Séminaire commun Eur’orbem : séance du 7 novembre

Roman Krakovsky est historien, enseignant à l’Université de Genève. Spécialiste de l’Europe centrale et orientale, il a notamment publié Réinventer le monde. Le temps et l’espace en Tchécoslovaquie communiste (Publications de la Sorbonne, 2014), L’Europe centrale et orientale de 1918 à la chute du mur de Berlin (Armand Colin, 2017) et Le Populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde (Fayard, 2019). 

Trente ans après la chute du communisme, l’Europe centrale et orientale est devenue un des foyers des populismes européens qui proposent de réorganiser les sociétés selon les principes libéraux, en renforçant le rôle de l’État au détriment des contre-pouvoirs. Pour comprendre ce paradoxe, il faudrait replonger dans l’histoire, car le populisme n’est pas un phénomène nouveau dans cette partie de l’Europe. Cette approche de longue durée permet de souligner que le peuple a été souvent construit sans la démocratie et la modernisation réalisée sans le libéralisme. Au travers de l’histoire du populisme centre-est européen se dessine l’histoire d’une autre modernité, à distance de la démocratie libérale et du rôle téléologique qu’elle occupe dans les récits occidentaux.

Audrey Kichelewski est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg et membre junior de l’Institut universitaire de France (promotion 2019). Elle dirige la collection « Écrits de Femmes » aux Presses universitaires de Strasbourg et codirige depuis septembre 2019 la Revue d’histoire de la Shoah. Ses travaux portent sur l’histoire des Juifs polonais et de la mémoire de la Shoah, en France et en Pologne, par le biais des écrits produits par les rescapés ainsi que des sources judiciaires sur les criminels contre l’humanité jugés en Pologne jusqu’aux années 1970. Elle a publié de nombreux articles et le livre issu de sa thèse, Les Survivants. Les Juifs de Pologne depuis la Shoah, est paru chez Belin en 2018. Elle a également codirigé l’ouvrage collectif Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique, Paris, CNRS éditions, 2019.

« Entre justice, histoire et mémoire : les procès de criminels de guerre en Pologne populaire (1958-1989)”

Dans le sillage des procès d’Eichmann et ouest-allemands contre les criminels nazis, on observe à partir des années 1960 une recrudescence de l’activité judiciaire également à l’est du rideau de fer, notamment en Pologne, contre des collaborateurs nationaux des nazis. Moins connus que leurs homologues ouest-européens ou vus exclusivement sous le prisme de l’instrumentalisation politique, ils ont pourtant contribué à façonner les représentations de la Seconde guerre mondiale et permis au régime de se légitimer comme le metteur en scène d’une justice véritable. Il s’agira d’étudier ces procès dans leurs dimensions socioculturelle, symbolique, mémorielle et transnationale au regard des circulations entre Est et Ouest et au sein du bloc de l’Est des pratiques et des imaginaires de la justice.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.