Journée d’étude internationale

 

Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries : 

Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres

 

Jeudi 2 juin de 9h30 à 18h, à la Maison de la Recherche – Sorbonne Université

28 Rue Serpente, 75006 Paris

 

—————————–

 

1er JUIN 2022, 18h-20h 

« Traduire depuis la prison, écrire depuis les marges : 

Table ronde autour de la traduction collective de Princesa de Fernanda Farías de Albuquerque et Maurizio Iannelli » 

Le Moulin à café, 8 Rue Sainte-Léonie, 75014 Paris

 

Lien de l’événement : 

https://www.facebook.com/events/715581413020438/?ref=newsfeed

 

En présence des traductrices Armelle Girinon (LUHCIE, Université Grenoble Alpes) et Virginie Culoma-Sauva (CAER, Aix-Marseille Université), en discussion avec Sam Bourcier (ULR 4074 Cecille, Université de Lille) et Mateusz Chmurski (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université)

Animation : Nicola Brarda et Laura Maver Borges (ELCI, Sorbonne Université)

Depuis plusieurs années, le contexte francophone connaît un regain d’intérêt pour la traduction comme pratique transféministe de mise à disposition de textes essentiels à une compréhension et à une cartographie plus vaste des perspectives politiques des corps minorisés. Le roman autobiographique Princesa de Fernanda Farias de Albuquerque, co-écrit et conçu au début des années 1990 avec deux autres codétenus (Maurizio Iannelli et Giovanni Tamponi) dans le quartier des hommes de la prison de Rebbibbia, à Rome, méritait une traduction française que l’on doit à un collectif de cinq traductrices. 

Ce texte et sa traduction permettent d’interroger la dimension de l’archive, sa nature, sa production, son usage, mais aussi de questionner le statut des écritures de soi et de la dimension de l’intime dans les processus de résistance collective et politique. Enfin, le texte, par son contexte même de production, confronte le lecteur au fait de la migration, du plurilinguisme, de l’écart, de la mise en marge dans des espaces nouveaux.

—————————–

 

2 JUIN 2022, 9h30-18h 

JOURNÉE D’ÉTUDE – Maison de la Recherche, salle D223

 

Pour y assister en ligne : https://univ-paris8.zoom.us/j/93443790236?pwd=Y1JBdytQcElVQ09iVStyRGp6REpNZz09

 

9h30-10h : accueil des participant-es

 

10h-10h30 : Introduction

Virginie Adam (REIGENN, Sorbonne Université), Astrid Greve Kristensen (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) et Aida Čopra (ELCI, Sorbonne Université) 

 

10h30-12h : Énonciations depuis les marges

Sonia Gavory (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) – « Outside » : Une mise en scène de Kirill Serebrennikov depuis les marges 

Marie Duic (EA VALE, Sorbonne Université) – La mode vue depuis la province : Excentricité vestimentaire et géographie textile dans Cranford (1853) d’Elizabeth Gaskell

Rebeh Dabbabi-Rhimi (Laboratoire Intersignes, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis) – La parole pamphlétaire dans Écrire en pays dominé (1997) de Patrick Chamoiseau : Interroger la dichotomie « Centre/périphéries » pour faire face à une géopolitique mondialisée

 

Modération : Joseph Kebe-Nguema (REIGENN, Sorbonne Université) et Maria Turgieva (UMR 8224 Eur’ORBEM)

 

12h-13h30 : Déjeuner

 

13h30-15h30 : Distinctions et subversions face aux centres

Chloé Pretesacque (LIRA, Sorbonne-Nouvelle) – Êtres marginaux : Mycètes, méduses et escargots, une communauté queer des ruines contemporaines

Clara Metzger (Centre de recherche en littérature et poétique comparées, Université Paris Nanterre) – Mise en mouvement, mise au ban dans les romans de Virginie Despentes : subversion ou révolution des rapports entre centre et périphérie  ?

Luiz Barbosa (Santa Catarina State University) – “Reproduction” in “Distinction”: Constructing the Music Teacher Educator in Brazil. Reflections from the Margin

Antoine Alario (LEGS, Université Paris 8 Vincennes) – Périphéries queer : La théâtralité peut-elle subvertir les normes du centre ?

 

Modération : Naïma Berkane (UMR 8224, Sorbonne Université) et Laura Maver Borges (ELCI, Sorbonne Université)

 

15h30-16h : Pause-café

 

16h-17h30 : Entre centres et périphéries : Circulations, mises en réseaux, transmissions. 

Antonio Pacifico (IETT, Université Jean Moulin Lyon 3, AAM, Università di Napoli “L’Orientale”) – Les stratégies d’écriture et d’édition des écrivains irakiens de la diaspora face au champ international

Leticia Leme (masterante, Université de Campinas – Unicamp) – Marie Laurencin et les artistes brésiliennes de l’avant-garde : Un regard sur la circulation de l’art moderne vers les « périphéries »

Astrid Chabrat-Kajdan (Passages Arts & Littératures XX-XXI, Université Lyon 2) – La difficile circulation du théâtre palestinien à l’international : Les partenariats avec l’Europe comme voie d’accès ?

 

Modération : Nicola Brarda (ELCI, Sorbonne Université) et Lola Sinoimeri (LEGS, Université Paris 8 Vincennes, UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) 

 

17h30-18h : Conclusion de la journée

Virginie Adam (REIGENN, Sorbonne Université) et Iris Saada (UMR 8224 Eur’ORBEM, Sorbonne Université) 

 

—————————–

 

Organisé par ERjIS-ELCI, Élans-REIGENN, Passage-UMR 8224 Eur’ORBEM et l’ED 020 de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, LEGS UMR 8238 et l’ED 31 de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et Initiative Théâtre (Alliance Sorbonne Université).

 

Comité d’organisation

Virginie Adam (REIGENN), Naïma Berkane (Eur’ORBEM), Nicola Brarda (ELCI), Aida Čopra (ELCI), Astrid Greve Kristensen (Eur’ORBEM), Joseph Kebe-Nguema (REIGENN), Laura Maver Borges (ELCI), Iris Saada (Eur’ORBEM), Lola Sinoimeri (LEGS, Eur’ORBEM), Maria Turgieva (Eur’ORBEM)

 

Comité scientifique 

Agathe Mareuge (MCF, Sorbonne Université, REIGENN), Silvia de Min (Sorbonne Université, ELCI), Gaïa Perreaut (Sorbonne Université, REIGENN), Małgorzata Smorąg-Goldberg (PR, Sorbonne Université, Eur’ORBEM), Valentina Sturli (Université de Padoue, Département d’études linguistiques et littéraires) 

 

Appel à communication/Call for papers : JOURNÉE D’ÉTUDE INTERNATIONALE

english version below

Perspectives artistiques et littéraires sur les périphéries :
Stratégies de subversion et d’émancipation des périphéries et des marges face aux centres

Jeudi 2 juin de 9h30 à 18h, à la Maison de la Recherche – Sorbonne Université
28 Rue Serpente, 75006 Paris

Cette journée d’étude est organisée par REIGENN et l’UMR 8224 Eur’ORBEM (Sorbonne Université), LEGS (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) et Initiative Théâtre (Alliance Sorbonne Université).
Elle trouve son origine dans un séminaire doctoral organisé par les laboratoires juniors des équipes de recherche d’études italiennes (ERjilS, ELCI), germaniques et nordiques (Élans, REIGENN) et slaves (Passage, UMR 8224 Eur’ORBEM) de l’ED 020 de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.

Tout au long du XXe siècle, sous l’influence du courant marxiste, de nombreuses disciplines des sciences sociales telles que l’économie, la géographie ou la sociologie se sont emparées du couple notionnel centre/périphérie afin de théoriser des rapports de pouvoir de différentes natures. Si le centre constitue le lieu – géographique ou symbolique – de production des savoirs et de la culture légitimes (Bourdieu, 1979) et par conséquent, de la norme, la périphérie est quant à elle perçue comme un espace sous la dépendance et sous le rayonnement du centre, et dont les objets et personnes sont sous-représentés, souvent discriminés ou même rendus invisibles par le centre. Dans cette perspective, la notion de « périphérie » peut être rapprochée de celle de « marge » (hooks, 1984), fortement mobilisée dans les études féministes, queer, postcoloniales, du handicap et de manière générale, subalternes. Or, les champs littéraires et artistiques n’échappent pas à ces rapports de domination, bien au contraire : ces dynamiques de pouvoir impactent à la fois la circulation des œuvres et leur reconnaissance dans les champs littéraires et artistiques ainsi que les enjeux esthétiques et les questions de représentation de soi et de l’autre dans ces œuvres.
Cette binarité centre/périphérie a depuis été remise en question : force est de constater que les histoires transnationales (Seyhan, 2001) et transculturelles (Mitterbauer & Smith-Prei, 2017) éclairent les mobilités des centres et des périphéries ainsi que les capacités d’agir et de mise en réseaux (Scott, 2013) d’espaces considérés comme périphériques aux niveaux régional, national ou mondial. C’est dans cette perspective qu’ont émergé les notions d’« interconnectivité », de « rhizome » (Deleuze & Guattari, 1980), de « relation » et d’« intervalorisation » permises par la créolisation (Glissant, 1996).
Cette journée d’étude visera à revisiter les débats épistémologiques sur le couple notionnel centre/périphérie en interrogeant les capacités d’agir des périphéries et marges littéraires et artistiques (cinéma, bande dessinée, arts du spectacle, arts plastiques, musique). Elle s’intéressera tout particulièrement aux stratégies d’autonomisation et de subversion (Casanova, 1999) que les périphéries mettent en place pour renverser la circulation des objets culturels et les représentations produites à la fois sur les centres et sur elles-mêmes. Par autonomisation, nous entendons une forme de détachement par rapport aux normes du centre – par exemple en littérature, l’abandon d’une langue colonisatrice (Wa Thiong’o, 2010) ou l’hybridation de la narration (Nelson, 2015). Mais les centres peuvent également être l’objet de cette production de savoirs par les périphéries : dans une perspective de subversion voire de renversement du rapport de domination, certaines périphéries choisissent alors non pas d’ignorer les centres et leurs normes, mais de théoriser et/ou de représenter ces derniers. Conscientes de ces rapports de pouvoir qui les lient aux centres, elles bénéficient alors d’un « privilège épistémique » (Hartsock, 1997). Au cinéma, on pense par exemple au female gaze (Brey, 2020) qui ne constitue pas un simple pendant du male gaze (Mulvey, 1975) mais une subversion consciente de ce dernier. C’est donc une approche sociologique des arts et de la littérature qui sera privilégiée dans cette journée d’étude, sans pour autant que les enjeux esthétiques et formels soient évacués. Au contraire, nous valoriserons les approches qui traiteront de front les enjeux tant esthétiques que politiques des rapports entre centres et périphéries dans les arts et la littérature.
Nous encourageons donc les propositions de contributions à s’inscrire dans différents axes de réflexion et d’interrogation :
Quels sont les enjeux soulevés par les représentations et autoreprésentations issues des périphéries ? des représentations des centres par les périphéries ? Comment la question du « privilège épistémique » se traduit-elle dans les domaines artistiques et littéraires ?
Qu’en est-il des stratégies linguistiques mises en place par les périphéries artistiques et littéraires ? Quels sont les apports et les limites des pratiques de traduction et d’autotraduction ?
Quels sont les liens qui existent entre les trajectoires d’artistes entre périphéries et centres (par exemple, par l’exil) et les stratégies littéraires et artistiques mises en place pour subvertir, s’approprier ou s’émanciper des normes du centre ?
En quoi la mise en réseau des périphéries entre elles peut-elle constituer une forme d’autonomisation par rapport au centre ?
Quelles stratégies les marges et périphéries artistiques et littéraires doivent mettre en place pour assurer la circulation de leurs œuvres vers le centre et trouver des « portes d’entrées » (Paz 1972) ? Ces stratégies peuvent-elles être considérées véritablement comme des stratégies d’émancipation ? Quelles en sont les limites ?
Dans une perspective de rapprochement entre les notions de périphérie et de marge, nous encourageons vivement les propositions qui s’intéresseront aux questions de genre, de sexualité, de classe, de race et de handicap, ainsi qu’à l’intersection entre plusieurs de ces questions. Les propositions qui traiteront des liens entre humain et non-humain et de zoopoétiques seront également les bienvenues.
Enfin, nous aspirons également à réfléchir à la manière dont les rapports entre périphéries/marges et centres irriguent notre milieu académique et espérons pouvoir subvertir en partie le constat posé par Zekri (2017). Les propositions s’intéressant aux stratégies développées par les chercheur-euses « subalternes » (Spivak, 1988) ou les organisations associatives et activistes pour élaborer et diffuser des outils méthodologiques, théoriques et épistémologiques autonomes, sont donc encouragées, ainsi que celles s’intéressant de manière plus globale aux stratégies d’appropriation de concepts issus du centre, déployées par les marges et périphéries. Ces réappropriations pourraient-elles même à terme et/ou ponctuellement permettre de priver le centre de ses outils ?

Envoi des propositions
Les propositions de contribution (en français ou en anglais, de 500 mots maximum et comportant une brève présentation bio-bibliographique) devront nous parvenir avant le 15 avril 2022 aux adresses laura.maver@yahoo.fr, et lola-sinoimeri@riseup.net. Une réponse sera donnée le 30 avril au plus tard.
Cette journée d’étude est ouverte aux masterant-es, doctorant-es et jeunes chercheur-euses.
Le transport et le logement des participants pourraient être pris en charge par le budget du colloque, en partie ou totalement, dans le cas où les conditions financières le permettent.

Bibliographie
BOURDIEU Pierre, La Distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.
BRAIDOTTI Rosi, « Les sujets nomades féministes comme figure des multitudes », Multitudes, Vol. 12, No. 2, 2003, p. 27-38.
BREY Iris, Le Regard féminin : une révolution à l’écran, Paris, Éditions de l’Olivier, 2020.
CASANOVA Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil, 2009.
DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, Capitalisme et schizophrénie, tome 2 : Mille plateaux, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980.
GLISSANT Edouard, Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard, 1996.
HARSTOCK Nancy C. M., « Rethinking Modernism : Minority vs. Majority Theories », Cultural Critique, No. 7, 1987.
HOOKS bell, Feminist Theory: From Margin to Center, Boston, South End Press, 1984.
MITTERBAUER Helga, SMITH-PREI Carrie (éds.), Crossing Central Europe: Continuities and Transformations, 1900 and 2000, Toronto, Buffalo, Londres, University of Toronto Press, 2017.
MULVEY Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, Vol. 16, No. 3, 1975.
NELSON Maggie, The Argonauts, Minneapolis, Graywolf Press, 2015.
PAZ Octavio, Le Labyrinthe de la solitude, suivi de Critique de la pyramide, Paris, Gallimard, 1972.
SCOTT James C., Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Éditions du Seuil, 2013 (1993).
SEYHAN Azade, Writing outside the nation, Princeton, Princeton University Press, 2001.
SPIVAK Gayatri Chakravorty, « Can the Subaltern Speak? » in NELSON Cary, GROSSBERG Lawrence (éds.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.
WA THIONG’O Ngugi, Decolonising the Mind: The Politics of Language in African Literature, London, James Currey ; Nairobi, Heinemann Kenya ; Portsmouth, N. H., Heinemann ; Harare, Zimbabwe Publishing House, 1986.
ZEKRI Caroline, « La fabrique des identités migratoires : de l’usage du culturel comme outil de dépolitisation des migrations », Scritture Migranti. Rivista di scambi interculturali, No 11, 2017, p. 103-117.

Comité d’organisation
Virginie Adam, Sorbonne Université (REIGENN)
Naïma Berkane, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Nicola Brarda, Sorbonne Université (ELCI)
Aida Čopra, Sorbonne Université (ELCI)
Astrid Greve-Kristensen, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Joseph Kebe-Nguema, Sorbonne Université (REIGENN)
Laura Maver Borges, Sorbonne Université (ELCI)
Iris Saada, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Lola Sinoimeri, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (LEGS), Sorbonne Université (Eur’ORBEM)

Comité scientifique
Agathe Mareuge, MCF, Sorbonne Université (REIGENN)
Silvia de Min, Sorbonne Université (ELCI)
Gaïa Perreaut, Sorbonne Université (REIGENN)
Małgorzata Smorąg-Goldberg, PR, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)
Valentina Sturli, Université de Padoue (Département d’études linguistiques et littéraires)
Maria Turgieva, Sorbonne Université (Eur’ORBEM)


ONE-DAY INTERNATIONAL CONFERENCE


Artistic and Literary Perspectives on Peripheries:
Strategies of Subversion and Emancipation of Peripheries and Margins in Opposition to Centers

Thursday, June 2 from 9:30 am to 6 pm, at the Maison de la Recherche – Sorbonne University
28 Rue Serpente, 75006 Paris

This conference is organized by REIGENN, UMR 8224 Eur’ORBEM (Sorbonne University), LEGS (University of Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) and Initiative Théâtre (Alliance Sorbonne University).
It originates in a doctoral seminar organized by the junior research teams of the Italian (ERjilS, ELCI), Germanic and Nordic (Élans, REIGENN) and Slavic (Passage, UMR 8224 Eur’ORBEM) Studies of the ED 020 of the Faculty of Letters of Sorbonne University.

Throughout the twentieth century, under the influence of Marxism, many social science disciplines such as economics, geography and sociology have seized upon the notion of center/periphery in order to theorize different types of power dynamics. If the center constitutes a place – geographical or symbolic – of production of legitimate knowledge and culture (Bourdieu, 1979) and, consequently, of the norm, the periphery is perceived as a space dependent on and influenced by the center. Thus, objects and persons of the periphery are often under-represented, discriminated against and even made invisible by the center. In this perspective, the notion of “periphery” can then be brought closer to that of “margins” (hooks, 1984), a notion strongly mobilized in feminist, queer, postcolonial, disability and generally subaltern studies. However, literary and artistic fields do not escape such relations of domination, quite the contrary: these dynamics of power impact both the circulation and recognition of works in literary and artistic fields as well as aesthetic issues and questions of representation of the self and the Other.
This center/periphery binary has since been challenged: it is clear that transnational (Seyhan, 2001) and transcultural (Mitterbauer & Smith-Prei, 2017) histories shed light on the mobilities of centers and peripheries as well as the capacities for action and networking (Scott, 2013) between peripheral spaces at regional, national, and global levels. Within this perspective, notions of “interconnectivity”, “rhizomes” (Deleuze & Guattari, 1980), “relation” and “intervalorisation” enabled by creolization (Glissant, 1996) have emerged.
This conference aims to revisit the epistemological debates on the notional couple center/periphery by questioning the agency of literary and artistic (cinema, comics, performing arts, plastic arts, music) peripheries and margins. A particular interest will be shown towards the strategies of autonomization and subversion (Casanova, 1999) employed by peripheries in order to reverse the circulation of cultural objects and the representations produced both by the centers and themselves. By autonomization, we suggest a form of detachment from the norms of the center – for example in literature, the abandonment of a colonizing language (Wa Thiong’o, 2010) or the hybridization of narrative (Nelson, 2015). However, some peripheries choose not to ignore centers and their norms, but to theorize and/or represent them instead; by subverting or even reversing the relationship of domination, centers can thus also become the object of the production of knowledge by peripheries. Aware of the power dynamics that bind them to the centers, the peripheries then benefit from an “epistemic privilege” (Hartsock, 1997). In cinema, one thinks for example of the female gaze (Brey, 2020), which does not constitute a simple counterpart of the male gaze (Mulvey, 1975) but a conscious subversion of the latter. A sociological approach to arts and literature will thus be encouraged in this conference, yet without abandoning the aesthetic and formal stakes of the works. On the contrary, we will appreciate approaches that address both the aesthetic and political issues of the relationship between centers and peripheries in arts and literature.
We therefore encourage proposals for contributions to be made along different lines of reflection and questioning:
What issues are raised by representation and self-representation from peripheries? How does the question of “epistemic privilege” play out in artistic and literary fields?
Which linguistic strategies are employed by artistic and literary peripheries? What benefits and limitations of translation and self-translation practices can we uncover?
What are the links between the movement of artists between peripheries and centers (e.g., through exile) and the literary and artistic strategies utilized to subvert, appropriate or emancipate themselves from the norms of the center?
How can networking between different peripheries constitute a form of empowerment in relation to the center?
Which strategies may be implemented by artistic and literary margins and peripheries in order to ensure the circulation of their works in relation to the center and find “doors of entry” (Paz 1972)? Can these strategies be considered truly emancipatory? What are their limits?
With the intention of bridging the notions of periphery and margin, we strongly encourage proposals that address issues of gender, sexuality, class, race, and disability, as well as any intersection of these issues. Proposals that address human/non-human connections and zoopoetics are also welcome.
Finally, we aspire to reflect on how the relationship between peripheries/margins and centers informs our academia and hope to subvert some of the observations posited by Zekri (2017). Proposals that focus on the strategies developed by “subaltern” researchers (Spivak, 1988) or associative and activist organizations to elaborate and disseminate autonomous methodological, theoretical and epistemological tools are therefore encouraged, as well as those that focus more globally on the strategies of appropriation of concepts from the center, deployed by the margins and peripheries. Could these re-appropriations ever, or even just occasionally, deprive the center of its tools?

Submission of proposals
Proposals for contributions (in French or English, 500 words maximum, with a brief bio-bibliographical presentation) should be sent before April 15, 2022 to laura.maver@yahoo.fr, and lola-sinoimeri@riseup.net. An answer will be given to all prospective candidates by April 30 at the latest.
This conference is open to master’s students, doctoral students and young researchers.
Transportation and accommodation of participants may be covered by the budget of the conference in part or in full, if financial conditions allow it.

Literature
BOURDIEU Pierre, La Distinction : Critique sociale du jugement [Distinction: A Social Critique of the Judgement of Taste, 1984], Paris, Éditions de Minuit, 1979.
BRAIDOTTI Rosi,« Les sujets nomades féministes comme figure des multitudes » [“Feminist nomadic subjects as figures of the multitudes”], Multitudes, Vol.12, No.2, 2003, p.27-38.
BREY Iris, Le Regard féminin : une révolution à l’écran [The Female Gaze: A Revolution On-Screen], Paris, Éditions de l’Olivier, 2020.
CASANOVA Pascale, La République mondiale des lettres [The World Republic of Letters, 2004], Paris, Éditions du Seuil, 2009.
DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, Capitalisme et schizophrénie, tome 2 : Mille plateaux, [A Thousand Plateaus: Capitalism and Schizophrenia, 1987], Paris, Les Éditions de Minuit, 1980.
GLISSANT Edouard, Introduction à une poétique du divers, [Introduction to a Poetics of Diversity, 2020] Paris, Gallimard, 1996.
HARSTOCK Nancy C. M., “Rethinking Modernism: Minority vs. Majority Theories”, Cultural Critique, No. 7, 1987.
HOOKS bell, Feminist Theory: From Margin to Center, Boston, South End Press, 1984.
MITTERBAUER Helga, SMITH-PREI Carrie (eds.), Crossing Central Europe: Continuities and Transformations, 1900 and 2000, Toronto, Buffalo, Londres, University of Toronto Press, 2017.
MULVEY Laura, “Visual Pleasure and Narrative Cinema”, Screen, Vol. 16, No. 3, 1975.
NELSON Maggie, The Argonauts, Minneapolis, Graywolf Press, 2015.
PAZ Octavio, Le Labyrinthe de la solitude, suivi de Critique de la pyramide, [The Labyrinth of Solitude, Paris, Gallimard, 1972.
SCOTT James C., Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné, [The Art of Not Being Governed: An Anarchist History of Upland Southeast Asia, 2009], Paris, Éditions du Seuil, 2013.
SEYHAN Azade, Writing Outside the Nation, Princeton, Princeton University Press, 2001.
SPIVAK Gayatri Chakravorty, “Can the Subaltern Speak?”, in NELSON Cary, GROSSBERG Lawrence (eds.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.
WA THIONG’O Ngugi, Decolonising the Mind: The Politics of Language in African Literature, London, James Currey ; Nairobi, Heinemann Kenya ; Portsmouth, N. H., Heinemann ; Harare, Zimbabwe Publishing House, 1986.
ZEKRI Caroline, «La fabrique des identités migratoires : de l’usage du culturel comme outil de dépolitisation des migrations» [“The Construct of Migratory Identities: the Use of Culture as a Tool for Depoliticizing Migration”], Scritture Migranti. Rivista di scambi interculturali, No 11, 2017, p. 103-117.

Organisation committee
Virginie Adam, Sorbonne University (REIGENN)
Naïma Berkane, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Nicola Brarda, Sorbonne University (ELCI)
Aida Čopra, Sorbonne University (ELCI)
Astrid Greve-Kristensen, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Joseph Kebe-Nguema, Sorbonne University (REIGENN)
Laura Maver Borges, Sorbonne University (ELCI)
Iris Saada, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Lola Sinoimeri, University Paris 8 Vincennes – Saint-Denis (LEGS), Sorbonne University (Eur’ORBEM)

Scientific Committee
Agathe Mareuge, Associate Professor, Sorbonne University (REIGENN)
Silvia de Min, Sorbonne University (ELCI)
Gaïa Perreaut, Sorbonne University (REIGENN)
Małgorzata Smorąg-Goldberg, Professor, Sorbonne University (Eur’ORBEM)
Valentina Sturli, University of Padoue (Department of Linguistic and Literary Studies)
Maria Turgieva, Sorbonne University (Eur’ORBEM)

Soutenance de Stéphanie Cirac

Al’fred Ljudvigovič Bem. De Saint-Pétersbourg à Prague : parcours d’un philologue russe en exil (1908-1945)

lundi 15 novembre 2021, à 14 heures, à l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris.

Le jury est composé de :

Mme Sophie Cœuré, professeure à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, rapporteuse.

Mme Catherine Depretto, professeure à Sorbonne Université, directrice de thèse.

Mme Luba Jurgenson, professeure à Sorbonne Université.

M. Xavier Galmiche, professeur à Sorbonne Université.

M. Michel Niqueux, professeur émérite de l’Université de Caen.

M. Miloš Zelenka, professeur à l’Université Masaryk de Brno, rapporteur.

Les travaux d’Al’fred Bem, notamment autour de l’œuvre de Dostoïevski, ont été redécouverts après des décennies de silence. Né en 1886 à Kiev, le philologue et historien de la littérature fut un acteur notable de la scène scientifique russe à l’aube de la révolution, avant de devenir un savant en exil. Ce passage, son contexte et la façon dont il a marqué le parcours de Bem, est au cœur de notre recherche. Doit-on y voir une rupture ? Les révolutions de Février puis d’Octobre, la guerre civile sont venues infléchir la trajectoire du jeune savant avant de mener à son exil. Kiev, Petrograd, Varsovie, Prague : son parcours porte aussi la marque des villes qu’il traverse. 

À Varsovie, Bem collabore au journal de Savinkov (Svoboda / Za Svobodu) ; à Prague, il se fait connaître comme spécialiste de Dostoïevski, lecteur de russe à l’Université Charles, rejoint le Cercle linguistique. Son éloignement géographique des premiers cercles académiques où il s’est formé se répercute sur ses travaux qui évoluent, autour de nouveaux sujets mais aussi dans différents domaines et genres – articles de journaux ou scientifiques, essais, correspondance. La mise en perspective de ces écrits fait ressortir la façon dont ils s’enchâssent et se complètent. Ce faisant, elle permet de saisir l’évolution du parcours accidenté d’un savant ainsi que le réseau de connaissances et de collaborations qu’il traverse. Se dessine alors un espace scientifique, qui s’est déployé dans l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres, dans une discipline particulière, la slavistique.  

Retracer le parcours d’un philologue en exil, reliant histoires particulière et commune, évoquer les silences qui ont entouré ce parcours, c’est un moyen de revenir sur l’histoire de son milieu scientifique en exil, ou plus largement celle de la slavistique européenne. Il s’agit aussi de s’interroger sur ce qui peut faire récit dans ce parcours en observant comment, dans la biographie intellectuelle d’un savant, s’articulent différentes dimensions – personnelle, scientifique et politique. 

Mots-clés : slavistique ; histoire des sciences ; Al’fred Bem ; Académie des sciences de Russie ; Université Charles ; Université allemande de Prague ; bibliothèques ; révolution ; exil ; Russie de l’étranger ; littérature russe ; littérature et psychanalyse ; formalisme ; cercle linguistique de Prague ; Dostoïevski ; Tolstoï ; Pouchkine ; littérature de l’exil

Séminaire doctoral  « Les périphéries dans les arts et les littératures : langues, personnages et espaces »

labos junior Élans, ERjilS, Passage, Sorbonne Université, ED 020

Organisé par Virginie Adam, Naïma Berkane, Nicola Brarda et Laura Maver

Centre Malesherbes


18/11/2021


La représentation des espaces périphériques dans la littérature et dans les arts


Séance animée par Lana Kupiec, Passage :

   Pour notre première séance sur le concept de périphérie, nous allons explorer les espaces périphériques dans la littérature et les arts. Commencer notre cycle de séminaires en abordant la périphérie, qui est d’abord un concept spatial, du point de vue géographique nous permettra de déboucher sur des concepts et problématisations fécondes pour les autres séances de notre cycle.

– Réfléchir à la périphérie nous conduira à interroger des concepts connexes : la frontière, la marge, le centre, l’idée de littératures ou pratiques artistiques dites mineures dans la littérature mondiale.

– La périphérie se définit avant tout par rapport à un centre, dans un rapport de hiérarchie entre le centre, qui est en général unique, et les périphéries, qui peuvent être multiples.

– Ce binôme centre / périphérie peut se jouer à plusieurs échelles : à l’échelle d’une ville (ville/ banlieues), à l’intérieur d’une région, dans un pays (capitale/province), ou à l’échelle du monde (l’Occident et l’Europe faisant traditionnellement figure de centre).

   Nous nous interrogerons sur les rapports entre l’Europe de l’Ouest et les « autres » Europes « périphériques », la place des littératures venues de ces régions « excentrées » en Europe sur lesquelles nous nous penchons dans nos laboratoires respectifs.

– Ainsi, on peut s’intéresser à la représentation des espaces périphériques de différentes manières :
→la représentation des périphéries du point de vue du centre ; les périphéries comme « ailleurs », contrepoints au centre, qui permettent de définir le e centre.
→ la représentation des périphéries du point de vue des périphéries elles-mêmes ; recentrer les périphéries dans l’œuvre d’art, voir comment les périphéries peuvent être elles-mêmes le centre de cultures marginalisées ou considérées comme mineures par rapport au centre.
→ Au sein de la littérature mondiale, littératures ou pratiques artistiques dites « mineures », elles-mêmes périphériques (exemple : dans les littératures scandinaves ou d’Europe de l’Est, périphériques en Europe ; au sein de l’Empire russe ou de l’Empire austro-hongrois, les littératures produites par des membres des communautés dominées ; au sein des Empires coloniaux, les littératures produites par les peuples colonisés).

   Afin de réfléchir à ces questions, seront particulièrement éclairantes les théories qui, depuis les années 1970, remettent en cause cette hiérarchisation du binôme centre / périphérie : les études post-coloniales, la pensée rhizomatique de Deleuze et Guattari, ou la pensée de la relation et le « Tout-Monde » d’Édouard Glissant, qui mettent en avant les idées de réseaux, de connexions multiples et de mouvements entre les espaces.

 

Raphaël Jamet, Élans
Titre de la communication : « Penser et créer la périphérie comme espace : études de cas de quelques groupes autour d’Asger Jorn (1914-1973) »

   A travers trois cas significatifs tirés des groupes, des œuvres et des écrits d’Asger Jorn, artiste danois du XXe siècle (Cobra, l’Institut Scandinave de Vandalisme Comparé et la stratégie éditoriale de l’artiste), nous traverserons les différents enjeux, rapports de force et tensions qui existent lorsque l’on considère les cultures, les langues et les pays dans leurs rapports spatiaux entre centre et périphérie. Comment concilier avant-garde cosmopolite, valorisation de sa propre culture sans verser dans le nationalisme et langue peu courante.

Agnès Thomas-Myara, Passage
Titre de la communication : « La notion de périphérie à travers les églises en bois (cerkiew) et les icônes du sud-est de la Pologne, en pays łemki (Łemkowszczyzna) »

   Cette communication sera l’occasion de présenter la notion de périphérie à travers l’exemple de la minorité łemki (sujet de mon travail de recherche). Nous découvrirons cette notion par le prisme des églises en bois orientales et des icônes, parties intégrantes de l’identité de cette minorité et aussi témoin du brassage historique qui l’a traversée.

Nicola Brarda, ERjilS
Titre de la communication : « Imaginer et figurer la périphérie, du texte à l’image : la périphérie italienne de Non ho mai avuto la mia età d’Antonio Dikele Distefano à la série Zero »

   Le parcours d’Antonio Dikele Distefano commence comme un phénomène littéraire : celui d’un jeune auteur passé de l’autopublication à la maison Mondadori et dont les romans, centrés sur le vécu difficile d’italiens de deuxième génération et adressés à un public adolescent, figurent au sommet des ventes en Italie depuis 2015. Un parcours d’autant plus insolite si l’on considère les fortes difficultés des premiers auteurs dits de deuxième génération (Igiaba Scego, Jadelyn Mabiala Gangbo, Gabriella Kuruvilla) à s’insérer dans le marché éditorial italien vingt ans plus tôt, au début des années 2000.
   Depuis, l’écrivain est aussi devenu un acteur central de la scène rap italienne comme co-fondateur et directeur du magazine de musique urbaine Esse magazine, avant de lancer l’an dernier la série télévisée Zero (co-écrire avec Menotti) sur Netflix, inspirée librement de son roman Non ho mai avuto la mia età publié en 2018.
Pourtant, l’écart entre ce roman qui raconte l’histoire d’un jeune italien d’origine angolaise surnommé “Zero”, sa vie dans un quartier périphérique de Ravenne et son expérience du racisme en Italie, et la série du même nom située à Milan est considérable : comment expliquer un tel changement de décor, de ville, et d’appréhension de la ville ? C’est sur ces questions, et sur ce qu’elles impliquent quant à la création d’un imaginaire mainstream de la périphérie en Italie, que nous focaliserons notre intervention.

 

15/11/2021

Le personnage périphérique

 

Séance animée par Aida Čopra et Silvia de Min, ERjilS :

Cette séance abordera la notion de personnage périphérique dans le domaine de littérature et/ou de dramaturgie. La notion de personnage périphérique sera analysée à travers quelques questions fondamentales :

Le personnage :
Comment peut-on définir un personnage périphérique ?
Comment exprime-t-il la voix de la marginalité dans un assemblage des aspects biologiques, culturels et sociaux ?
Le personnage périphérique est-il un personnage « inapte » ?
Le personnage périphérique peut-il être ‘traditionnel’ ?

L’auteur :
Les personnages périphériques relèvent-ils de l’univers de leurs auteurs / dramaturges / metteurs en scène ?
Décrire/représenter un personnage périphérique signifie-t-il parler d’un auteur engagé ?

La perception du personnage :
De quelle manière le lecteur / le spectateur perçoit-il le personnage périphérique ?
Dans quelle mesure le personnage périphérique peut-il incarner un effet de distanciation compris dans l’optique de l’étrangisation de V. Sklovskij Comment l’art peut-il contribuer à la création d’une communauté consciente et active face à la réalité de la périphérie ?

 

Astrid Greve Kristensen, Passage
Titre de la communication : « Orphans: Wolf Children; Agents of Change? The Orphan as a Peripheral Character in the Fiction of Jáchym Topol (b. 1962) »

In my presentation I will be discussing the literary orphan as a peripheral character. We can consider the orphan as a peripheral character in several ways, as it is typically pushed to live in the margins both geographically and socially. The dissolution of family structure immediately sets the orphan apart both concretely and philosophically from the normative child,yet this dissolution may carry with it positives as well as the expected negatives. The child’s point of view in fiction is frequently considered estranging for an adult reader, but the orphan pushes this even further, as the orphan is often through their marginalization also forced into situations that are not common or normative for children. This marginalization creates a displacement where the point of view of an orphan narrator often has an effect a la Sklovskij’s notion of estrangement. However, I will also show that through my research of contemporary Czech fiction, notably the novels of Jáchym Topol, we can see the orphan as a character of liminality that is filled with the potential of transformation and subversion of myths, traditions, and restrictive considerations on heritage. After a general discussion of the orphan as a potential peripheral (yet classic!) character, I will showcase the commingling of modern history, fairy tales, forest landscapes and other mystical/magical notions that in fact charges the orphan with great transformative power.

 

Alessandra Ballotti, Élans
Titre de la communication : « Les héros périphériques du Nord en circulation culturelle »


(Séance supplémentaire le 13/12/2021)

Claudia Dell’Uomo D’Arme, ERjilS
Titre de la communication : « Le corps-frontière de MDLSX: queering l’absence sur scène »

La troupe italienne de Motus, active depuis une vingtaine d’années sur les plateaux européens et internationaux, atteint une importante évolution dramaturgique lorsqu’elle présente en 2015 le projet de MDLSX. Au fil des derniers cinq ans, cette pièce a conquis l’intérêt du milieu théâtral expérimental, surtout en ce qui concerne les rapports entre la représentation du réel sur scène et les études de genre au sens large. Le texte, le décor, les mouvements de la « machinerie corporelle » de MDLSX ont été conçus à partir d’une adaptation très originale de différentes sources littéraires, philosophiques, musicales ; entre autres, le groupe de Motus s’approprie d’extraits du roman de J. Eugenides Middlesex, de morceaux rock-punk de Yeah YeahYeahs, Radiohead, Placebo, ou encore de concepts issus des théories féministes tels que le sujet nomade de R. Braidotti, la vulnérabilité inter-subjective de J. Butler, l’hybridation cyborg de D. Haraway ainsi que la désidentification de P. B. Preciado.
La pièce de MDLSX, entièrement construite sur, et pour, le corps de l’actrice Silvia Calderoni, vise à de-construire tout discours héteronormatif qui semble pétrifier le-s sujet-s contemporains « dans une immobilité sémantique ». Par une voix de dénonciation liant le politique aux statuts identitaires actuel.le.s, Calderoni éviscère et queer la sexualité binaire alors qu’elle incarne à la fois la jouissance et l’incommunicabilité vécues par les sujets intersexués.
Grâce au récit intime de Calderoni, la pièce de Motus fait face, in medias res, à la problématique de l’invisibilité, du silence, voire de l’absence de certaines catégories épistémologiques au sein des nos structures relationnelles, parmi les individu.e.s. Sur le plateau, la traversée biographique de « Silvia l’androgyne», se déclenche à partir de ce vide, de ce creux oscillant entre les lieux politiques et les liaisons affectives.
Motus arrive à transformer cette absence – si lourde et si « inascoltata », en organisme évolutif, multiple et pluriel qui dit, avec les pièces d’un corpus dé-membré, une figuration autre, et autrement exprimée, de la condition humaine.
Effectivement, l’actrice anime toute seule l’espace du jeu tandis qu’elle performe un monologue activant une parole hybride, composée par plusieurs dispositifs de utterance ; des platines de DJ aux pulvérisations de peinture, du système vidéo aux installations poly-matière, le langage de MDLSX se fait manifeste d’un flux de conscience actualisé à l’heure des années 0.
Avec cette communication, on vise à questionner les aspects esthétiques qui, à travers le geste théorique deMotus dont Calderoni interprète la parole idéologique, évoquent dans l’espace-théâtre la souffrance, le travail, la lutte d’une communauté nouvelle. Ce nouveau corps collectif, réfracté par les questions d’ordre socio-idéntitaires les plus actuelles, se veut exposition troublante, et troublée, de corps polyphoniques morcelé.e.s et situé.e.s., habitant le paradoxe d’une im-matérialité du vivant.

 

29/11/2021


Traductions, circulation des textes et transferts culturels

 

Séance animée par Virginie Adam, Élans


Laura Maver, ERjilS
Titre de la communication : « La traduction transféministe: décentrer le regard sur le straight. Traduire La Gaia critica de Mario Mieli. »


Lola Sinoimeri, Passage
Titre de la communication :  « L’albanais et l’italien dans l’œuvre de l’écrivaine Elvira Dones »

Ateliers du labo junior 2021/2022

animés par Naïma Berkane et Agnès Thomas-Myara

 

24/11/2021


Velimir Mladenović, Université de Novi Sad, Université de Poitiers

Titre de la communication : « Louis Aragon et son transfert culturel serbe »

Dans ma communication je présenterai les liens entre Louis Aragon et les poètes et intellectuels serbes, la présence de la culture et de la littérature serbes dans l’œuvre de cet écrivain et le transfert culturel mutuel qui en découle. Pour une connaissance approfondie de la présence d’Aragon sur les marges du milieu serbe, nous nous penchons également sur la réception de ses œuvres et sur son influence directe sur les auteurs serbes dans la période de l’entre-deux-guerres.

Jana Bartůňková  

Titre de la communication : « Pëtr Bogatyrëv et le théâtre : l’homme et la recherche à l’arrière-plan »

Pëtr Bogatyrëv (1893 – 1971), ethnographe, spécialiste du folklore, membre fondateur du Cercle linguistique de Moscou, membre fondateur du Cercle linguistique de Prague, traducteur en russe des célèbres Aventures du brave soldat Švejk. On lui donne beaucoup d’attributs. Il est sans doute homme polyvalent. Et en plus, il est grand connaisseur en théâtre. Ses contemporains témoignent que le théâtre est la passion de toute sa vie. Tout le monde en est d’accord ; c’est écrit dans quasiment tous les textes sur lui. Pourtant son œuvre (y compris le travail sur le théâtre populaire) est étudié avant tout dans le contexte de l’ethnographie. Dans la présente intervention nous allons développer les arguments qui nous mènent à l’hypothèse que nos connaissances actuelles de Bogatyrëv – spécialiste en théâtre – ne sont complètes et exhaustives.

1/12/2021

Cristelle Pattu-Koczorowski

Titre de la communication : « Oskar Rabine : l’illustration d’un peintre non-officiel, les années soviétiques. »

Notre étude portera sur l’artiste peintre Oskar Rabine (1928-2018) de la mort de Staline en mars 1953 jusqu’au milieu des années 70. Il s’agira d’appréhender les notions d’artiste et d’art non-officiel à travers le prisme d’Oskar Rabine au sein du régime totalitaire de l’Union-Soviétique face à celles de l’artiste officiel et de l’art officiel issues chacune du réalisme socialiste.

Pour quelles raisons devient-on un artiste peintre non-officiel dans l’URSS des années 50, quel a été le contexte politique et social pour Rabine ?
Nous examinerons pourquoi sa peinture a pu être qualifiée de non-officielle par les autorités soviétiques au regard de son œuvre picturale et nous tenterons de répondre à la question suivante : Rabine était-il un peintre social en cherchant à « esthétiser la pauvreté » de la réalité de la société soviétique contemporaine ?
Comment Rabine de simple artiste non-officiel est-il devenu le leader d’un groupe d’artistes moscovites, appelé groupe de Lianozovo, dans le courant des années 50, puis finit par être la figure de proue des artistes non-officiels en Union Soviétique en 1974 ?

Enfin, l’exemple de Rabine, nous conduira à nous interroger sur la nécessité impérieuse de l’artiste non-officiel de braver les autorités politiques en réalisant des « actions » comme des expositions illicites pour assurer tant sa survie que celle de sa liberté de création.

L’artiste doit-il être jusqu’auboutiste dans sa posture de défenseur de la liberté artistique en défiant un État politique répressif quitte à mettre sa vie en péril ou doit-il se résoudre à un exil douloureux pour justement garantir la pérennité de son œuvre comme sa liberté de création ?

Mots-clés : art non-officiel soviétique ; dissidence ; expositions clandestines ; répression politique des artistes


Kevin Kalamperović

Titre de la communication : « Les artistes yougoslaves de l’École de Paris au XXe siècle »

En 1925, le critique d’Art André Warnod emploie l’expression « École de Paris » pour la première fois pour désigner l’ensemble des artistes étrangers arrivés au début du XXe siècle à Paris. A partir de 1900 jusqu’en 1939 plusieurs générations d’artistes étrangers affluent dans la ville lumière. Beaucoup d’entre eux sont originaires d’Europe centrale et orientale. Tous ces artistes viennent chercher à Paris des conditions plus favorables à l’épanouissement de leur art, la liberté d’expression et la rencontre de nouvelles cultures. Parmi eux se trouvent les artistes provenant de ce nouvel état européen appelé la Yougoslavie. Après la Seconde Guerre Mondiale, Paris redevient la Capitale des arts et attire à nouveau les artistes du monde entier. Le concept d’École de Paris s’est élargi, l’expression de « Nouvelle École de Paris » ou « Seconde École de Paris » est gardée pour continuer de désigner ces nouveaux représentants. L’École de Paris ne désigne pas un courant artistique. Elle rassemble tous les artistes ayant contribué à faire de Paris le foyer de la création artistique de 1900 jusque dans les années 1960-70. Pendant tout ce XXe siècle, Paris connait un bouillonnement des avant-gardes artistiques, et les frontières ne comptent plus. Paris sera le centre d’expériences nouvelles pour devenir un laboratoire de l’Art international. Pour cette intervention, je ferai un point concernant l’inventaire réalisé lors de cette premier année de thèse de tous ces artistes yougoslaves, plus de cinq cents qui ont séjourné ou vécu à Paris de Nadežda Petrović, Marko Čelebonović à Dado, Vladimir Véličković. Aussi les raisons pour lesquelles j’ai décidé d’aborder mon sujet de cette manière et les difficultés rencontrées.

26/01/2022

séance programmée par Lorène Ehrmann et modérée par Marie-Christine Autant-Mathieu

Marie-Christine Autant-Mathieu est directrice de recherche CNRS émérite (Arts du spectacle) et membre de l’UMR Eur’ORBEM.

Catherine Géry, INALCO

Titre de la communication : « La violence a-t-elle un visage de femme ? “Lady Macbeth du district de Mtsensk” de Chostakovitch sur les scènes contemporaines (Bertman, Kušej, Tcherniakov, Warlikowski) »



La nouvelle de Nikolaï Leskov La Lady Macbeth du district de Mtsensk, qui met en scène la première « tueuse en série » de la littérature russe, a connu depuis sa parution en 1865 de nombreuses adaptations à travers des media très divers : poésie, théâtre, arts plastiques, cinéma, opéra. C’est peut-être l’opéra qui a le mieux révélé la violence sociale et surtout sexuelle présente dans le texte de Leskov à l’état de latence. Dans sa version « féministe » – et profondément ambivalente – de La Lady Macbeth de Mtsensk en 1934, Dmitri Chostakovitch tente cependant de donner à la violence sexuelle une signification très différente de celle qu’elle avait dans l’œuvre source, substituant à la hantise des ténèbres de la sexualité féminine propre au siècle de Leskov une dénonciation des rapports homme-femme en Russie tsariste et un plaidoyer en faveur de l’émancipation des femmes. Les interprétations de l’opéra de Chostakovitch sur les scènes européennes au XXIe siècle (par des metteurs en scène tous masculins : Dmitri Bertman en 2000, Martin Kušej en 2006, Dmitri Tcherniakov en 2008, Krzysztof Warlikowski en 2019), marquées par une exhibition de la violence physique et/ou politique, oscillent quant à elles entre goût pour le spectacle scandaleux (à la fois érotique et sanglant) et nouvel engagement féministe. Ces versions contemporaines de « l’affaire Lady Macbeth » sont autant de commentaires plus ou moins radicaux sur la charge subversive de la figure de femme criminelle créée par Leskov, sa dimension cathartique mais aussi ses manipulations idéologiques. 

Catherine Géry est professeure de littérature et de cinéma russes à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) et directrice du Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE).


Lorène Ehrmann                                                                       

Titre de la communication : « L’adaptation pour l’opéra de Cœur de chien de Mikhaïl Boulgakov par Alexander Raskatov (compositeur), Cesare Mazzonis (Librettiste) et Simon McBurney (metteur en scène) »

Dans le Moscou des années 1920, un chien des rues croise le chemin d’un éminent professeur qui fera de lui un humain malgré lui. Mikhaïl Bulgakov écrit la nouvelle Cœur de chien en 1925. Immédiatement interdite, elle ne paraitra en URSS qu’en 1987, dans la revue Znamia. Ce récit fantastique et satirique a, depuis, fait l’objet de plusieurs adaptations au théâtre et au cinéma. Le compositeur russe Alexander Mikhaïlovitch Raskatov a, quant à lui, composé un opéra dont la première a eu lieu en 2010 à l’Opéra d’Amsterdam. Grand mélomane, Bulgakov fait de nombreuses références à l’opéra tout au long de la nouvelle. Cela rend son adaptation sous forme opératique à la fois naturelle et problématique : Comment restituer le riche décalage que crée l’intrusion de l’opéra dans la littérature à l’intérieur d’une forme purement opératique ? Comment faire entendre les citations et les allusions à d’autres compositeurs dans la nouvelle partition ? J’aborderai ces questions en m’appuyant sur la partition d’Alexander Raskatov, le livret de Cesare Mazzonis, des extraits du spectacle mis en scène par Simon McBurney et les entretiens que j’ai eu la chance d’avoir avec le compositeur.

2/02/2022

séance programmée et modérée par Astrid Greve Kristensen

Rose Joy Smith, Charles University & University of Groningen                                   

Titre de la communication : « Usable Pasts in Museums of Communism »

This presentation focuses on the crossroads of identity and history in Poland and the Czech Republic. It aims to understand how the history of Communism is used in the creation of different levels of identity. First, it identifies three trends in the representation of the Communist-era in museums, namely Communism as foreign, terror, and nostalgia. The three trends are then analyzed according to their usable past. These usable pasts are divided into three levels of identity: city, nation, and Europe. It uncovers how the history of Communism is reconstructed to serve the needs of different levels of collectives.

 

Agnieszka Sobolewska, Sorbonne University & Warsaw University                         

Titre de la communication : « Theories and Practices of Shadow Psychoanalysis in Poland: The Case of Aleksander Oszacki and Piotr Odmieniec Wlast (Maria Komornicka)»

In the history of Polish literary history, the case of the modernist writer Piotr Odmieniec Włast (Maria Komornicka) has exposed the struggles and aporias which have been present in Polish literary science for the recent three decades. It is no coincidence that one of the most commonly asked questions in research on Włast’s work concerned the issue of the poet’s gender transgression. Paradoxically, the search for “the truth” on Maria Komornicka’s transition into Piotr Włast eclipsed the problem of the cultural dimension of psycho-medical literature in Włast’s times. In order to continue to expand our understanding of the cultural history of non-normative sexuality and “the doubting sex,” it is worth to return to the historical moment when psycho-medical literature took shape – a process which was closely tied to Włast’s biography. In this chapter, I will treat sexological knowledge of the turn of the nineteenth and twentieth century as a result of dynamic interactions between the language of medical sciences, psychology, philosophy and literary discourses as well as life-writing. With the question on the changing social and discursive conditions in which the desires of historical subjects are constructed as my point of departure, my aim is to revisit the very dynamics of psycho-medical writing which made such constructions possible at all.

 

05/04/2022

Séance discutée par les enseignants chercheurs Mateusz Chmurski et Clara Royer

Agnieszka Sobolewska, Sorbonne Université, Warsaw Université

Titre de la communication : «  Théories et pratiques de la psychanalyse en Europe centrale avant 1939: vers un langage affective, transnational et interdisciplinaire »

Cette intervention sera consacrée à une présentation synthétique des résultats de ma thèse doctorale sous le titre Theories and Practices of Psychoanalysis in Central Europe: Sigmund Freud-Sándor Ferenczi-Georg Groddeck. Dans mon projet j’aborde la question de la spécificité de la théorie freudienne et de la pratique psychanalytique en Europe centrale, notamment dans la culture hongroise, tchèque, polonaise et en partie allemande. L’un des problèmes les plus importants dans ma thèse est la dynamique de la théorie psychanalytique et du fonctionnement du mouvement freudien jusqu’à 1939. Dans mon intervention je soulignerai les concepts théoriques qui contribuaient le plus à la réinterprétation des théories de Sigmund Freud. Des analystes principaux dans ma recherche sont Sándor Ferenczi et Georg Groddeck. Comme je vais le montrer, leurs théories ont été développées à l’intersection de la fascination par Freud et la volonté de rompre avec ses idées, c’est-à-dire entre la domination et la rupture avec le Père. Dans ma présentation, je soulignerai également l’importance d’un dialogue entre la psychanalyse et l’art, la littérature et les discours psycho médicaux qui se développaient dynamiquement à la charnière du XXème siècle. Dans ma thèse je propose une histoire culturelle du freudisme en Europe centrale – une perspective qui me permet d’analyser une hybridité et une variabilité du langage psychanalytique.

 

Domenico Scagliusi, Sorbonne Université (étudiant de master LLCE russe)

Titre de la communication : «  Mémoire traumatique et invention fantastique: le cas d’Expiation de Nikolaj Aržak et de la Trilogie de la glace de Vladimir Sorokin »

À partir des années 1960, les violences de masse de l’époque soviétique ont fait l’objet, dans la littérature russe, d’une réinvention fantastique et grotesque, où la représentation naturaliste de la violence est remplacée par la figuration imaginaire de son horreur. En particulier, le camp de concentration assume, dans ces oeuvres, une fonction archétypale, en devenant le modèle par lequel ces auteurs appréhendent, de manière générale, la question de l’extermination de l’homme par l’Etat.
La mémoire traumatique de ce passé douloureux commun, qui n’a jamais fait, en Russie, l’objet d’une prise de conscience collective, soulève la question de la place de la littérature face à la violence et remet en cause son pouvoir de représenter le monde.
Dès lors, le fantastique peut être considéré comme le moyen par lequel ces écrivains s’efforcent de représenter l’irreprésentable et permettent à cette mémoire de se faire récit.
Dans ma communication, j’essaierai de montrer cela à travers l’analyse de deux oeuvres: la nouvelle Expiation de Nikolaj Aržak et la Trilogie de la glace de Vladimir Sorokin.


Guilhem Pousson, Sorbonne Université

Titre de la communication : « Celui qui ne travaille pas : la question de l’oisiveté dans la pensée sociale de Tolstoï »

 


27/04/2022

Séance programmée et modérée par Anastasia Mameva

Dimitri Filimonov,
Docteur en études slaves et en histoire contemporaine
Membre partenaire de l’UMR SIRICE
ATER en civilisation russe à l’Université Lyon 3 Jean Moulin

Titre de la communication : « Représenter l’Occident dans le champ culturel soviétique : du phénomène de l’occidentalisme au début de la Guerre froide »

L’occidentalisme se propose comme un ensemble de représentations de l’Occident dans le champ culturel soviétique, par opposition au concept d’orientalisme, étudié par Edward W. Saïd dans son ouvrage éponyme publié en 1978. Selon Saïd, l’orientalisme sert à analyser la construction de l’image de l’Orient imaginaire dans les mentalités collectives occidentales. Dans le contexte d’étude de la civilisation soviétique, cette approche s’applique à l’analyse des éléments constitutifs de la représentation de l’Occident par l’idéologie officielle et par des acteurs exogènes. Il s’agit d’analyser les narratifs sur l’Occident créés dans les champs médiatique et culturel au cours de la première décennie de l’après-guerre pour comprendre dans quelle mesure ils ont façonné la perception de la civilisation occidentale, et, par là même, ont contribué à une première vague de « déseuropéanisation » culturelle de la civilisation soviétique.

 

15/06/2022

Séance programmée et modérée par Guilhem Pousson

Alexandra Jahan de Lestang, étudiante de licence LLCE russe

Titre de la communication : « Influences spinozistes sur la philosophie tolstoïenne de l’amour dans Anna Karénine : vers une linguistique des passions »

En explorant le thème de la passion à travers le roman Anna Karénine de Tolstoï, on s’intéresse d’abord à une caractérisation de ce thème littéraire dans ce roman, donc à la façon dont Tolstoï construit le psychisme de ses personnages, tout particulièrement celui d’Anna, en essayant de faire émerger quelque chose comme une philosophie tolstoïenne des passions qui s’incarne dans le roman. Dans une deuxième partie, on observe l’influence possible qu’a eue la philosophie de Spinoza sur l’écriture de Tolstoï. Enfin, en prolongement de l’étude, on s’intéresse à l’aspect linguistique de la description tolstoïenne des passions : en portant attention à la syntaxe tolstoïenne, on peut encore appuyer le lien avec la philosophie spinoziste.

Guilhem Pousson, Sorbonne Université

Titre de la communication : « Loi, moralité et genre dans le système des personnages d’Anna Karénine : un exemple pour les théoriciens du care ? »

Depuis le XIXe siècle, la plupart des synthèses s’accordent sur le caractère central du concept de loi dans la pensée morale de Tolstoï. Le roman Anna Karénine nous présente pourtant une vision autre. La loi y apparaît comme un vecteur de moralité problématique, auquel ont recours, lors de leurs délibérations, aussi bien les personnages positifs que négatifs. En outre, la référence à la loi fait l’objet d’une préférence masculine, tandis que les personnages féminins font appel à d’autres opérateurs éthiques. Nous nous verrons que la présence ou l’absence d’un tropisme légaliste éclaire les rapports entre les personnages des deux genres dans le roman, en particulier au sein du triangle amoureux. Puis, nous interrogerons le sens de l’essentialisme de Tolstoï, en confrontant les “moralités de genre” qu’il décrit aux paradigmes des théoriciens du care.

 

 

Ateliers du labo junior 2020/2021

animés par Naïma Berkane

27/01/2021

Sonia Gavory

Titre de la communication : « La Mouette d’Antoine Vitez : une mise en scène inscrite dans sa traduction »

I. Traduire et mettre en scène La Mouette : Un retour à la précision, pour chasser « les brumes du Nord »
II. L’oeil de l’entomologiste


17/02/2021

Ivona Valeria Iacob Blanc
Titre de la communication : « Histoire biographique des femmes de diplomates en Hongrie à la fin de la Seconde Guerre mondiale »

 

Aida Čopra, Sorbonne Université (ERjIS)

Titre de la communication : « La redécouverte et de la réutilisation de la dramaturgie de la Commedia dell’Arte dans le théâtre contemporain des pays slaves »

La séance se déroulera en trois parties

1. Au premier lieu nous présenterons, sur l’exemple des approches de Meyerhold, le travail des grands metteurs en scène contemporains russes qui réfléchissent sur le théâtre du passé, sur la tradition de la Commedia dell’Arte, pour trouver un nouveau théâtre du présent. Meyerhold s’intéresse surtout au travail de Craig, son rapport avec la Commedia dell’Arte et le concept de sa Uber-Marionette pour poser les bases de son « théâtre conventionnel ».

2. Au deuxième lieu nous nous concentrerons sur le travail de Pavel Rouba, mime polonais, qui débute sa carrière dans la compagnie d’Henrik Tomaszewski et pose les bases de l’école du mime polonais en synthétisant l’art du mime aux éléments de danse classique et moderne. Les principes de la pédagogie de Tomaszewski sont ainsi à la base de la pédagogie de Rouba, qui, dans les années 80, fait partie de l’équipe de collaborateurs de Carlo Boso, metteur en scène et pédagogue italien qui dédie toute sa vie à la découverte de la Commedia dell’Arte.

3. Au troisième lieu nous présenterons les liens qui unissent notre recherche aux différentes expériences liées au théâtre contemporain des pays de l’ex-Yougoslavie, en particulier la perception du théâtre de Sarajevo pendant la guerre à travers le travail de Pippo Delbono.

1/04/2021

Michèle Fornhoff-Levitt, ULB, Sorbonne Université

Titre de la communication : « Le théâtre yiddish de l’entre-deux-guerres en Occident: explorationd’une identité nomade »

Résumé : Émergeant tardivement à la fin du 19e siècle, le théâtre yiddish « moderne » connaît son heure de gloire à l’époque mouvementée de l’entre-deux-guerres. D’abord apparu en Europe centrale et orientale sous la plume d’une multitude d’auteurs aux prises avec un Yiddishland imaginaire, il gagne l’Ouest à travers les représentations de troupes itinérantes ou locales venues y évoquer un passé séculaire ou plus récent devant un public d’immigrés juifs désireux de retrouver leurs racines ou la mémoire nostalgique d’une culture abandonnée de force. Malgré ce développement anachronique du théâtre yiddish professionnel et l’absence d’une tradition théâtrale « classique », le Juif, par son aptitude à l’autodistanciation, semble maîtriser l’instinct du jeu, et partant, la « théâtralisation » de sa propre identité, ancrée dans le rite ancestral du Purimshpil.
Ma thèse doctorale en cours d’élaboration cherche à sonder cette judéité « théâtrale » telle qu’elle est vécue (acteurs) et perçue (publics) en Occident à travers « l’incarnation » scénique de la yidishkayt dont le visage mémoriel d’un passé diasporique cherche à façonner de manière à la fois intro- et extrospective et avec une conscience lucide et incisive de la comédie humaine, le comportement et la place du Juif dans le monde moderne.

Mots-clés : théâtre, jeu, yiddish, judéité, identité.


Lola Sinoimeri, Paris 8, Sorbonne Université

Titre de la communication : « Dashuri e huaj [Amour étranger] d’Elvira Dones – Un parcours migratoire au prisme du genre »

Dashuri e huaj [Amour étranger] est le premier roman d’Elvira Dones, paru en 1997 : qualifié par l’autrice elle-même de « profondément autobiographique », il retrace le parcours d’exil à la fin des années 1980 de Klea, double de Dones, de l’Albanie communiste à la Suisse italienne.
Il s’agira de voir, durant cette courte présentation, en quoi le parcours migratoire est indissociable d’un bouleversement des rapports sociaux de genre : l’autrice s’emploie dans une grande partie du roman à décrire le climat social totalitaire et patriarcal qui règne dans son pays d’origine et qui l’atteint tout particulièrement, du fait de son statut transgressif et dérangeant de mère divorcée et célibataire. Si l’exil peut être interprété au premier abord comme une forme d’émancipation des normes de genre en vigueur en Albanie communiste, on constate que la réalité est plus complexe et que l’exil implique plutôt une réorganisation des rapports du personnage féminin à ces normes : le stigmate de la traîtresse à la nation est intériorisé par Klea, qui devient dépendante d’un autre homme et subit la violence symbolique et économique en tant que réfugiée albanaise en Suisse. La mise en récit de cet exil constitue alors l’élaboration littéraire d’un point de vue féminin qui outrepasse les frontières et qui, loin de confronter schématiquement deux régimes de genre (le monde « balkanique » et le monde « occidental »), propose une analyse nuancée du parcours d’une femme albanaise immigrée en Europe de l’ouest.

 

Ada Grudzinski

Titre de la communication : « La recherche documentaire : entre méthode scientifique et pratique du cinéma documentaire »


5/05/2021

Astrid Greve Kristensen

Titre de la communication : « The Orphan as Other »

In my presentation I aim to demonstrate different ways we can understand the orphan as an ‘Other’. Two different spheres of the orphan are combined, the historial and the literary, in order to show how these interact and affect each other. I combine the field of childhood studies, literature and the philosophical notions of Julia Kristeva in an attempt to access a mythological aspect of childhood, and show how this may in fact be hypercharged when the child is an orphan. This presentation is a first attempt for me as a researcher to distill some foundational thoughts on how the orphan may be read or understood as a character, and a reflection on why orphans enjoy such popularity in fiction. I explore in what ways the cultural understanding of the ‘child’ is a major factor in this popularity. The orphan becomes an Other to us, both because the child is an Other to the adult, and the orphan is an Other to the ‘normative’ child who has parents. The nuclear family typically is the closest unit of control in a child’s life. As such, there exists a certain combination of liberation and loss in the orphan character, creating a tension that is conducive to telling stories of fantasy and adventure. However, historical tragedies such as wars or epidemics also produce a larger number of real-life orphans, which in turn produces more orphan narratives of a less fantastical nature. In my presentation I attempt to distill all of these points. At the end, I make use of the theories to do a preliminary reading of one of my objects of study, the novel Noční práce (2001) by Jáchym Topol.

 

Marcin Gołąb, University of Warsaw

Titre de la communication : « Child and childhood in postwar Poland (1944-1956) »

In my project, I describe the situation of children in Poland immediately after the Second World War combining two perspectives. One perspective is the perspective of institutions that are interested in childcare and child-rearing and the second one is a perspective of a child. In the first case, I aim to see adult practices regarding children, connected to the possible definitions of ‘childhood’. In the second case, I want to better understand what children’s experiences, thoughts, and emotions were and to recognize children’s self-knowledge. In my research, I use sources traditionally used in cultural history, for example, official documents (reports, agendas, financial statements), press, handbooks, iconography (photos, movies, posters), but also children’s creations from that period, which are in humanities known as ‘personal documents’: letters, postcards, diaries, notebooks with notes, school essays, and drawings. In my presentation, I analyze three case studies from my project. First, I explain how childhood studies are connected with children’s rights, especially the Convention on the Rights of the Child from 1989, and why it matters to my research. Second, I take a closer look at the involvement of Polish children in collecting the Colorado beetle after the II World War to consider issues of juvenile labor, social engagement, and rural childhood conditions. Third, on the example of school essays on the end of the war, I reflect on the possibility of using children’s creations as sources, the role of school education in their construction, and their content. In conclusion, I address to the audience questions on issues that are important to my project.

 

26/05/2021


Lorène Ehrmann

Titre de la communication : « L’adaptation des textes non dramatiques russes sur les scènes françaises dans la période post-soviétique »

«Aujourd’hui, les grands écrivains du XXe siècle choisissent le roman de préférence au théâtre, comme s’ils voulaient embrasser, au moyen de cette forme, un monde qui les dépasse et qui devient sans cesse plus énorme. C’est pour cette raison que j’ai choisi « principe-parasite » afin de mener en quelque sorte, une vie en symbiose avec la littérature. Il existe des couples d’animaux qui vivent ainsi en symbiose permanente, chaque partie donnant quelque chose à l’autre. »
C’est ainsi que Krystian Lupa expliquait en 1999, lors d’un entretien avec Michel Archimbaud, l’un des principes fondateurs de son esthétique : l’adaptation.
Ce grand metteur en scène polonais construit depuis les années 80 un rapport symbiotique notamment avec la littérature russe et germanique. Son adaptation des Frères Karamazov de Dostoïevski et celle du Maître et Marguerite de Boulgakov ont été jouées en France. Le public français a également pu voir ces œuvres sous le prisme – ô combien différent – de l’Allemand Frank Castorf. Au cours des trente dernières années, ces monuments de la littérature russe lui ont également été proposées par des metteurs en scènes français (Jean Bellorini, Sylvain Creuzevault…), britanniques (Simon McBurney), lituaniens (Oskaras Korsunovas), bulgares (Stefan Moskov)… Chaque adaptation se fondant sur des principes esthétiques et philosophiques des plus variés. Outre les œuvres narratives, les scènes françaises ont également vu fleurir des adaptations d’œuvres d’auteurs de la sphère russophone à caractère sociologique ou documentaire (Svetlana Alexievitch…), poétique (Marina Tsvetaïeva, Vladimir Maïakovski…), autobiographique (Nijinski…), cinématographique (Tarkovski…)…
En étudiant la présence de ces adaptations dans le paysage théâtral français au cours de ces trente dernières années, nous nous proposons de comprendre l’influence et l’actualité des lettres russes et russophones sur le théâtre français : cette présence est-elle constante sur la période étudiée ou peut-on observer des variations notables, qu’offrent les matériaux choisis de spécifique à la réflexion des metteurs en scène, quel accueil le public réserve-t-il à ces œuvres et a-t-il des attentes particulières ? Par ailleurs, peut-on parler d’un dialogue actualisé ? La variété des œuvres adaptées et des points de vues proposés permet-elle d’aiguiser une curiosité pour les évolutions, les idées et les formes actuelles du monde russophone ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search