La légitimation du politique : histoire, mémoire, pouvoir

Ce colloque international de l’ILCEA4 organisé les 4 et 5 juin 2020 s’inscrit dans l’axe Politique, Discours, Innovation.
 
Les stratégies de légitimation du politique se constituent le plus souvent à partir des représentations mémorielles élaborées par les auteurs mêmes de ce discours dans l’histoire nationale. Aussi l’invocation d’une mémoire particulière de l’histoire peut-elle parfois défendre une certaine idée de la nation qui n’en vise pas moins à légitimer la pérennité d’un régime politique sans véritable opposition, ni possible alternance. Ce phénomène d’instrumentalisation de l’histoire permet de façonner des identités nationales selon les modèles dont les pouvoirs en place se réclament. Les discours officiels sur l’histoire inscrits dans les politiques de la mémoire suscitent, en contrepoint, l’émergence de discours alternatifs émanant d’acteurs divers issus de la société civile. Antagonistes dans leurs objectifs de légitimation du politique, ces deux types de discours n’en présentent pas moins souvent des similitudes dans le choix des outils dont ils usent pour promouvoir des modèles politiques décrétés légitimes, en inscrivant leur engagement dans la dimension proprement discursive et narrative, voire artistique.

Le présent colloque se propose de croiser ces deux types de discours dans les sociétés contemporaines. L’enjeu est de parvenir à éclairer des traits communs ou distinctifs dans les stratégies de légitimation impliquant la formation d’identités collectives par la (re)construction du récit historique ou les représentations mémorielles qui lui sont sous-jacentes. Comment le politique est-il légitimé ou délégitimé dans ces deux types de discours ? Le pouvoir est-il la seule finalité de ce processus de légitimation du politique par le recours à l’histoire et à la construction de la mémoire ? Dans quelle mesure un tel phénomène s’observe-t-il d’une aire géoculturelle à l’autre ? Telles sont, dans leurs grandes lignes, les questions auxquelles les intervenants de ce colloque tenteront d’apporter des éléments de réponse.
 
Quelques axes thématiques peuvent d’ores et déjà être suggérés aux participants :

La légitimation du pouvoir dans le discours politique : stratégies d’instrumentalisation de
l’histoire et de construction mémorielle, élaboration d’un récit national.
La légitimation du récit national dans l’historiographie dominante, les discours alternatifs qui
visent à déconstruire cette dernière.
La légitimation de la politique mémorielle et les autres formes de discours et d’engagement
politiques dans les arts, la littérature, la culture.
 
Les propositions de communication peuvent être soumises au plus tard le 6 janvier 2020, à l’adresse suivante : legitimation2020@univ-grenoble-alpes.fr

Comité d’organisation : Valéry Kossov, Damien Morier-Genoud, Zakaria Taha.
 
Pour télécharger l’appel à communication : https://ilcea4.univ-grenoble-alpes.fr/actualites/legitimation-politique-histoire-memoire-pouvoir

À côté de Stanislavski et de Meyerhold : les protagonistes “de l’ombre”. Pour une autre histoire du théâtre russe (Bordeaux)

https://www.fabula.org/actualites/colloque-international-a-cote-de-stanislavski-et-de-meyerhold-les-protagonistes-de-l-ombre-pour_93468.php

Colloque international

À côté de Stanislavski et de Meyerhold : les protagonistes « de l’ombre ».

Pour une autre histoire du théâtre russe 

 

Le rôle des artistes russes dans le processus général de renouveau de la scénographie à la charnière du XIXe et du XXe siècles ainsi que dans celui de l’avènement de la figure centrale du metteur en scène est un thème qui a été étudié en Occident. Toutefois, jusqu’à présent, l’attention des érudits occidentaux s’est focalisée sur les phénomènes les plus saillants et sur d’éminentes personnalités, comme Stanislavski ou Meyerhold, dont l’activité et les écrits théoriques ont été traduits dans les principales langues de communication. De cette manière s’est constituée une histoire du théâtre russe qui attribue à ces maîtres de la mise en scène le rôle de « démiurges » réformateurs, incarnations hégéliennes de « l’esprit du siècle », laissant dans l’ombre des personnalités non moins intéressantes, leurs compagnons ou leurs maîtres, qui ont accompagné ou initié ce travail de réforme de la mise en scène théâtrale.

Le régime soviétique a d’ailleurs grandement contribué à la création de ce modèle mythologisé du « réalisateur héros » ou du « réalisateur victime ». L’adoration crée l’isolement de la personne qui, déracinée de son contexte, acquiert des traits transcendants et peut être placée, comme les saints de l’art byzantin ancien, dans une dimension métaphysique, exaltée et vénérée à la fois. Si Stanislavski a été enveloppé dans le linceul du naturalisme, un tout autre destin s’est abattu sur Meyerhold, victime des Grandes Purges, dont la mémoire s’est perpétuée dans les figures contradictoires de l’artiste dégénéré ou de l’artiste maudit, ignoré ou vilipendé par les uns, victimisé et encensé par les autres.

L’autre obstacle à la compréhension objective des différentes formes d’expérimentation théâtrale qu’a connues la Russie entre les XIXe et XXe siècles réside dans la « médiation » qui en a été opérée par certains protagonistes ayant connu le succès et la reconnaissance en Europe, comme Diaghilev, Benois ou Sergueï Volkonski. C’est à travers le voile filtrant de leurs déclarations, de leurs articles, de leurs interviews ou mémoires que cette réalité a été transmise en Occident. Ces acteurs émigrés de la scène russe sont toujours considérés comme les principaux architectes de la réforme de la scène musicale, de la danse théâtrale et de l’émergence du spectacle « total » fondé sur la synthèse des arts. En fait, ils ont seulement « oublié » de diffuser à l’étranger les noms des initiateurs et des artisans de ce mouvement de réforme, récoltant ainsi les fruits d’une recherche de vingt ans et créant de faux mythes, tel que celui de la prétendue « révolution » des Ballets russes. Leurs écrits et leurs déclarations n’ont cessé d’exercer leur emprise sur les chercheurs européens, leur léguant préjugés idéologiques, mythes culturels et approches méthodologiques d’un autre âge.

Le colloque À côté de Stanislavski et de Meyerhold: les protagonistes « de l’ombre ». Pour une réécriture de l’histoire de la scène russe se propose de réfléchir sur l’héritage de la scène russe qui s’est transmis en Occident, à la fois par l’intermédiaire des artistes eux-mêmes et à travers l’historiographie qui s’est constituée au XXe siècle. On s’interrogera, notamment, sur un paradoxe historiographique persistant– la distorsion entre le foisonnement des expériences scéniques qui ont eu lieu en Russie à la charnière des XIXe et XXe siècle, et la vision très limitée qu’en donnent la majorité des érudits occidentaux.

Cette réflexion vise à initier une rupture théorique dans la compréhension de la scène russe, en dépassant le paradigme de l’« avènement » des grands metteurs en scène et de la « révolution » du spectacle théâtral et en s’intéressant à des personnalités et phénomènes restés jusque là dans l’ombre des figures les plus prestigieuses. On s’intéressera notamment aux protagonistes oubliés, qui furent pourtant des acteurs essentiels de ce large mouvement de redéfinition des différentes formes du spectacle vivant : leurs recherches et expérimentations préfigurent des innovations qui deviendront manifestes au début du XXe siècle. L’étude inclura le théâtre musical, pourra s’élargir aux formes mineures, aux théâtres périphériques, suburbains, provinciaux ou nationaux.

Dans un second volet, la réflexion pourra également envisager la façon dont le legs des différents maîtres de la scène a été transmis/interprété/déformé à l’étranger et sur la dissémination de l’expérience théâtrale russe dans le monde après 1917. Dans une perspective d’histoire sociale, pourront être étudiées les modalités de l’intégration de ces artistes dans les milieux théâtraux de leur pays d’adoption, et parallèlement la question de leur intégration réussie ou manquée dans des traditions théâtrales différentes. 

*

Dates et lieu du colloque :

18-19-20 novembre 2020 — Auditorium du Musée d’Aquitaine, 20 cours Pasteur, 33000 BORDEAUX

*

Comité scientifique :

Sandrine Dubouilh, Université Bordeaux Montaigne
Donatella Gavrilovich, Università degli Studi Roma « Tor Vergata » Pierre Katuszewski, Université Bordeaux Montaigne
Ada Kolganova, Bibliothèque nationale des arts, Moscou
Olga Kouptsova, Institut national des arts, Moscou
Pascale Melani, Université Bordeaux Montaigne
Dmitri Rodionov, Musée central du théâtre Alexis Bakhrouchine

*

Les langues de travail du colloque sont le français et le russe (éventuellement, l’anglais). Les propositions de communication sont à envoyer avant le 31 mai 2020 à l’adresse du comité d’organisation <mladamsha@gmail.com> accompagnées d’un résumé en français/russe et anglais de 1000 signes maximum et d’une courte biographie.

Les propositions seront examinées par le comité scientifique international et les réponses notifiées avant le 30 juin 2020

Les travaux du colloque donneront lieu à un numéro spécial de la revue

http://www.artidellospettacolo-performingarts.com 

*

Conditions financières :

Le comité d’organisation finance l’hébergement et les repas pendant le colloque, mais le transport reste à la charge des participants.

Pour les chercheurs de la Fédération de Russie et de l’Europe de l’Est, les frais de voyage pourront être pris en charge à condition que leur participation soit confirmée avant le 30 novembre 2019. 

 

CFP Environment, territory, mobility: 43rd Annual Conference of the Irish Association for Russian, Central and East European Studies

https://networks.h-net.org/node/73374/announcements/5308483/cfp-environment-territory-mobility-43rd-annual-conference-irish

7-8 May 2020, University College Dublin

From the frontiers of empires to the Iron Curtain and the (re)definition of nation states, Central and Eastern Europe, Russia and Eurasia have long been defined by boundaries and borders. At the same time, the societies and communities of the region have deep and long-standing inter-relations – which often under-cut or at the very least, complicate, our notions of nationally bounded space – fostered for instance by shared experiences of empires; flows of people, objects and ideas; common environments; the political transformations of the twentieth century; and the intellectual umbrella of area studies. Exploring the theme ‘Environment, territory, mobility’, the 43rd Annual International Conference of IARCEES focuses on the ways in which the physical spaces of Russia, Eurasia and Central/Eastern Europe intersect with wider aspects of social, political, economic and cultural change. Attentive to the specificities of local places and contexts, while accommodating broader patterns and frames of analysis, we invite papers that address topics broadly associated with human-nature relationships; mobilities and migrations; and territorial identity, organisation and re-constitution. The conference is intended to contribute to the further growth of the field by opening up new avenues of research, both within and across disciplines, and by encouraging collaboration and intellectual exchange.

We invite proposals for individual papers, or preferably panels of three to four papers, and particularly encourage explorations of one – or more – of the following themes: 

  • Environmental histories of Central and Eastern Europe, Russia and Eurasia.
  • Natural resources and post-Communist transitions.
  • Environmental and territorial aspects of the (re)formation and break-up of empires and nation states.
  • Connections between identity and environment and/or territory.
  • Movements of people, materials, ideas and so forth between, within and beyond Eastern Europe, Russia and Eurasia.
  • Migrations and socio-political change.
  • Territories beyond the nation-state.
  • Borders and frontiers, past, present and future.
  • Imaginative, intellectual and cultural representations of environments and territories.
  • Comparative, regional, transnational and global perspectives on the conference theme.

Scholars from all disciplines and at all career stages are eligible to apply. We particularly encourage submissions from postgraduate students and early career academics, although regrettably cannot offer any financial support towards travel or accommodation in Dublin.

IARCEES strives to provide a forum for scholars of Russian, Central and East European Studies in Ireland and abroad. IARCEES members and academics from the countries of Central and Eastern Europe, and Russia, are particularly welcome to submit proposals, and a special section will be dedicated to showcasing the work of current IARCEES members, especially those based in Ireland, irrespective of fit with the conference theme.

Individual paper proposals should be no longer than 300 words (paper length 20 minutes). Panel proposals should include an overall rationale of up to 300 words, alongside short paper abstracts of 200 words, and a suggestion of a chair and/or discussant. Round table and book panel proposals are also welcome, and should follow the same structure. 

Further information regarding conference registration and schedule will be provided to participants upon acceptance. 

Please submit your paper or panel proposals, together with a biographical statement of up to 150 words for each presenter, to iarcees2020@gmail.com. The deadline for the submission of all proposals is 10th January 2020.   


For more information, please contact:
Dr Jennifer Keating, Assistant Professor of Modern East European History, University College Dublin, jennifer.keating@ucd.ie

Trade and Empire: Productivity, Economic Exchange, and Differences in Eurasia

https://networks.h-net.org/node/73374/announcements/5310835/trade-and-empire-productivity-economic-exchange-and-differences

Conference at the Center for Social Sciences and Humanities at UTMN, Tyumen, Russia.

April 18-19, 2019

Call for papers

Since the rise of liberal economic theory, trade was widely viewed as a universalizing experience. Not only did classical liberals consider commerce a tool of civilization but they also widely assumed that economic exchanges would serve as great equalizers and would benefit every side involved in economic exchange.

At the same time, various imperial formations which emerged in Eurasia thrived on the production and management of ethnic, cultural, social, and confessional differences. The empires of Eurasia were worlds of particular social and economic niches, often occupied by diasporas or other particular groups.

In the modern period, the underlying tension between the universalizing thrust of economic exchange and the particularizing logic of empires overlapped with new ideas about productivity, efficiency, and modernity, introducing into the debate about economic exchanges notions of civilizational competence or racial suitability. Scientific theories of productivity, national economic spheres, and protective tariffs did not displace the tension between the universality of commerce and particularity of difference but recast it in new ways.

Organizers of the conference invite scholars whose work focuses on different aspects of trade, commerce, productivity, and empire in Eurasia.

The conference will take place at the Institute of Social Sciences and Humanities of UTMN on April 18-19. Organizers may be able to offer a small number of travel and accommodation grants.

Please, submit a 200 words abstract of the paper and CV to imperialhistories2019@gmail.com by December 15.

 With questions about the conference thematic focus, please, write to Sergey Glebov at sglebov@smith.edu

With questions about the logistics, please, write to Alexander Vileykis at alexandro.vileykis@gmail.com

10 bourses de recherche en Pologne pour doctorants etrangers (pour 2020)

Pour information, l’Institut d’histoire de l’Académie polonaise des sciences à Varsovie (IH-PAN) accueille une nouvelle école doctorale (Anthropos Doctoral School) interdisciplinaire qui associe plusieurs autres instituts, et ouvre un appel pour dix bourses (un mois) destinées à des doctorants étrangers, pour un séjour de recherche au cours de l’année 2020.  
Vous trouverez (en anglais) toutes les informations et les formulaires à cette adresse : https://ihpan.edu.pl/en/call-for-applications-for-prom-international-exchange-fellowship-for-doctoral-students/

Nouvel appel

Doctoriales de russe à Poitiers

Cinquièmes Doctoriales en Etudes russes : « Russie : limites et frontières »

Université de Poitiers

Jeudi 4 et vendredi 5 juin 2020
MSHS, salle des conférences


Organisées tour à tour par différentes universités, les Doctoriales en études russes, créées en 2010 à l’initiative de l’Association Française des Russisants (AFR) et soutenues par elle, ont vocation à rassembler autour d’un thème large doctorants et jeunes chercheurs en études russes, issus de tous les établissements universitaires français. Elles ont pour objectif de leur permettre d’élargir le champ de leur réflexion et, également, de se faire connaître, de se rencontrer et de développer leur réseau au sein de la communauté. Peuvent y participer tous les doctorants, y compris les moins avancés, à qui elles offrent une première occasion d’intervenir publiquement. Les communications de chercheurs post-doctorants ayant soutenu leur thèse il y a moins de quatre ans sont également les bienvenues pour cette édition. Les actes des Doctoriales seront publiés dans un numéro spécial de la Revue russe.


Cette année, nous proposons, pour les Doctoriales, le thème fédérateur des limites et frontières. L’enjeu est de réfléchir sur ces constructions sociales nécessaires, mais problématiques et fluctuantes. Les limites et les frontières ne sont pas, en effet, des lignes ou des zones de partage bien définies, mais au contraire des territoires de passage, de métissage, de porosité, de transfert, d’hybridation, etc. Les espaces frontaliers non seulement divisent des régions, mais aussi permettent des contacts avec d’autres cultures ou encore participent à la réinvention et à la redéfinition continues d’identités culturelles ou linguistiques de pays voisins. Sources de changements, de renouveau, de troubles, voire de conflits, ces zones marginales échappent régulièrement au contrôle des autorités, mais aussi à l’attention des chercheurs plutôt attirés par des oppositions bien définies entre les affaires intérieures et extérieures, l’est et l’ouest, le russe et le non-russe, etc.

Ouverte aux spécialistes de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (sociologie, économie, géopolitique, histoire, philosophie, linguistique, études littéraires, musicales, théâtrales, cinématographiques…), la rencontre des doctorant(e)s est pensée comme une occasion de dépasser les oppositions et de franchir les frontières des recherches enfermées dans une seule discipline prétendument « purifiée » (Bruno Latour). C’est une thématique fédératrice qui a été choisie, car elle laisse place aux contacts entre diverses approches théoriques et disciplinaires, à la complémentarité et à l’enrichissement réciproques. Les pistes de réflexion que l’on suggère n’ont, bien évidemment, pas de caractère prescriptif : d’autres thématiques et idées seront également acceptées. Les propositions sur des questions d’intermédialité (sur différentes formes d’expression artistique, fictionnelles et factuelles, sur l’hybridation de genres, etc.) seront particulièrement bien accueillies.

Le problème des frontières est prépondérant dans les analyses géographiques, géopolitiques et géostratégiques. La Russie représente, en ce sens, un cas particulier, car, du fait de son agrandissement ininterrompu pendant plusieurs siècles, elle a construit son identité nationale autour de la notion de limites ou plutôt de leur absence (beskrajnjaja Rossija). C’est un État dont une grande partie se définit en référence à des extrémités géographiques comme l’indiquent les dénominations courantes des régions, p.ex. Krajnij sever ou Dal’nij vostok. La conquête continue de ces territoires pose d’ailleurs le problème des limites d’intervention ou d’ingérence dans la vie des peuples autochtones. La question des frontières et des limites peut donc aider à comprendre les relations de la Russie avec ses voisins, mais également les rapports entre différents peuples (ou groupes sociaux) à l’intérieur même du territoire. De nombreux conflits extérieurs et intérieurs qui marquent l’actualité russe et internationale deviennent plus compréhensibles à la lumière des limites et des frontières qui se sont formées au cours de l’histoire.

Du point de vue historique, les périodisations habituelles de la culture européenne ne sont pas entièrement applicables à la Russie : la Renaissance, la Réforme protestante ou les Lumières par exemple sont absentes de l’histoire politique et culturelle russe ou y ont pris des formes spécifiques et développé des limites chronologiques particulières. Les canons religieux orthodoxes, la tradition orale et l’héritage païen ainsi qu’une organisation sociale singulière ont créé un système original de tabous et d’interdits. Les démarcations entre l’intime et le public, l’individuel et le collectif, le masculin et le féminin, etc. présentent des configurations propres et peuvent être décryptées dans des contextes culturels et sociaux différents. Les restrictions et les contraintes sociales portent également à interroger ce qui est considéré comme scandaleux, inadmissible et transgressif. Un recours à la méthode « archéologique » (Michel Foucault) serait particulièrement judicieux pour comprendre comment les barrières et les blocages ont émergé et se sont imposés et par quels biais ils ont été et continuent à être contournés dans les arts ou, plus généralement, dans la vie sociale russe.

La thématique proposée s’applique également à l’étude des contraintes créées par des rôles genrés, par exemple dans les biographies d’artistes femmes (écrivaines, peintres, photographes, etc.) qui, restant souvent à l’ombre et en marge de la vie sociale, ont non seulement réussi à transgresser les impératifs du genre, mais aussi ont occupé une place importante dans le lancement de plusieurs nouvelles tendances culturelles. L’idée de limites et de frontières permet donc d’aborder le problème de la visibilité et de la marginalisation de différents groupes sociaux.

Le thème des frontières se révèle pertinent pour les études littéraires. Le sujet permet d’envisager une multitude de réflexions portant, par exemple, sur les représentations de l’Autre, de l’Etranger dans les œuvres littéraires, ou encore sur la spécificité nationale (narodnost’, russkost’), l’Universalité de l’Homme russe (Dostoïevski), les frontières intérieures de la littérature soviétique (Samizdat), le problème de l’Intelligentsia, coupée du peuple, la construction de frontières imaginaires, etc.

Par ailleurs, la question des limites et des frontières donne accès à la pensée philosophique russe : en effet plusieurs auteurs ont été attirés par des situations, des passions et des moyens extrêmes, comme les fondateurs de l’anarchisme dans leurs élans libertaires, Dostoïevski et Tolstoï dans leur maximalisme moral, les avant-gardistes russes dans leur rêve d’abandonner toutes les traditions, ou encore Tsiolkovski dans son désir d’échapper à l’attraction terrestre. On trouve d’autres formes d’idéalisme, par exemple, dans le gigantisme des projets architecturaux soviétiques ou dans l’attachement passionné des stakhanovistes à des records. Ces derniers exemples montrent que les questions philosophiques et politiques forment des alliages indissociables et influencent inévitablement la vie quotidienne, voire la vie intime. Le thème proposé aux doctorant(e)s cette année peut d’ailleurs conduire à analyser les phénomènes sociaux de la vie de tous les jours auxquels font penser les expressions courantes liées à la notion de limites et souvent connotées négativement : okraina, limita, kommunalka, čelnočnik, bespredel, etc.

L’activité de traduction (le mot perevod évoque d’ailleurs très clairement le passage de frontières) permet également de revenir sur la thématique des limites. Penser la traduction, c’est aussi réfléchir sur la déterritorialisation, le multilinguisme, les identités hybrides, les diasporas (p.ex. Global Russians), les transferts culturels, économiques et politiques, etc.

Dans le domaine de la linguistique, un angle d’attaque possible est la question de l’emprunt qui montre la porosité des frontières entre les langues. On peut aussi évoquer le problème de la norme qui instaure des restrictions dans le fonctionnement de la langue. Des fautes, des erreurs ou des transformations des règles, corollaires de la normalisation, peuvent aussi être étudiées du point de vue proposé par les doctoriales.

Ainsi toute approche de la thématique est-elle intéressante et la multiplicité des points de vue permettra de présenter une vision plurielle des limites et des frontières et favorisera les échanges.

Modalités et contacts :

Date : jeudi 4 et vendredi 5 juin 2020

Lieu : salle des conférences, MSHS, Université de Poitiers

Langues de travail : français, russe ; d’autres langues peuvent être exceptionnellement acceptées

Comité d’organisation :
Sanja Boskovic, maîtresse de conférences, HDR, Université de Poitiers

Olga Clément, doctorante, Université de Poitiers

Charlotte Krauss, maîtresse de conférences, HDR, Université de Poitiers

Galina Subbotina, maîtresse de conférences, Université de Poitiers, membre du CA de l’AFR

Polina Ukhova, doctorante Université de Poitiers, lectrice de russe, Université de Bordeaux


Comité scientifique :

Sanja Boskovic, maîtresse de conférences, HDR, Université de Poitiers

Christine Bracquenier, professeure des universités, Université de Lille

Philippe Comte, maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, vice-président de l’AFR

Evelyne Enderlein, maîtresse de conférences honoraire, HDR, Université de Strasbourg, vice-présidente de l’AFR

Catherine Géry, professeure des universités, INALCO

Régis Gayraud, professeur des universités, Université Clermont Auvergne

Armelle Groppo, maîtresse de conférences honoraire, Université Paris Nanterre, présidente de l’AFR

Charlotte Krauss, maîtresse de conférences, HDR, Université de Poitiers

Serge Rolet, professeur des universités, Université de Lille

Galina Subbotina, maîtresse de conférences, Université de Poitiers, membre du CA de l’AFR

Emails : doctoriales2020@gmail.com ; galina.subbotina@univ-poitiers.fr

Date limite d’envoi des propositions :
Les doctorant(e)s et jeunes chercheur(se)s désirant participer aux doctoriales sont prié(e)s d’envoyer leur proposition de communication (texte de 3000 signes environ, accompagné d’un bref CV) .

Financements : Les frais de logement des doctorant(e)s dans les résidences universitaires retenues par les organisateurs seront pris en charge par l’AFR. Une demande de soutien pour le financement des repas des participant(e)s est en cours auprès des laboratoires MIMMOC et FORELLIS ainsi qu’auprès de l’UFR des Lettres et Langues de l’Université de Poitiers et la MSHS de Poitiers.

Attention : les frais de déplacement seront à la charge des participant(e)s ou de leurs laboratoires.