Soutenance de Stéphanie Cirac

Al’fred Ljudvigovič Bem. De Saint-Pétersbourg à Prague : parcours d’un philologue russe en exil (1908-1945)

lundi 15 novembre 2021, à 14 heures, à l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris.

Le jury est composé de :

Mme Sophie Cœuré, professeure à l’Université Paris Panthéon-Sorbonne, rapporteuse.

Mme Catherine Depretto, professeure à Sorbonne Université, directrice de thèse.

Mme Luba Jurgenson, professeure à Sorbonne Université.

M. Xavier Galmiche, professeur à Sorbonne Université.

M. Michel Niqueux, professeur émérite de l’Université de Caen.

M. Miloš Zelenka, professeur à l’Université Masaryk de Brno, rapporteur.

Les travaux d’Al’fred Bem, notamment autour de l’œuvre de Dostoïevski, ont été redécouverts après des décennies de silence. Né en 1886 à Kiev, le philologue et historien de la littérature fut un acteur notable de la scène scientifique russe à l’aube de la révolution, avant de devenir un savant en exil. Ce passage, son contexte et la façon dont il a marqué le parcours de Bem, est au cœur de notre recherche. Doit-on y voir une rupture ? Les révolutions de Février puis d’Octobre, la guerre civile sont venues infléchir la trajectoire du jeune savant avant de mener à son exil. Kiev, Petrograd, Varsovie, Prague : son parcours porte aussi la marque des villes qu’il traverse. 

À Varsovie, Bem collabore au journal de Savinkov (Svoboda / Za Svobodu) ; à Prague, il se fait connaître comme spécialiste de Dostoïevski, lecteur de russe à l’Université Charles, rejoint le Cercle linguistique. Son éloignement géographique des premiers cercles académiques où il s’est formé se répercute sur ses travaux qui évoluent, autour de nouveaux sujets mais aussi dans différents domaines et genres – articles de journaux ou scientifiques, essais, correspondance. La mise en perspective de ces écrits fait ressortir la façon dont ils s’enchâssent et se complètent. Ce faisant, elle permet de saisir l’évolution du parcours accidenté d’un savant ainsi que le réseau de connaissances et de collaborations qu’il traverse. Se dessine alors un espace scientifique, qui s’est déployé dans l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres, dans une discipline particulière, la slavistique.  

Retracer le parcours d’un philologue en exil, reliant histoires particulière et commune, évoquer les silences qui ont entouré ce parcours, c’est un moyen de revenir sur l’histoire de son milieu scientifique en exil, ou plus largement celle de la slavistique européenne. Il s’agit aussi de s’interroger sur ce qui peut faire récit dans ce parcours en observant comment, dans la biographie intellectuelle d’un savant, s’articulent différentes dimensions – personnelle, scientifique et politique. 

Mots-clés : slavistique ; histoire des sciences ; Al’fred Bem ; Académie des sciences de Russie ; Université Charles ; Université allemande de Prague ; bibliothèques ; révolution ; exil ; Russie de l’étranger ; littérature russe ; littérature et psychanalyse ; formalisme ; cercle linguistique de Prague ; Dostoïevski ; Tolstoï ; Pouchkine ; littérature de l’exil


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.