privilégie une approche comparatiste qui fait porter l’interrogation sur l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, ainsi que sur l’Europe centrale (notamment la Pologne et la Tchécoslovaquie).  

Dans la logique de ce projet, le colloque de Reims portera sur la question de l’enracinement démocratique, c’est-à-dire sur la question des moyens à mettre en œuvre pour faire survivre une démocratie en milieu (potentiellement) hostile. Car du triomphe et de « l’acceptation universelle de la démocratie comme forme normale et naturelle de gouvernement » dont se réjouissait James Bryce en 1921 à la défaite des régimes démocratiques face aux contestations autoritaires et fascistes, le discours sur la démocratie dans l’entre-deux-guerres fut longtemps marqué par la question de son ancrage culturel ou inversement de la dimension artificielle de sa mise en place et dès lors de son incapacité à se défendre.

Sous le titre « Enraciner, sélectionner, défendre », le colloque de Reims se propose de reprendre la question autour de 3 axes :

  • Culture démocratique et éducation à la démocratie

Alors que la question de l’éducation à la démocratie est généralement associée aux politiques de « rééducation » alliées après 1945, les recherches récentes ont mis en évidence que l’interrogation sur le sujet est bien antérieure et s’exprime dès l’entre-deux-guerres. On peut donc s’intéresser à la manière dont les acteurs politiques, intellectuels ou médiatiques ont abordé cette question de la culture démocratique (à imaginer, à créer, à diffuser) dans les différents pays européens.

  • Des fonctionnaires démocrates ?

Que ce soit au moment de la mise en place des régimes démocratiques à la fin de la Première Guerre mondiale ou face à la montée du mouvement antidémocratique au cours des années 1920 et 1930, la question de l’adhésion des fonctionnaires aux principes de la démocratie nourrit, à cette époque, une interrogation sur le recrutement, la formation, voire la sanction, des agents publics. Quels sont les enjeux, les conflits et les évolutions en cette matière sur la période considérée ?

  • Le droit/Le devoir d’une démocratie à se défendre

L’on considère généralement que la réflexion sur les dispositions juridiques et administratives nécessaires à une démocratie pour se défendre contre ses ennemis sont une réaction à l’accession au pouvoir des nationaux-socialistes. La réflexion sur la « démocratie militante » serait donc un sujet pour les exilés. Or il semblerait que bon nombre des éléments de cette réflexion existent déjà dans les débats de l’entre-deux-guerres. On pourrait donc se demander ce qu’il en est : en quoi la réflexion sur le droit de la démocratie à se défendre est présente dès les années 1920, avec quels accents ? Et quels fruits ces débats ont-ils portés ? Ou, inversement, pourquoi n’ont-ils abouti à rien ? Pour répondre à une telle interrogation saisir toute la profondeur de ces débats-là, il peut peut-être apparaître pertinent de les mettre en perspective avec ceux d’après-guerre. On pourrait alors élargir la perspective au-delà de l’entre-deux-guerres stricto sensu pour envisager jusqu’aux années 1950 ou même 1960.

Conditions de soumission

Les propositions pourront présenter des études de cas portant sur un ou plusieurs pays (de préférence l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Pologne ou l’ancienne Tchécoslovaquie) en s’interrogeant sur les circulations transnationales des discours et des pratiques au cours de la période.

Ce colloque s’adresse tant aux chercheur.e.s expérimenté.e.s qu’aux jeunes chercheur.e.s issu.e.s des différentes disciplines (civilisation, histoire, études culturelles et littéraires, sciences économiques et politiques, sociologie, etc.).

Les propositions de 3000 signes ainsi qu’une courte bio-bibliographie/CV sont à envoyer à Christian E. Roques (christian.roques@univ-reims.fr) et Thomas Nicklas (thomas.nicklas@univ-reims.fr)

avant le samedi 12 décembre, 23h59

La sélection des communications sera communiquée avant le 15 janvier 2021.

Durée des communications : 30 minutes + 15 minutes de discussion

Sous réserve de financements suffisants, les frais de transport et d’hébergement des participants seront pris en charge.

Les Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique (DEMEPS 2021)

les 3 et 4 juin 2021 à l’Inalco, Paris

http://www.inalco.fr/appel-communication/doctoriales-europe-mediane-espace-russe-post-sovietique-demeps-2021

Date limite :
Vendredi, 16 octobre, 2020
 
Equipe de recherche :
 
Les « Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique » ont pour objectif de créer un lieu régulier de dialogue commun à l’ensemble des chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et post-doctorants travaillant sur un large espace couvrant l’Europe médiane, la Russie et l’Asie centrale, et, plus largement, l’ensemble des régions et États post-soviétiques, quel que soit leur champ disciplinaire.
Dans ce but, des chercheurs et enseignants-chercheurs, directrices et directeurs des principales unités de recherche travaillant sur ces régions ou exerçant des responsabilités dans le cadre des deux GDR CNRS « Connaissance de l’Europe médiane » et « Empire russe, URSS, monde post-soviétique » (GDRUS) se sont associés pour fournir un cadre de travail régulier dont ces Doctoriales 2021 sont le premier rendez-vous.
Celles-ci s’adressent aux doctorants à partir de la deuxième année (soit une 1re inscription au plus tard le 1er septembre 2019) et aux jeunes chercheurs post-doctorants ayant soutenu leur thèse après le 1er janvier 2018. Les doctorants inscrits en 1re année de doctorat au cours de l’année universitaire 2020-2021 sont les bienvenus pour participer à ces échanges.
 

Archives et traces : enjeux, usages et poétiques

Argumentaire
Pierre Nora affirmait en 1984 que « l’obsession des archives et du patrimoine caractéristique de notre époque correspond à la fin des milieux traditionnels de mémoire ». Pour Marie-Pascale Huglo, « les archives tiendraient lieu de mémoire, elles seraient même l’un des lieux où l’opposition entre la mémoire collective spontanée et la mémoire dans l’Histoire – distanciée, enregistreuse – se marque de la façon la plus tranchée ».
On sait que dans les aires est-européennes et ex-soviétiques, l’ouverture des archives suite à la chute des régimes communistes a contribué à un renouvellement radical de l’historiographie, notamment des périodes récentes. Cela a impacté la (les) mémoire(s) du passé proche tout en les documentant. L’enquête sur le passé nourrit en effet la quête d’origine, d’identité et d’avenir, tout en générant des fantasmes individuels ou collectifs autour des notions de secret et de dévoilement. Qu’en est-il, trente ans après le début d’une ouverture des archives qui semble connaître un temps d’arrêt, face à la diversité, la « dilatation », la démocratisation ou le retour autoritaire, de l’accumulation ou de l’occultation du matériau archivistique qui a parfois été interprété comme le signe d’une perte de la mémoire collective à l’ère post-totalitaire et post-industrielle ? En une phase incertaine où la démocratie libérale a perdu son statut d’horizon partagé, la mise à mal de l’autorité historique et mémorielle de l’archive prend des formes nouvelles, d’autant qu’on constate une explosion des formes de mémoire et de transmission du passé.
Destinée à documenter le passé, l’archive se conjugue aussi au présent, entre autres à travers le développement de l’histoire orale ou des recherches en linguistique sur les pratiques de communication contemporaine. La mémoire vive, actuelle, est devenue une nouvelle forme d’archive qui vient compléter l’archive écrite, fixée et conservée par des dispositifs qui l’enclosent, et qui se veut porteuse d’une forme de « présence » du passé. Si l’archive est affaire de temps et de temporalités, c’est alors aussi une affaire de construction sociale et politique. Les archives orales posent donc aussi une double question : celle d’une confrontation renouvelée entre subjectivité et histoire et celle des limites du territoire du texte.
Les archives permettent également une analyse linguistique de la « matérialité verbale » (Almuth Grésillon) des textes conservés voire préservés. Cette analyse peut donner lieu à une vision plus globale par rapport aux textes publiés ou dévoilés : on y assiste à nouvelle réalité reconstituée. 
Dans les domaines de la littérature et des arts, l’archive intervient comme instrument esthétique et poétique (Danilo Kis en littérature, Steve Reich en musique, Christian Boltanski en arts plastiques…), opposant un démenti à Claude Lanzman qui disait que « l’archive est une image sans imagination ». Cependant, comme le prouvent les polémiques autour de l’œuvre « hybride » du prix Nobel de littérature, Svetlana Alexiévitch, archives et création artistique ne se conjuguent pas sans mal. Plus généralement, que devient l’archive quand elle quitte son espace institutionnel pour devenir matériau littéraire et artistique ?
La construction et les usages des archives – possiblement leur spoliation – seront donc au cœur des interrogations de ces doctoriales. La sélection, la conservation, le traitement, puis les utilisations savantes, les manipulations, les détournements ou les falsifications des archives, que ce soit pour des raisons esthétiques, politiques ou historiques, par divers acteurs impliqués (archivistes, pouvoirs, chercheurs, artistes, institutions publiques et privées, media…), voire la création de toutes pièces de matériaux documentaires, ne posent pas qu’un problème éthique lié à la valeur d’authenticité. Au service de la fiction, l’archive n’acquiert-elle pas une valeur poétique qui la place dans un au-delà de la morale ? Dans la démarche scientifique ou historienne, l’archive centre-est européenne, russe et post-soviétique n’est-elle pas à questionner de façon spécifique, en tenant compte des strates successives – souvent incohérentes – de sa constitution et de son utilisation ? Comment l’historiographie s’en ressent-elle ? Il est ainsi question d’interroger les temporalités mais aussi les spatialités des productions, des usages et des traces des archives. Internet et les outils numériques sont des territoires qui peuvent être explorés dans cette perspective.
La thématique des archives, qui recouvre plusieurs disciplines et concerne plusieurs étapes de l’élaboration d’une thèse, permet enfin une réflexivité des doctorants sur leur pratique de chercheurs. L’archive sera donc considérée ici à la fois comme outil et objet de recherches.
 
En fonction des grands champs disciplinaires concernés, plusieurs pistes de réflexion peuvent être envisagées (liste non exhaustive) :
  1. Les mutations des régimes archivistiques. Le XXe siècle ou l’« ère de l’archive » – réflexion sur les méthodes d’analyse contemporaines. Ère de l’archive vs « ère du témoin ». Archives – traces – mémoires. Cette réflexion peut se prolonger par des interrogations sur les archives et les médiations et nouveaux dispositifs techniques (corpus balisés et outils traitement automatique). Dans le domaine linguistique, elles ouvrent la question des archives classiques et (archives) en ligne comme ressource linguistique. Linguistique de corpus : de l’archive au corpus de travail. Problèmes linguistiques de documentalisation des langues rares ; l’archivage numérique. HAL et les « archives ouvertes ». Réflexion sur les dispositifs matériels qui contribuent à la recherche, occasion de prolonger les réflexions épistémologiques ouvertes (RHMC, 2011) dans une réflexion sur l’impact de ces dispositifs dans l’étude de nos aires de recherche.
  2.  Archive, administration publique / privée et individus. Cette question peut être abordée sous des angles distincts : d’une part, par une réflexion sur les enjeux des classements administratifs et gestionnaires, la question des dossiers personnels, de leur construction, de leurs usages ; d’autre part, les dimensions économiques des archives. Autrement dit, il sera possible d’interroger les multiples formes d’usages de l’archive, aussi bien comme objet que comme processus (Stoler, 2009) révélateur de choix individuels ou sociaux.
  3. Poétiques et imaginaires de l’archive. L’archive comme source de création artistique et de production esthétique. Les formes du récit d’archives. Archives et pratiques narratives. Archives et génétique littéraire.
  4. Actualité des archives dans les aires d’Europe centrale – orientale – Eurasie. Ses institutions, ses formes et ses acteurs. La question des pratiques archivistiques des États, des dépôts privés et de leurs effets. La construction des fonds et de l’impact de l’évolution des actes normatifs qui les concernent. Quelles sont les formes des archives ? Qu’est-ce qui fait archive ou non ? Cette perspective pourra aussi bien intéresser l’urbaniste, l’architecte ou le géographe, au travers des archives comme des plans d’aménagement, que l’historien ou le politiste au travers de la politique des archives.
  5. L’archive comme source, mensonge ou stratégie. Enjeux professionnels et politiques des archives et leur usage dans l’espace public. Du bon et du mauvais usage des archives. Archives et « devoir de mémoire ». Archives et media. Archives et fantasmes collectifs. Archives et « vérité ». L’archive comme trace.
  6. Archives orales et recherche contemporaine en SHS. Oralité et texte. Perspectives, enjeux et limites de l’histoire orale, de la collecte d’entretiens et d’observations. Dans quelle mesure un récit de vie, un entretien est-il une archive orale ?
Bibliographie indicative :
Cœuré, S. et Duclert, V. [2001] : Les archives, Paris, La Découverte.
Combe, S. (dir.) [2009] : Archives et histoire dans les sociétés postcommunistes, Paris, La Découverte – BDIC.
Chepiga V. et Estanislao S. [2014] : Archives et manuscrits de linguistes, Academia, Sciences du langage.
Derrida, J. [1995] : Mal d’Archive, Paris, Galilée.
Duclert, V., [2001] : « Les Historiens et la crise des archives », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 48, 2001/4bis (supplément), p. 16-43.
Farge, A. [(1989) 1997] : Le Goût de l’archive, Paris, Seuil, coll. « Points histoire ».
Fenoglio, I. [2014] : Archives et manuscrits de linguistes. Quel apport pour la linguistique ? Fragmentum, Santa Maria, Brésil, UFSM.
Galland, B. [2016] : Les Archives, Paris, Presses universitaires de France.
Gresillon A. [(1994) 2016] : Eléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, CNRS Editions.
Hoog, E. [2009] : Mémoire année zéro, Paris, Le Seuil.
Huglo M.-P. : « Poétiques de l’archive ».
Israël, L., Voldman, D. (dir.) [2008] : Michael Pollak, De l’identité blessée à une sociologie des possibles, Paris, Éditions Complexe. 
Lauvernier, J. [2015] : « Historiographie, archives, artefact. L’archive de la recherche en situation limite », in Bert, J.-F. & Ratcliff, M. (dir.) Frontière d’archives : Recherches, mémoires, savoirs, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 145-153.
Marcilloux, P. [2013], Les Ego-archives. Traces documentaires et recherche de soi, Rennes, PUR.
Nérard, F.-X. [2011], « Quelles archives soviétiques ? Réflexion sur la constitution des archives du pouvoir stalinien » in Historiographie & archivistique. Écriture et méthodes de l’histoire à l’aune de la mise en archives, sous la direction de Philippe Poirrier et Julie Lauvernier, Territoires contemporains, nouvelle série – 2 – mis en ligne le 12 janvier 2011.
URL : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/historiographie/FX_Nerard…
Nora, P. [1984], Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.
Pollak, M., Heinich. N. [1986] : « Le témoignage », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 62-63, juin 1986, p. 3-29.
Paugam, S. (dir.) [2010] : L’Enquête sociologique, Paris, PUF.
Pomian, P. [1992] : « Les archives. Du Trésor des chartes au Caran », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, vol. III, 163-233.
Rastier F. [2011] : La mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Champion.
Sheringham, M. [2002] : « La figure de l’archive dans le récit autobiographique contemporain », Lendemains, no 107-108, 25-41.
Wahnich, S. [2000] : « Archives, objet empirique et intuition. Du rapport passé/présent de l’historien », in CURAPP, Les Méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en science politique, Paris, PUF, p. 211-228.
Historiographie & archivistique. Écriture et méthodes de l’histoire à l’aune de la mise en archives, sous la direction de Philippe Poirrier et Julie Lauvernier, Territoires contemporains, nouvelle série – 2 – mis en ligne le 12 janvier 2011 (http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/historiographie/historiographie.html)
« Les archives orales : bilan, enjeux et perspectives », La Gazette des archives, n° 211, 2008/3
« Les Archives de l’Est », Genèses, 2003/3, n°52.
« Le Métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? », RHMC, 2011/5 (N°58/4bis)
 

Les propositions devront être envoyées avant le 16 octobre 2020 à l’adresse : doctoriales-demeps2021@inalco.fr


Ces propositions comporteront les éléments suivants :
Titre de la proposition
Directrice/directeur de thèse
Laboratoire de rattachement
Année de thèse
Champ disciplinaire
Résumé du papier (3 500 signes, plus ou moins 10%)
Mots-clés (5)
Bibliographie indicative (max. 10 références)
 

Les Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique
(DEMEPS 2021)
Inalco, 2 rue de Lille 75007
3 et 4 juin 2021.

 
Comité scientifique
Étienne BOISSERIE (Inalco, CREE)
Emmanuelle BOULINEAU (ENS Lyon, UMR EVS)
Boris CZERNY (Université Caen Normandie, ERLIS)
Françoise DAUCÉ (EHESS, UMR CERCEC)
Catherine GÉRY (Inalco, CREE)
Catherine GOUSSEFF (EHESS, UMR CERCEC)
Paul GRADVOHL (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, UMR SIRICE)
Armelle GROPPO (présidente de l’AFR)
Luba JURGENSON (Sorbonne Université, UMR Eur’Orbem)
Irina KOR-CHAHINE (Université de Nice Sophia Antipolis, UMR BCL)
Svetlana KRYLOSOVA (Inalco, CREE)
Alexandru MARDALE (Inalco, UMR SeDyL)
Antoine MARÈS (émérite, Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, UMR SIRICE)
Antoine NIVIÈRE (Université de Lorraine, CERCLE)
Nadège RAGARU (CERI, Sciences Po)
Marie-Pierre REY (Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, UMR SIRICE)
Catherine SERVANT (CREE, Inalco)
 
Comité d’organisation
Étienne BOISSERIE (Inalco, CREE)
Catherine GÉRY (Inalco, CREE)
Sophie HOHMANN (Inalco, CREE)
Stéphane LONDERO (Inalco, CREE)
Alisa MENSHYKOVA (doctorante, EHESS, UMR CERCEC)
Mélanie SADOZAÏ (doctorante, Inalco, CREE)
 
Gestionnaire
Stéphane LONDERO
 
Région du monde :
Europe et Eurasie