Journée d’étude internationale

 

Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries : 

Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres

 

Jeudi 2 juin de 9h30 à 18h, à la Maison de la Recherche – Sorbonne Université

28 Rue Serpente, 75006 Paris

 

—————————–

 

1er JUIN 2022, 18h-20h 

« Traduire depuis la prison, écrire depuis les marges : 

Table ronde autour de la traduction collective de Princesa de Fernanda Farías de Albuquerque et Maurizio Iannelli » 

Le Moulin à café, 8 Rue Sainte-Léonie, 75014 Paris

 

Lien de l’événement : 

https://www.facebook.com/events/715581413020438/?ref=newsfeed

 

En présence des traductrices Armelle Girinon (LUHCIE, Université Grenoble Alpes) et Virginie Culoma-Sauva (CAER, Aix-Marseille Université), en discussion avec Sam Bourcier (ULR 4074 Cecille, Université de Lille) et Mateusz Chmurski (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université)

Animation : Nicola Brarda et Laura Maver Borges (ELCI, Sorbonne Université)

Depuis plusieurs années, le contexte francophone connaît un regain d’intérêt pour la traduction comme pratique transféministe de mise à disposition de textes essentiels à une compréhension et à une cartographie plus vaste des perspectives politiques des corps minorisés. Le roman autobiographique Princesa de Fernanda Farias de Albuquerque, co-écrit et conçu au début des années 1990 avec deux autres codétenus (Maurizio Iannelli et Giovanni Tamponi) dans le quartier des hommes de la prison de Rebbibbia, à Rome, méritait une traduction française que l’on doit à un collectif de cinq traductrices. 

Ce texte et sa traduction permettent d’interroger la dimension de l’archive, sa nature, sa production, son usage, mais aussi de questionner le statut des écritures de soi et de la dimension de l’intime dans les processus de résistance collective et politique. Enfin, le texte, par son contexte même de production, confronte le lecteur au fait de la migration, du plurilinguisme, de l’écart, de la mise en marge dans des espaces nouveaux.

—————————–

 

2 JUIN 2022, 9h30-18h 

JOURNÉE D’ÉTUDE – Maison de la Recherche, salle D223

 

Pour y assister en ligne : https://univ-paris8.zoom.us/j/93443790236?pwd=Y1JBdytQcElVQ09iVStyRGp6REpNZz09

 

9h30-10h : accueil des participant-es

 

10h-10h30 : Introduction

Virginie Adam (REIGENN, Sorbonne Université), Astrid Greve Kristensen (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) et Aida Čopra (ELCI, Sorbonne Université) 

 

10h30-12h : Énonciations depuis les marges

Sonia Gavory (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) – « Outside » : Une mise en scène de Kirill Serebrennikov depuis les marges 

Marie Duic (EA VALE, Sorbonne Université) – La mode vue depuis la province : Excentricité vestimentaire et géographie textile dans Cranford (1853) d’Elizabeth Gaskell

Rebeh Dabbabi-Rhimi (Laboratoire Intersignes, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis) – La parole pamphlétaire dans Écrire en pays dominé (1997) de Patrick Chamoiseau : Interroger la dichotomie « Centre/périphéries » pour faire face à une géopolitique mondialisée

 

Modération : Joseph Kebe-Nguema (REIGENN, Sorbonne Université) et Maria Turgieva (UMR 8224 Eur’ORBEM)

 

12h-13h30 : Déjeuner

 

13h30-15h30 : Distinctions et subversions face aux centres

Chloé Pretesacque (LIRA, Sorbonne-Nouvelle) – Êtres marginaux : Mycètes, méduses et escargots, une communauté queer des ruines contemporaines

Clara Metzger (Centre de recherche en littérature et poétique comparées, Université Paris Nanterre) – Mise en mouvement, mise au ban dans les romans de Virginie Despentes : subversion ou révolution des rapports entre centre et périphérie  ?

Luiz Barbosa (Santa Catarina State University) – “Reproduction” in “Distinction”: Constructing the Music Teacher Educator in Brazil. Reflections from the Margin

Antoine Alario (LEGS, Université Paris 8 Vincennes) – Périphéries queer : La théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ?

 

Modération : Naïma Berkane (UMR 8224, Sorbonne Université) et Laura Maver Borges (ELCI, Sorbonne Université)

 

15h30-16h : Pause-café

 

16h-17h30 : Entre centres et périphéries : Circulations, mises en réseaux, transmissions. 

Antonio Pacifico (IETT, Université Jean Moulin Lyon 3, AAM, Università di Napoli “L’Orientale”) – Les stratégies d’écriture et d’édition des écrivains irakiens de la diaspora face au champ international

Leticia Leme (masterante, Université de Campinas – Unicamp) – Marie Laurencin et les artistes brésiliennes de l’avant-garde : Un regard sur la circulation de l’art moderne vers les « périphéries »

Astrid Chabrat-Kajdan (Passages Arts & Littératures XX-XXI, Université Lyon 2) – La difficile circulation du théâtre palestinien à l’international : Les partenariats avec l’Europe comme voie d’accès ?

 

Modération : Nicola Brarda (ELCI, Sorbonne Université) et Lola Sinoimeri (LEGS, Université Paris 8 Vincennes, UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) 

 

17h30-18h : Conclusion de la journée

Virginie Adam (REIGENN, Sorbonne Université) et Iris Saada (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) 

 

—————————–

 

Organisé par ERjIS-ELCI, Élans-REIGENN, Passage-UMR 8224 Eur’ORBEM et l’ED 020 de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, LEGS UMR 8238 et l’ED 31 de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et Initiative Théâtre (Alliance Sorbonne Université).

 

Comité d’organisation

Virginie Adam (REIGENN), Naïma Berkane (Eur’ORBEM), Nicola Brarda (ELCI), Aida Čopra (ELCI), Astrid Greve Kristensen (Eur’ORBEM), Joseph Kebe-Nguema (REIGENN), Laura Maver Borges (ELCI), Iris Saada (Eur’ORBEM), Lola Sinoimeri (LEGS, Eur’ORBEM), Maria Turgieva (Eur’ORBEM)

 

Comité scientifique 

Agathe Mareuge (MCF, Sorbonne Université, REIGENN), Silvia de Min (Sorbonne Université, ELCI), Gaïa Perreaut (Sorbonne Université, REIGENN), Małgorzata Smorąg-Goldberg (PR, Sorbonne Université, Eur’ORBEM), Valentina Sturli (Université de Padoue, Département d’études linguistiques et littéraires) 

 

JOURNÉE D’ÉTUDE INTERNATIONALE

english version below

Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries :
Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres

Jeudi 2 juin de 9h30 à 18h, à la Maison de la Recherche – Sorbonne Université
28 Rue Serpente, 75006 Paris

Cette journée d’étude est organisée par REIGENN et l’UMR 8224 Eur’ORBEM (Sorbonne Université), LEGS (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) et Initiative Théâtre (Alliance Sorbonne Université).
Elle trouve son origine dans un séminaire doctoral organisé par les laboratoires juniors des équipes de recherche d’études italiennes (ERjilS, ELCI), germaniques et nordiques (Élans, REIGENN) et slaves (Passage, UMR 8224 Eur’ORBEM) de l’ED 020 de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.

Tout au long du XXe siècle, sous l’influence du courant marxiste, de nombreuses disciplines des sciences sociales telles que l’économie, la géographie ou la sociologie se sont emparées du couple notionnel centre/périphérie afin de théoriser des rapports de pouvoir de différentes natures. Si le centre constitue le lieu – géographique ou symbolique – de production des savoirs et de la culture légitimes (Bourdieu, 1979) et par conséquent, de la norme, la périphérie est quant à elle perçue comme un espace sous la dépendance et sous le rayonnement du centre, et dont les objets et personnes sont sous-représentés, souvent discriminés ou même rendus invisibles par le centre. Dans cette perspective, la notion de « périphérie » peut être rapprochée de celle de « marge » (hooks, 1984), fortement mobilisée dans les études féministes, queer, postcoloniales, du handicap et de manière générale, subalternes. Or, les champs littéraires et artistiques n’échappent pas à ces rapports de domination, bien au contraire : ces dynamiques de pouvoir impactent à la fois la circulation des œuvres et leur reconnaissance dans les champs littéraires et artistiques ainsi que les enjeux esthétiques et les questions de représentation de soi et de l’autre dans ces œuvres.
Cette binarité centre/périphérie a depuis été remise en question : force est de constater que les histoires transnationales (Seyhan, 2001) et transculturelles (Mitterbauer & Smith-Prei, 2017) éclairent les mobilités des centres et des périphéries ainsi que les capacités d’agir et de mise en réseaux (Scott, 2013) d’espaces considérés comme périphériques aux niveaux régional, national ou mondial. C’est dans cette perspective qu’ont émergé les notions d’« interconnectivité », de « rhizome » (Deleuze & Guattari, 1980), de « relation » et d’« intervalorisation » permises par la créolisation (Glissant, 1996).
Cette journée d’étude visera à revisiter les débats épistémologiques sur le couple notionnel centre/périphérie en interrogeant les capacités d’agir des périphéries et marges littéraires et artistiques (cinéma, bande dessinée, arts du spectacle, arts plastiques, musique). Elle s’intéressera tout particulièrement aux stratégies d’autonomisation et de subversion (Casanova, 1999) que les périphéries mettent en place pour renverser la circulation des objets culturels et les représentations produites à la fois sur les centres et sur elles-mêmes. Par autonomisation, nous entendons une forme de détachement par rapport aux normes du centre – par exemple en littérature, l’abandon d’une langue colonisatrice (Wa Thiong’o, 2010) ou l’hybridation de la narration (Nelson, 2015). Mais les centres peuvent également être l’objet de cette production de savoirs par les périphéries : dans une perspective de subversion voire de renversement du rapport de domination, certaines périphéries choisissent alors non pas d’ignorer les centres et leurs normes, mais de théoriser et/ou de représenter ces derniers. Conscientes de ces rapports de pouvoir qui les lient aux centres, elles bénéficient alors d’un « privilège épistémique » (Hartsock, 1997). Au cinéma, on pense par exemple au female gaze (Brey, 2020) qui ne constitue pas un simple pendant du male gaze (Mulvey, 1975) mais une subversion consciente de ce dernier. C’est donc une approche sociologique des arts et de la littérature qui sera privilégiée dans cette journée d’étude, sans pour autant que les enjeux esthétiques et formels soient évacués. Au contraire, nous valoriserons les approches qui traiteront de front les enjeux tant esthétiques que politiques des rapports entre centres et périphéries dans les arts et la littérature.
Nous encourageons donc les propositions de contributions à s’inscrire dans différents axes de réflexion et d’interrogation :
Quels sont les enjeux soulevés par les représentations et autoreprésentations issues des périphéries ? des représentations des centres par les périphéries ? Comment la question du « privilège épistémique » se traduit-elle dans les domaines artistiques et littéraires ?
Qu’en est-il des stratégies linguistiques mises en place par les périphéries artistiques et littéraires ? Quels sont les apports et les limites des pratiques de traduction et d’autotraduction ?
Quels sont les liens qui existent entre les trajectoires d’artistes entre périphéries et centres (par exemple, par l’exil) et les stratégies littéraires et artistiques mises en place pour subvertir, s’approprier ou s’émanciper des normes du centre ?
En quoi la mise en réseau des périphéries entre elles peut-elle constituer une forme d’autonomisation par rapport au centre ?
Quelles stratégies les marges et périphéries artistiques et littéraires doivent mettre en place pour assurer la circulation de leurs œuvres vers le centre et trouver des « portes d’entrées » (Paz 1972) ? Ces stratégies peuvent-elles être considérées véritablement comme des stratégies d’émancipation ? Quelles en sont les limites ?
Dans une perspective de rapprochement entre les notions de périphérie et de marge, nous encourageons vivement les propositions qui s’intéresseront aux questions de genre, de sexualité, de classe, de race et de handicap, ainsi qu’à l’intersection entre plusieurs de ces questions. Les propositions qui traiteront des liens entre humain et non-humain et de zoopoétiques seront également les bienvenues.
Enfin, nous aspirons également à réfléchir à la manière dont les rapports entre périphéries/marges et centres irriguent notre milieu académique et espérons pouvoir subvertir en partie le constat posé par Zekri (2017). Les propositions s’intéressant aux stratégies développées par les chercheur-euses « subalternes » (Spivak, 1988) ou les organisations associatives et activistes pour élaborer et diffuser des outils méthodologiques, théoriques et épistémologiques autonomes, sont donc encouragées, ainsi que celles s’intéressant de manière plus globale aux stratégies d’appropriation de concepts issus du centre, déployées par les marges et périphéries. Ces réappropriations pourraient-elles même à terme et/ou ponctuellement permettre de priver le centre de ses outils ?

Envoi des propositions
Les propositions de contribution (en français ou en anglais, de 500 mots maximum et comportant une brève présentation bio-bibliographique) devront nous parvenir avant le 15 avril 2022 aux adresses laura.maver@yahoo.fr, et lola-sinoimeri@riseup.net. Une réponse sera donnée le 30 avril au plus tard.
Cette journée d’étude est ouverte aux masterant-es, doctorant-es et jeunes chercheur-euses.
Le transport et le logement des participants pourraient être pris en charge par le budget du colloque, en partie ou totalement, dans le cas où les conditions financières le permettent.

Bibliographie
BOURDIEU Pierre, La Distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.
BRAIDOTTI Rosi, « Les sujets nomades féministes comme figure des multitudes », Multitudes, Vol. 12, No. 2, 2003, p. 27-38.
BREY Iris, Le Regard féminin : une révolution à l’écran, Paris, Éditions de l’Olivier, 2020.
CASANOVA Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil, 2009.
DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, Capitalisme et schizophrénie, tome 2 : Mille plateaux, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980.
GLISSANT Edouard, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.
HARSTOCK Nancy C. M., « Rethinking Modernism : Minority vs. Majority Theories », Cultural Critique, No. 7, 1987.
HOOKS bell, Feminist Theory: From Margin to Center, Boston, South End Press, 1984.
MITTERBAUER Helga, SMITH-PREI Carrie (éds.), Crossing Central Europe: Continuities and Transformations, 1900 and 2000, Toronto, Buffalo, Londres, University of Toronto Press, 2017.
MULVEY Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, Vol. 16, No. 3, 1975.
NELSON Maggie, The Argonauts, Minneapolis, Graywolf Press, 2015.
PAZ Octavio, Le Labyrinthe de la solitude, suivi de Critique de la pyramide, Paris, Gallimard, 1972.
SCOTT James C., Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Éditions du Seuil, 2013 (1993).
SEYHAN Azade, Writing outside the nation, Princeton, Princeton University Press, 2001.
SPIVAK Gayatri Chakravorty, « Can the Subaltern Speak? » in NELSON Cary, GROSSBERG Lawrence (éds.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.
WA THIONG’O Ngugi, Decolonising the Mind: The Politics of Language in African Literature, London, James Currey ; Nairobi, Heinemann Kenya ; Portsmouth, N. H., Heinemann ; Harare, Zimbabwe Publishing House, 1986.
ZEKRI Caroline, « La fabrique des identités migratoires : de l’usage du culturel comme outil de dépolitisation des migrations », Scritture Migranti. Rivista di scambi interculturali, No 11, 2017, p. 103-117.

Comité d’organisation
Virginie Adam, Sorbonne Université (REIGENN)
Naïma Berkane, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Nicola Brarda, Sorbonne Université (ELCI)
Aida Čopra, Sorbonne Université (ELCI)
Astrid Greve-Kristensen, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Joseph Kebe-Nguema, Sorbonne Université (REIGENN)
Laura Maver Borges, Sorbonne Université (ELCI)
Iris Saada, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Lola Sinoimeri, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (LEGS), Sorbonne Université (Eur’ORBEM)

Comité scientifique
Agathe Mareuge, MCF, Sorbonne Université (REIGENN)
Silvia de Min, Sorbonne Université (ELCI)
Gaïa Perreaut, Sorbonne Université (REIGENN)
Małgorzata Smorąg-Goldberg, PR, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Valentina Sturli, Université de Padoue (Département d’études linguistiques et littéraires)
Maria Turgieva, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)


ONE-DAY INTERNATIONAL CONFERENCE


Artistic and Literary Perspectives on Peripheries:
Strategies of Subversion and Emancipation of Peripheries and Margins in Opposition to Centers

Thursday, June 2 from 9:30 am to 6 pm, at the Maison de la Recherche – Sorbonne University
28 Rue Serpente, 75006 Paris

This conference is organized by REIGENN, UMR 8224 Eur’ORBEM (Sorbonne University), LEGS (University of Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) and Initiative Théâtre (Alliance Sorbonne University).
It originates in a doctoral seminar organized by the junior research teams of the Italian (ERjilS, ELCI), Germanic and Nordic (Élans, REIGENN) and Slavic (Passage, UMR 8224 Eur’ORBEM) Studies of the ED 020 of the Faculty of Letters of Sorbonne University.

Throughout the twentieth century, under the influence of Marxism, many social science disciplines such as economics, geography and sociology have seized upon the notion of center/periphery in order to theorize different types of power dynamics. If the center constitutes a place – geographical or symbolic – of production of legitimate knowledge and culture (Bourdieu, 1979) and, consequently, of the norm, the periphery is perceived as a space dependent on and influenced by the center. Thus, objects and persons of the periphery are often under-represented, discriminated against and even made invisible by the center. In this perspective, the notion of “periphery” can then be brought closer to that of “margins” (hooks, 1984), a notion strongly mobilized in feminist, queer, postcolonial, disability and generally subaltern studies. However, literary and artistic fields do not escape such relations of domination, quite the contrary: these dynamics of power impact both the circulation and recognition of works in literary and artistic fields as well as aesthetic issues and questions of representation of the self and the Other.
This center/periphery binary has since been challenged: it is clear that transnational (Seyhan, 2001) and transcultural (Mitterbauer & Smith-Prei, 2017) histories shed light on the mobilities of centers and peripheries as well as the capacities for action and networking (Scott, 2013) between peripheral spaces at regional, national, and global levels. Within this perspective, notions of “interconnectivity”, “rhizomes” (Deleuze & Guattari, 1980), “relation” and “intervalorisation” enabled by creolization (Glissant, 1996) have emerged.
This conference aims to revisit the epistemological debates on the notional couple center/periphery by questioning the agency of literary and artistic (cinema, comics, performing arts, plastic arts, music) peripheries and margins. A particular interest will be shown towards the strategies of autonomization and subversion (Casanova, 1999) employed by peripheries in order to reverse the circulation of cultural objects and the representations produced both by the centers and themselves. By autonomization, we suggest a form of detachment from the norms of the center – for example in literature, the abandonment of a colonizing language (Wa Thiong’o, 2010) or the hybridization of narrative (Nelson, 2015). However, some peripheries choose not to ignore centers and their norms, but to theorize and/or represent them instead; by subverting or even reversing the relationship of domination, centers can thus also become the object of the production of knowledge by peripheries. Aware of the power dynamics that bind them to the centers, the peripheries then benefit from an “epistemic privilege” (Hartsock, 1997). In cinema, one thinks for example of the female gaze (Brey, 2020), which does not constitute a simple counterpart of the male gaze (Mulvey, 1975) but a conscious subversion of the latter. A sociological approach to arts and literature will thus be encouraged in this conference, yet without abandoning the aesthetic and formal stakes of the works. On the contrary, we will appreciate approaches that address both the aesthetic and political issues of the relationship between centers and peripheries in arts and literature.
We therefore encourage proposals for contributions to be made along different lines of reflection and questioning:
What issues are raised by representation and self-representation from peripheries? How does the question of “epistemic privilege” play out in artistic and literary fields?
Which linguistic strategies are employed by artistic and literary peripheries? What benefits and limitations of translation and self-translation practices can we uncover?
What are the links between the movement of artists between peripheries and centers (e.g., through exile) and the literary and artistic strategies utilized to subvert, appropriate or emancipate themselves from the norms of the center?
How can networking between different peripheries constitute a form of empowerment in relation to the center?
Which strategies may be implemented by artistic and literary margins and peripheries in order to ensure the circulation of their works in relation to the center and find “doors of entry” (Paz 1972)? Can these strategies be considered truly emancipatory? What are their limits?
With the intention of bridging the notions of periphery and margin, we strongly encourage proposals that address issues of gender, sexuality, class, race, and disability, as well as any intersection of these issues. Proposals that address human/non-human connections and zoopoetics are also welcome.
Finally, we aspire to reflect on how the relationship between peripheries/margins and centers informs our academia and hope to subvert some of the observations posited by Zekri (2017). Proposals that focus on the strategies developed by “subaltern” researchers (Spivak, 1988) or associative and activist organizations to elaborate and disseminate autonomous methodological, theoretical and epistemological tools are therefore encouraged, as well as those that focus more globally on the strategies of appropriation of concepts from the center, deployed by the margins and peripheries. Could these re-appropriations ever, or even just occasionally, deprive the center of its tools?

Submission of proposals
Proposals for contributions (in French or English, 500 words maximum, with a brief bio-bibliographical presentation) should be sent before April 15, 2022 to laura.maver@yahoo.fr, and lola-sinoimeri@riseup.net. An answer will be given to all prospective candidates by April 30 at the latest.
This conference is open to master’s students, doctoral students and young researchers.
Transportation and accommodation of participants may be covered by the budget of the conference in part or in full, if financial conditions allow it.

Literature
BOURDIEU Pierre, La Distinction : Critique sociale du jugement [Distinction: A Social Critique of the Judgement of Taste, 1984], Paris, Éditions de Minuit, 1979.
BRAIDOTTI Rosi,« Les sujets nomades féministes comme figure des multitudes » [“Feminist nomadic subjects as figures of the multitudes”], Multitudes, Vol.12, No.2, 2003, p.27-38.
BREY Iris, Le Regard féminin : une révolution à l’écran [The Female Gaze: A Revolution On-Screen], Paris, Éditions de l’Olivier, 2020.
CASANOVA Pascale, La République mondiale des lettres [The World Republic of Letters, 2004], Paris, Éditions du Seuil, 2009.
DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, Capitalisme et schizophrénie, tome 2 : Mille plateaux, [A Thousand Plateaus: Capitalism and Schizophrenia, 1987], Paris, Les Éditions de Minuit, 1980.
GLISSANT Edouard, Introduction à une poétique du divers, [Introduction to a Poetics of Diversity, 2020] Paris, Gallimard, 1996.
HARSTOCK Nancy C. M., “Rethinking Modernism: Minority vs. Majority Theories”, Cultural Critique, No. 7, 1987.
HOOKS bell, Feminist Theory: From Margin to Center, Boston, South End Press, 1984.
MITTERBAUER Helga, SMITH-PREI Carrie (eds.), Crossing Central Europe: Continuities and Transformations, 1900 and 2000, Toronto, Buffalo, Londres, University of Toronto Press, 2017.
MULVEY Laura, “Visual Pleasure and Narrative Cinema”, Screen, Vol. 16, No. 3, 1975.
NELSON Maggie, The Argonauts, Minneapolis, Graywolf Press, 2015.
PAZ Octavio, Le Labyrinthe de la solitude, suivi de Critique de la pyramide, [The Labyrinth of Solitude, Paris, Gallimard, 1972.
SCOTT James C., Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné, [The Art of Not Being Governed: An Anarchist History of Upland Southeast Asia, 2009], Paris, Éditions du Seuil, 2013.
SEYHAN Azade, Writing Outside the Nation, Princeton, Princeton University Press, 2001.
SPIVAK Gayatri Chakravorty, “Can the Subaltern Speak?”, in NELSON Cary, GROSSBERG Lawrence (eds.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.
WA THIONG’O Ngugi, Decolonising the Mind: The Politics of Language in African Literature, London, James Currey ; Nairobi, Heinemann Kenya ; Portsmouth, N. H., Heinemann ; Harare, Zimbabwe Publishing House, 1986.
ZEKRI Caroline, «La fabrique des identités migratoires : de l’usage du culturel comme outil de dépolitisation des migrations» [“The Construct of Migratory Identities: the Use of Culture as a Tool for Depoliticizing Migration”], Scritture Migranti. Rivista di scambi interculturali, No 11, 2017, p. 103-117.

Organisation committee
Virginie Adam, Sorbonne University (REIGENN)
Naïma Berkane, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Nicola Brarda, Sorbonne University (ELCI)
Aida Čopra, Sorbonne University (ELCI)
Astrid Greve-Kristensen, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Joseph Kebe-Nguema, Sorbonne University (REIGENN)
Laura Maver Borges, Sorbonne University (ELCI)
Iris Saada, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Lola Sinoimeri, University Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (LEGS), Sorbonne University (Eur’ORBEM)

Scientific Committee
Agathe Mareuge, Associate Professor, Sorbonne University (REIGENN)
Silvia de Min, Sorbonne University (ELCI)
Gaïa Perreaut, Sorbonne University (REIGENN)
Małgorzata Smorąg-Goldberg, Professor, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Valentina Sturli, University of Padoue (Department of Linguistic and Literary Studies)
Maria Turgieva, Sorbonne University (Eur’ORBEM)

Séminaire doctoral  « Les périphéries dans les arts et les littératures : langues, personnages et espaces »

labos junior Élans, ERjilS, Passage, Sorbonne Université, ED 020

Organisé par Virginie Adam, Naïma Berkane, Nicola Brarda et Laura Maver

Centre Malesherbes


18/11/2021


La représentation des espaces périphériques dans la littérature et dans les arts


Séance animée par Lana Kupiec, Passage :

   Pour notre première séance sur le concept de périphérie, nous allons explorer les espaces périphériques dans la littérature et les arts. Commencer notre cycle de séminaires en abordant la périphérie, qui est d’abord un concept spatial, du point de vue géographique nous permettra de déboucher sur des concepts et problématisations fécondes pour les autres séances de notre cycle.

– Réfléchir à la périphérie nous conduira à interroger des concepts connexes : la frontière, la marge, le centre, l’idée de littératures ou pratiques artistiques dites mineures dans la littérature mondiale.

– La périphérie se définit avant tout par rapport à un centre, dans un rapport de hiérarchie entre le centre, qui est en général unique, et les périphéries, qui peuvent être multiples.

– Ce binôme centre / périphérie peut se jouer à plusieurs échelles : à l’échelle d’une ville (ville/ banlieues), à l’intérieur d’une région, dans un pays (capitale/province), ou à l’échelle du monde (l’Occident et l’Europe faisant traditionnellement figure de centre).

   Nous nous interrogerons sur les rapports entre l’Europe de l’Ouest et les « autres » Europes « périphériques », la place des littératures venues de ces régions « excentrées » en Europe sur lesquelles nous nous penchons dans nos laboratoires respectifs.

– Ainsi, on peut s’intéresser à la représentation des espaces périphériques de différentes manières :
→la représentation des périphéries du point de vue du centre ; les périphéries comme « ailleurs », contrepoints au centre, qui permettent de définir le e centre.
→ la représentation des périphéries du point de vue des périphéries elles-mêmes ; recentrer les périphéries dans l’œuvre d’art, voir comment les périphéries peuvent être elles-mêmes le centre de cultures marginalisées ou considérées comme mineures par rapport au centre.
→ Au sein de la littérature mondiale, littératures ou pratiques artistiques dites « mineures », elles-mêmes périphériques (exemple : dans les littératures scandinaves ou d’Europe de l’Est, périphériques en Europe ; au sein de l’Empire russe ou de l’Empire austro-hongrois, les littératures produites par des membres des communautés dominées ; au sein des Empires coloniaux, les littératures produites par les peuples colonisés).

   Afin de réfléchir à ces questions, seront particulièrement éclairantes les théories qui, depuis les années 1970, remettent en cause cette hiérarchisation du binôme centre / périphérie : les études post-coloniales, la pensée rhizomatique de Deleuze et Guattari, ou la pensée de la relation et le « Tout-Monde » d’Édouard Glissant, qui mettent en avant les idées de réseaux, de connexions multiples et de mouvements entre les espaces.

 

Raphaël Jamet, Élans
Titre de la communication : « Penser et créer la périphérie comme espace : études de cas de quelques groupes autour d’Asger Jorn (1914-1973) »

   A travers trois cas significatifs tirés des groupes, des œuvres et des écrits d’Asger Jorn, artiste danois du XXe siècle (Cobra, l’Institut Scandinave de Vandalisme Comparé et la stratégie éditoriale de l’artiste), nous traverserons les différents enjeux, rapports de force et tensions qui existent lorsque l’on considère les cultures, les langues et les pays dans leurs rapports spatiaux entre centre et périphérie. Comment concilier avant-garde cosmopolite, valorisation de sa propre culture sans verser dans le nationalisme et langue peu courante.

Agnès Thomas-Myara, Passage
Titre de la communication : « La notion de périphérie à travers les églises en bois (cerkiew) et les icônes du sud-est de la Pologne, en pays łemki (Łemkowszczyzna) »

   Cette communication sera l’occasion de présenter la notion de périphérie à travers l’exemple de la minorité łemki (sujet de mon travail de recherche). Nous découvrirons cette notion par le prisme des églises en bois orientales et des icônes, parties intégrantes de l’identité de cette minorité et aussi témoin du brassage historique qui l’a traversée.

Nicola Brarda, ERjilS
Titre de la communication : « Imaginer et figurer la périphérie, du texte à l’image : la périphérie italienne de Non ho mai avuto la mia età d’Antonio Dikele Distefano à la série Zero »

   Le parcours d’Antonio Dikele Distefano commence comme un phénomène littéraire : celui d’un jeune auteur passé de l’autopublication à la maison Mondadori et dont les romans, centrés sur le vécu difficile d’italiens de deuxième génération et adressés à un public adolescent, figurent au sommet des ventes en Italie depuis 2015. Un parcours d’autant plus insolite si l’on considère les fortes difficultés des premiers auteurs dits de deuxième génération (Igiaba Scego, Jadelyn Mabiala Gangbo, Gabriella Kuruvilla) à s’insérer dans le marché éditorial italien vingt ans plus tôt, au début des années 2000.
   Depuis, l’écrivain est aussi devenu un acteur central de la scène rap italienne comme co-fondateur et directeur du magazine de musique urbaine Esse magazine, avant de lancer l’an dernier la série télévisée Zero (co-écrire avec Menotti) sur Netflix, inspirée librement de son roman Non ho mai avuto la mia età publié en 2018.
Pourtant, l’écart entre ce roman qui raconte l’histoire d’un jeune italien d’origine angolaise surnommé “Zero”, sa vie dans un quartier périphérique de Ravenne et son expérience du racisme en Italie, et la série du même nom située à Milan est considérable : comment expliquer un tel changement de décor, de ville, et d’appréhension de la ville ? C’est sur ces questions, et sur ce qu’elles impliquent quant à la création d’un imaginaire mainstream de la périphérie en Italie, que nous focaliserons notre intervention.

 

15/11/2021

Le personnage périphérique

 

Séance animée par Aida Čopra et Silvia de Min, ERjilS :

Cette séance abordera la notion de personnage périphérique dans le domaine de littérature et/ou de dramaturgie. La notion de personnage périphérique sera analysée à travers quelques questions fondamentales :

Le personnage :
Comment peut-on définir un personnage périphérique ?
Comment exprime-t-il la voix de la marginalité dans un assemblage des aspects biologiques, culturels et sociaux ?
Le personnage périphérique est-il un personnage « inapte » ?
Le personnage périphérique peut-il être ‘traditionnel’ ?

L’auteur :
Les personnages périphériques relèvent-ils de l’univers de leurs auteurs / dramaturges / metteurs en scène ?
Décrire/représenter un personnage périphérique signifie-t-il parler d’un auteur engagé ?

La perception du personnage :
De quelle manière le lecteur / le spectateur perçoit-il le personnage périphérique ?
Dans quelle mesure le personnage périphérique peut-il incarner un effet de distanciation compris dans l’optique de l’étrangisation de V. Sklovskij Comment l’art peut-il contribuer à la création d’une communauté consciente et active face à la réalité de la périphérie ?

 

Astrid Greve Kristensen, Passage
Titre de la communication : « Orphans: Wolf Children; Agents of Change? The Orphan as a Peripheral Character in the Fiction of Jáchym Topol (b. 1962) »

In my presentation I will be discussing the literary orphan as a peripheral character. We can consider the orphan as a peripheral character in several ways, as it is typically pushed to live in the margins both geographically and socially. The dissolution of family structure immediately sets the orphan apart both concretely and philosophically from the normative child,yet this dissolution may carry with it positives as well as the expected negatives. The child’s point of view in fiction is frequently considered estranging for an adult reader, but the orphan pushes this even further, as the orphan is often through their marginalization also forced into situations that are not common or normative for children. This marginalization creates a displacement where the point of view of an orphan narrator often has an effect a la Sklovskij’s notion of estrangement. However, I will also show that through my research of contemporary Czech fiction, notably the novels of Jáchym Topol, we can see the orphan as a character of liminality that is filled with the potential of transformation and subversion of myths, traditions, and restrictive considerations on heritage. After a general discussion of the orphan as a potential peripheral (yet classic!) character, I will showcase the commingling of modern history, fairy tales, forest landscapes and other mystical/magical notions that in fact charges the orphan with great transformative power.

 

Alessandra Ballotti, Élans
Titre de la communication : « Les héros périphériques du Nord en circulation culturelle »


(Séance supplémentaire le 13/12/2021)

Claudia Dell’Uomo D’Arme, ERjilS
Titre de la communication : « Le corps-frontière de MDLSX: queering l’absence sur scène »

La troupe italienne de Motus, active depuis une vingtaine d’années sur les plateaux européens et internationaux, atteint une importante évolution dramaturgique lorsqu’elle présente en 2015 le projet de MDLSX. Au fil des derniers cinq ans, cette pièce a conquis l’intérêt du milieu théâtral expérimental, surtout en ce qui concerne les rapports entre la représentation du réel sur scène et les études de genre au sens large. Le texte, le décor, les mouvements de la « machinerie corporelle » de MDLSX ont été conçus à partir d’une adaptation très originale de différentes sources littéraires, philosophiques, musicales ; entre autres, le groupe de Motus s’approprie d’extraits du roman de J. Eugenides Middlesex, de morceaux rock-punk de Yeah YeahYeahs, Radiohead, Placebo, ou encore de concepts issus des théories féministes tels que le sujet nomade de R. Braidotti, la vulnérabilité inter-subjective de J. Butler, l’hybridation cyborg de D. Haraway ainsi que la désidentification de P. B. Preciado.
La pièce de MDLSX, entièrement construite sur, et pour, le corps de l’actrice Silvia Calderoni, vise à de-construire tout discours héteronormatif qui semble pétrifier le-s sujet-s contemporains « dans une immobilité sémantique ». Par une voix de dénonciation liant le politique aux statuts identitaires actuel.le.s, Calderoni éviscère et queer la sexualité binaire alors qu’elle incarne à la fois la jouissance et l’incommunicabilité vécues par les sujets intersexués.
Grâce au récit intime de Calderoni, la pièce de Motus fait face, in medias res, à la problématique de l’invisibilité, du silence, voire de l’absence de certaines catégories épistémologiques au sein des nos structures relationnelles, parmi les individu.e.s. Sur le plateau, la traversée biographique de « Silvia l’androgyne», se déclenche à partir de ce vide, de ce creux oscillant entre les lieux politiques et les liaisons affectives.
Motus arrive à transformer cette absence – si lourde et si « inascoltata », en organisme évolutif, multiple et pluriel qui dit, avec les pièces d’un corpus dé-membré, une figuration autre, et autrement exprimée, de la condition humaine.
Effectivement, l’actrice anime toute seule l’espace du jeu tandis qu’elle performe un monologue activant une parole hybride, composée par plusieurs dispositifs de utterance ; des platines de DJ aux pulvérisations de peinture, du système vidéo aux installations poly-matière, le langage de MDLSX se fait manifeste d’un flux de conscience actualisé à l’heure des années 0.
Avec cette communication, on vise à questionner les aspects esthétiques qui, à travers le geste théorique deMotus dont Calderoni interprète la parole idéologique, évoquent dans l’espace-théâtre la souffrance, le travail, la lutte d’une communauté nouvelle. Ce nouveau corps collectif, réfracté par les questions d’ordre socio-idéntitaires les plus actuelles, se veut exposition troublante, et troublée, de corps polyphoniques morcelé.e.s et situé.e.s., habitant le paradoxe d’une im-matérialité du vivant.

 

29/11/2021


Traductions, circulation des textes et transferts culturels

 

Séance animée par Virginie Adam, Élans


Laura Maver, ERjilS
Titre de la communication : « La traduction transféministe: décentrer le regard sur le straight. Traduire La Gaia critica de Mario Mieli. »


Lola Sinoimeri, Passage
Titre de la communication :  « L’albanais et l’italien dans l’œuvre de l’écrivaine Elvira Dones »