Doctorants membres

David ABULADZÉ est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2017, son sujet de recherche porte sur « La Géorgie et ses “communautés musulmanes” : l’élaboration d’une politique publique », sous la direction de Silvia Serrano.

Jana BARTUNKOVA est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2017, son sujet de recherche porte sur« L’École de Prague et son apport à la pensée sur le théâtre », sous la direction de  Catherine Depretto.

Naïma BERKANE est doctorante contractuelle à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur « L’amour, lieu de la révolution dans les films du Nouveau cinéma yougoslave », sous la direction de Philippe Gelez.

Pau BOSCH est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne et à l’Université de Barcelone depuis 2018, son sujet de recherche porte sur « La bibliothèque du Désastre : le marché de la littérature mémorielle et ses agents à l’heure de la mondialisation (en France et en Espagne de 1990 au présent) »,sous la direction de Luba Jurgenson, et en co-tutelle avec Diana Roig Sanz (Université. de Barcelone).

Olga CHEBANOVA (Uribe-vargas) , est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2015, son sujet de recherche porte sur “Le rôle des topoï et la tradition rhétorique dans la poétique de la littérature russe”, sous la direction de Luba Jurgenson.

Natalia CHUMAROVA (membre fondateur) est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), rattachée à l’UMR 8224 EUR’ORBEM, depuis 2013. Elle est diplômée en Mathématique appliquée et programmation de (Université d’État de Saint-Pétersbourg, 2005) et en Littérature et civilisation russes (Université Paris-Sorbonne, 2013). Son champ de recherche est la littérature de science-fiction soviétique durant le Dégel khrouchtchevien. Son travail de thèse se concentre sur l’œuvre d’Ivan Efremov, une des figures majeures de la science-fiction russe de cette période. Elle s’intéresse à la question de la création des univers imaginaires et notamment au rôle de l’histoire et de l’historiographie des sociétés fictives dans ce processus. À travers cette investigation, elle s’interroge sur la position critique que détenait la science-fiction sur la scène littéraire soviétique. Participante active aux colloques consacrés à la littérature de l’imaginaire, elle est l’auteur de plusieurs articles consacrés à l’œuvre d’Ivan Efremov. Depuis 2015, elle est membre du CERLI (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire) et de Stella Incognita, une association pour la promotion et le développement de la recherche sur la science-fiction. Depuis 2016, elle est membre de l’Institut d’études slaves.

Stéphanie CIRAC est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2011, son sujet de recherche porte sur les “Poètes russes émigrés à Prague (1920-1945). Contacts perceptions représentations”, en co-direction avec  Catherine Depretto et Xavier Galmiche.

Clotilde COUEILLE est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2016, son sujet de recherche porte sur “Penser les débuts et les fins. Les représentations du temps à l’époque de la Première Guerre mondiale en Russie et en Allemagne”, sous la direction de Luba Jurgenson.

Claire DELAUNAY (membre fondateur) est née en 1990 à Paris. Depuis 2013, elle est doctorante contractuelle en littérature russe à l’Université Paris-Sorbonne où elle assure une charge d’enseignement. Sa thèse, qu’elle rédige sous la direction de Luba Jurgenson, porte sur l’écriture de l’angoisse dans l’œuvre de Léon Tolstoï, auteur auquel étaient déjà consacrés ses travaux de M1 et M2. Elle est membre de l’Association des Amis de Léon Tolstoï, ainsi que de l’Institut d’études slaves. Elle est également, avec Jean Boutan, représentante des doctorants au conseil de l’UMR Eur’Orbem. Thèse soutenue le 07.12.2017.

Olga DROBAT est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2013, son sujet de recherche porte sur “La prose autobiographique des poètes russes des années 1920-1930 : Mandelstam, Pasternak, Biely”, sous la direction de Luba Jurgenson.

Tatiana DROBOT, est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne et l’Université de Genève depuis 2013, son sujet de recherche porte sur “Influence de Nikolaï Fëdorov dans la littérature du début du XXe siècle”, sous la direction de  Luba Jurgenson et en co-tutelle avec  Jean-Philippe Jaccard (Université de Genève).

Laura-Jane DUQUESNEY (membre fondateur), est doctorante contractuelle depuis 2015. son sujet de recherche porte sur “Les frontières de la Moldavie post-soviétique”, sous la direction d’Aleksandr Lavrov . Elle explore les différentes problématiques qui s’articulent autour des frontières de la République de Moldavie (moldavo-roumaine, moldavo-ukrainienne et moldavo-transnistrienne) depuis son indépendance en 1991.

Snezana DURIC, est doctorante  à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “Réflexions sur les problèmes juritraductologiques entre le français et le BCMS (standard serbe) à travers le prisme du code de procédure pénale serbe”, sous la direction de Philippe Gelez.

Michèle FORNHOFF-LEVITT est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne et l’Université libre de Bruxelles depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “Le théâtre yiddish de l’entre-deux-guerres en capitales d’Europe occidentale (Paris-Bruxelles-Amsterdam) : essai d’ethnoscénologie transnationale et diasporique du yiddishisme”, sous la direction de Delphine Bechtel, et en co-tutelle avec Karel Vanhaesebrouck (Université libre de Bruxelles).

Sonia GAVORY est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “Antoine Vitez et la Russie”, sous la direction de Marie-Christine Autant-Mathieu.

Jean-Baptiste GODON est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “Les réformes économiques et politiques de la Russie en transition”, sous la direction de Pierre Gonneau.

Akvilė GRIGORAVICIUTE (membre fondateur) née en 1986 à Vilnius (Lituanie), s’est intéressée à la langue yiddish pendant ses études de sciences politiques à l’Université de Vilnius. En 2010, elle a obtenu un Master à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Son mémoire portait sur la vie littéraire yiddish en Lituanie entre les deux guerres. Depuis 2011, elle est doctorante en études germaniques dans la même université. Sa thèse explore les différents aspects du mouvement yiddishiste en Lituanie, Lettonie et Estonie entre 1918 et 1940.

Ada GRUDZINSKI est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “Retours réels et fantasmés de quatre écrivains polonais et juifs polonais en Pologne à partir de 1944 (T. Borowski, J.Tuwim, Z. Wygodzki, A. Watt)”, sous la co-direction de Malgorzata Smorag-Goldberg et Luba Jurgenson.

Sarah GRUSZKA (membre fondateur) est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne  depuis 2012, rattachée à l’UMR 8224 EUR’ORBEM. Après une double formation d’histoire (Maîtrise à Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialité “Russie contemporaine”) et de langue et civilisation russes (INALCO et Paris IV), elle consacre sa thèse aux journaux personnels qui ont été tenus pendant le siège de Leningrad (1941-1944). Elle est l’auteur d’articles et de notices interrogeant les enjeux mémoriels et terminologiques relatifs au blocus et à la guerre. Sa recherche porte en particulier sur la façon dont le stalinisme affectait les consciences et le langage, sur les mécanismes d’intériorisation et de déconstruction du discours officiel.

Ivona IACOB (Valérie BLANC) est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2017, son sujet de recherche porte sur “Diplomatie et prise de risques pour sauver des vies à Budapest 1944-1945, par Raoul Wallenberg diplomate Suédois et par d’autres diplomates Justes parmi les Nations”, sous la co-direction de Delphine Bechtel et Sylvain Briens.

Cristelle KOCZOROWSKI est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2019, son sujet de recherche porte sur “Oskar Rabine: être un artiste soviétique non-officiel”sous la direction de Galina Kabakova.

Erika KUKLIS est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2016, son sujet de recherche porte sur “L’exophonie dans la correspondance (1970-1976) du poète hongrois János Pilinszky”, sous la direction Xavier Galmiche.

Lana KUPIEC est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “Le shtetl, la révolution russe et la guerre civile dans la littérature juive de langue russe de 1917 à la Seconde guerre mondiale., sous la co-direction de Boris Czerny et Luba Jurgenson.

Dmitri LEYKIN est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2016, son sujet de recherche porte sur  “La réception des prédicateurs français du XVIIe siècle dans l’espace culturel russe (XVIIIe – XIXe siècles)”, sous la direction de Rodolphe Baudin.

Aikaterini LYKOUDI est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur  “Les lieux de culte des Tatares de Crimée et leur rôle dans la formation de l’identité nationale”, sous la direction d’Aleksandr Lavrov.

Marta MAJEWSKA est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2012, son sujet de recherche porte sur “Essai polonais : culture et politique”, sous la direction de Michel Maslowski.

Nenad MILOSAVLJEVIC  est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “L’introspection nationale dans la poésie serbe contemporaine”, sous la direction de Philippe Gelez.

Barhayot MIRPOLATOV  est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2015, son sujet de recherche porte sur “Les traductions des Discours de Jean-Jacques Rousseau dans la Russie du XVIIIe siècle”, sous la direction de Rodolphe Baudin.

Maria NOWAK est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne et Université de Varsovie depuis 2017, son sujet de recherche porte sur “L’héritage culturel européen dans l’œuvre du poète polonais Jacek Kaczmarski”, sous la direction d’ Agnieszka Grudzinska et en co-tutelle avec Ewa Paczoska, Université. de Varsovie.

Ivan ONOSOV est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2016, son sujet de recherche porte sur “Transcender le quotidien : le monde réel et son envers dans la littérature contemporaine française et russe ” sous la direction de Luba Jurgenson.

Raisa OSTAPENKO est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2015, son sujet de recherche porte sur “La résistance ukrainienne : le sauvetage des juifs pendant l’occupation allemande”, sous la direction d’ Alexandre Lavrov.

Karol PLATEK est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne et Université de Varsovie depuis 2017, son sujet de recherche porte sur “Réception polonaise de l’œuvre de Marcel Proust 1945-2017”, sous la direction de  Malgorzata Smorag-Goldberg et en co-tutelle avec Tomasz Wojcik (Université de Varsovie).

Nicolas PORTA (membre fondateur) est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), depuis 2012, inscrit en cotutelle de thèse à l’Université Eberhard Karls de Tübingen. Il est titulaire d’un Master recherche en Histoire contemporaine effectué à l’Université d’Aix-Marseille (2011) et d’un Master of Arts de l’Université de Tübingen (2012). Après avoir travaillé sur le programme économique et politique du Printemps de Prague, puis sur la revendication d’une identité propre à l’Europe centrale au temps de la Guerre froide, il poursuit ses recherches sur le thème de la définition d’une identité centrale européenne employant la méthode historique de “longue durée”. Sa thèse se concentre sur l’usage et les mésusages de l’Histoire dans les littératures contemporaines d’Europe centrale, et tente de saisir les enjeux actuels du discours “centre européen”. Invité à l’Université Charles de Prague, il effectue depuis septembre 2015 une année universitaire en République tchèque.

Eugène PRIADKO (membre fondateur) est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) depuis 2013. Titulaire d’un Master en Sciences historiques et philologiques de l’EPHE (École Pratique des Hautes Études), il travaille sur la tradition manuscrite du Domostroj (Домострой), manuel d’économie domestique russe datant du XVIe siècle. Sa recherche porte sur l’histoire de ce texte, qui est représenté par une quarantaine de copies s’étalant sur plus de deux siècles. Il s’intéresse non seulement à l’évolution historique du texte de l’œuvre à travers ses différentes versions, mais aussi à son rapport avec les changements socio-économiques et culturels majeurs qui caractérisent l’histoire russe des XVIe-XVIIIe siècles. Depuis 2016, il est membre de l’Institut d’études slaves.

Emanuele RE  est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne et à l’EHESS depuis 2016, son sujet de recherche porte sur « Performativité de l’écrit littéraire – Une étude sur l’homosexualité dans la littérature du début XXe siècle : l’exemple russe et français », sous la direction de  Dinah Ribard (EHESS) et en co-tutelle avec Luba Jurgenson.

Cécile ROUSSELET est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2014, son sujet de recherche porte sur “Les personnages féminins face à l’histoire et à la mémoire dans les romans yiddish et russe entre 1930 et 1980 (E. Kreitman, I. J. Singer, I. B. Singer, M. Kulbak, L. Tchoukovskaïa, A. Platonov, V. Grossman)”, en co-direction avec Carole Matheron (Univ. Sorbonne-Nouvelle) et Luba Jurgenson.

Eugenia SARAPINA est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2017, son sujet de recherche porte sur la ” Spatialisation de la mémoire et mémorisation de l’espace: en Ukraine (1870 à nos jours)” sous la direction de Delphine Bechtel.

Svetlana SKVORTSOVA  est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2015, son sujet de recherche porte sur “Pratique de la charité sur le marché de l’art contemporain par les ventes aux enchères” sous la direction de Marketa Theinardt.

Agnès THOMAS-MYARA est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2017, son sujet de recherche porte sur “Les Lemki du sud-est de la Pologne : expressions artistiques, discours et enjeux identitaires” sous la direction d’Agnieszka Grudzińska.

Maria TURGIEVA est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2018, son sujet de recherche porte sur “La mémoire individuelle et collective dans l’œuvre de Gaïto Gazdanov” sous la direction de Luba Jurgenson.

Alexey TURLOV est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2013, son sujet de recherche porte sur  “Innovations idéologiques et réformes ecclésiastiques du mouvement du renouveau (obnovlenčestvo) dans l’Église orthodoxe russe” sous la direction d’Aleksandr Lavrov.

Marlena WILCZAK est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne et Université de Varsovie depuis 2017, son sujet de recherche porte sur  “Écrits intimes et pratiques d’écriture d’Olga Boznańska (1865–1940) : sa période parisienne” sous la direction de Malgorzata Smorag-Goldberg et en co-tutelle avec Marek Troszynski (Université de Varsovie).

Julia (Talatchan) ZOTOVA est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne depuis 2015, son sujet de recherche porte sur “Les relations politiques et économiques russo-iraniennes depuis l’effondrement de l’URSS”, sous la direction d’Aleksandr Lavrov.