Séminaire doctoral  « Les périphéries dans les arts et les littératures : langues, personnages et espaces »

labos junior Élans, ERjilS, Passage, Sorbonne Université, ED 020

Organisé par Virginie Adam, Naïma Berkane, Nicola Brarda et Laura Maver

Centre Malesherbes


18/11/2021


La représentation des espaces périphériques dans la littérature et dans les arts


Séance animée par Lana Kupiec, Passage :

   Pour notre première séance sur le concept de périphérie, nous allons explorer les espaces périphériques dans la littérature et les arts. Commencer notre cycle de séminaires en abordant la périphérie, qui est d’abord un concept spatial, du point de vue géographique nous permettra de déboucher sur des concepts et problématisations fécondes pour les autres séances de notre cycle.

– Réfléchir à la périphérie nous conduira à interroger des concepts connexes : la frontière, la marge, le centre, l’idée de littératures ou pratiques artistiques dites mineures dans la littérature mondiale.

– La périphérie se définit avant tout par rapport à un centre, dans un rapport de hiérarchie entre le centre, qui est en général unique, et les périphéries, qui peuvent être multiples.

– Ce binôme centre / périphérie peut se jouer à plusieurs échelles : à l’échelle d’une ville (ville/ banlieues), à l’intérieur d’une région, dans un pays (capitale/province), ou à l’échelle du monde (l’Occident et l’Europe faisant traditionnellement figure de centre).

   Nous nous interrogerons sur les rapports entre l’Europe de l’Ouest et les « autres » Europes « périphériques », la place des littératures venues de ces régions « excentrées » en Europe sur lesquelles nous nous penchons dans nos laboratoires respectifs.

– Ainsi, on peut s’intéresser à la représentation des espaces périphériques de différentes manières :
→la représentation des périphéries du point de vue du centre ; les périphéries comme « ailleurs », contrepoints au centre, qui permettent de définir le e centre.
→ la représentation des périphéries du point de vue des périphéries elles-mêmes ; recentrer les périphéries dans l’œuvre d’art, voir comment les périphéries peuvent être elles-mêmes le centre de cultures marginalisées ou considérées comme mineures par rapport au centre.
→ Au sein de la littérature mondiale, littératures ou pratiques artistiques dites « mineures », elles-mêmes périphériques (exemple : dans les littératures scandinaves ou d’Europe de l’Est, périphériques en Europe ; au sein de l’Empire russe ou de l’Empire austro-hongrois, les littératures produites par des membres des communautés dominées ; au sein des Empires coloniaux, les littératures produites par les peuples colonisés).

   Afin de réfléchir à ces questions, seront particulièrement éclairantes les théories qui, depuis les années 1970, remettent en cause cette hiérarchisation du binôme centre / périphérie : les études post-coloniales, la pensée rhizomatique de Deleuze et Guattari, ou la pensée de la relation et le « Tout-Monde » d’Édouard Glissant, qui mettent en avant les idées de réseaux, de connexions multiples et de mouvements entre les espaces.

 

Raphaël Jamet, Élans
Titre de la communication : « Penser et créer la périphérie comme espace : études de cas de quelques groupes autour d’Asger Jorn (1914-1973) »

   A travers trois cas significatifs tirés des groupes, des œuvres et des écrits d’Asger Jorn, artiste danois du XXe siècle (Cobra, l’Institut Scandinave de Vandalisme Comparé et la stratégie éditoriale de l’artiste), nous traverserons les différents enjeux, rapports de force et tensions qui existent lorsque l’on considère les cultures, les langues et les pays dans leurs rapports spatiaux entre centre et périphérie. Comment concilier avant-garde cosmopolite, valorisation de sa propre culture sans verser dans le nationalisme et langue peu courante.

Agnès Thomas-Myara, Passage
Titre de la communication : « La notion de périphérie à travers les églises en bois (cerkiew) et les icônes du sud-est de la Pologne, en pays łemki (Łemkowszczyzna) »

   Cette communication sera l’occasion de présenter la notion de périphérie à travers l’exemple de la minorité łemki (sujet de mon travail de recherche). Nous découvrirons cette notion par le prisme des églises en bois orientales et des icônes, parties intégrantes de l’identité de cette minorité et aussi témoin du brassage historique qui l’a traversée.

Nicola Brarda, ERjilS
Titre de la communication : « Imaginer et figurer la périphérie, du texte à l’image : la périphérie italienne de Non ho mai avuto la mia età d’Antonio Dikele Distefano à la série Zero »

   Le parcours d’Antonio Dikele Distefano commence comme un phénomène littéraire : celui d’un jeune auteur passé de l’autopublication à la maison Mondadori et dont les romans, centrés sur le vécu difficile d’italiens de deuxième génération et adressés à un public adolescent, figurent au sommet des ventes en Italie depuis 2015. Un parcours d’autant plus insolite si l’on considère les fortes difficultés des premiers auteurs dits de deuxième génération (Igiaba Scego, Jadelyn Mabiala Gangbo, Gabriella Kuruvilla) à s’insérer dans le marché éditorial italien vingt ans plus tôt, au début des années 2000.
   Depuis, l’écrivain est aussi devenu un acteur central de la scène rap italienne comme co-fondateur et directeur du magazine de musique urbaine Esse magazine, avant de lancer l’an dernier la série télévisée Zero (co-écrire avec Menotti) sur Netflix, inspirée librement de son roman Non ho mai avuto la mia età publié en 2018.
Pourtant, l’écart entre ce roman qui raconte l’histoire d’un jeune italien d’origine angolaise surnommé “Zero”, sa vie dans un quartier périphérique de Ravenne et son expérience du racisme en Italie, et la série du même nom située à Milan est considérable : comment expliquer un tel changement de décor, de ville, et d’appréhension de la ville ? C’est sur ces questions, et sur ce qu’elles impliquent quant à la création d’un imaginaire mainstream de la périphérie en Italie, que nous focaliserons notre intervention.

 

15/11/2021

Le personnage périphérique

 

Séance animée par Aida Čopra et Silvia de Min, ERjilS :

Cette séance abordera la notion de personnage périphérique dans le domaine de littérature et/ou de dramaturgie. La notion de personnage périphérique sera analysée à travers quelques questions fondamentales :

Le personnage :
Comment peut-on définir un personnage périphérique ?
Comment exprime-t-il la voix de la marginalité dans un assemblage des aspects biologiques, culturels et sociaux ?
Le personnage périphérique est-il un personnage « inapte » ?
Le personnage périphérique peut-il être ‘traditionnel’ ?

L’auteur :
Les personnages périphériques relèvent-ils de l’univers de leurs auteurs / dramaturges / metteurs en scène ?
Décrire/représenter un personnage périphérique signifie-t-il parler d’un auteur engagé ?

La perception du personnage :
De quelle manière le lecteur / le spectateur perçoit-il le personnage périphérique ?
Dans quelle mesure le personnage périphérique peut-il incarner un effet de distanciation compris dans l’optique de l’étrangisation de V. Sklovskij Comment l’art peut-il contribuer à la création d’une communauté consciente et active face à la réalité de la périphérie ?

 

Astrid Greve Kristensen, Passage
Titre de la communication : « Orphans: Wolf Children; Agents of Change? The Orphan as a Peripheral Character in the Fiction of Jáchym Topol (b. 1962) »

In my presentation I will be discussing the literary orphan as a peripheral character. We can consider the orphan as a peripheral character in several ways, as it is typically pushed to live in the margins both geographically and socially. The dissolution of family structure immediately sets the orphan apart both concretely and philosophically from the normative child,yet this dissolution may carry with it positives as well as the expected negatives. The child’s point of view in fiction is frequently considered estranging for an adult reader, but the orphan pushes this even further, as the orphan is often through their marginalization also forced into situations that are not common or normative for children. This marginalization creates a displacement where the point of view of an orphan narrator often has an effect a la Sklovskij’s notion of estrangement. However, I will also show that through my research of contemporary Czech fiction, notably the novels of Jáchym Topol, we can see the orphan as a character of liminality that is filled with the potential of transformation and subversion of myths, traditions, and restrictive considerations on heritage. After a general discussion of the orphan as a potential peripheral (yet classic!) character, I will showcase the commingling of modern history, fairy tales, forest landscapes and other mystical/magical notions that in fact charges the orphan with great transformative power.

 

Alessandra Ballotti, Élans
Titre de la communication : « Les héros périphériques du Nord en circulation culturelle »


(Séance supplémentaire le 13/12/2021)

Claudia Dell’Uomo D’Arme, ERjilS
Titre de la communication : « Le corps-frontière de MDLSX: queering l’absence sur scène »

La troupe italienne de Motus, active depuis une vingtaine d’années sur les plateaux européens et internationaux, atteint une importante évolution dramaturgique lorsqu’elle présente en 2015 le projet de MDLSX. Au fil des derniers cinq ans, cette pièce a conquis l’intérêt du milieu théâtral expérimental, surtout en ce qui concerne les rapports entre la représentation du réel sur scène et les études de genre au sens large. Le texte, le décor, les mouvements de la « machinerie corporelle » de MDLSX ont été conçus à partir d’une adaptation très originale de différentes sources littéraires, philosophiques, musicales ; entre autres, le groupe de Motus s’approprie d’extraits du roman de J. Eugenides Middlesex, de morceaux rock-punk de Yeah YeahYeahs, Radiohead, Placebo, ou encore de concepts issus des théories féministes tels que le sujet nomade de R. Braidotti, la vulnérabilité inter-subjective de J. Butler, l’hybridation cyborg de D. Haraway ainsi que la désidentification de P. B. Preciado.
La pièce de MDLSX, entièrement construite sur, et pour, le corps de l’actrice Silvia Calderoni, vise à de-construire tout discours héteronormatif qui semble pétrifier le-s sujet-s contemporains « dans une immobilité sémantique ». Par une voix de dénonciation liant le politique aux statuts identitaires actuel.le.s, Calderoni éviscère et queer la sexualité binaire alors qu’elle incarne à la fois la jouissance et l’incommunicabilité vécues par les sujets intersexués.
Grâce au récit intime de Calderoni, la pièce de Motus fait face, in medias res, à la problématique de l’invisibilité, du silence, voire de l’absence de certaines catégories épistémologiques au sein des nos structures relationnelles, parmi les individu.e.s. Sur le plateau, la traversée biographique de « Silvia l’androgyne», se déclenche à partir de ce vide, de ce creux oscillant entre les lieux politiques et les liaisons affectives.
Motus arrive à transformer cette absence – si lourde et si « inascoltata », en organisme évolutif, multiple et pluriel qui dit, avec les pièces d’un corpus dé-membré, une figuration autre, et autrement exprimée, de la condition humaine.
Effectivement, l’actrice anime toute seule l’espace du jeu tandis qu’elle performe un monologue activant une parole hybride, composée par plusieurs dispositifs de utterance ; des platines de DJ aux pulvérisations de peinture, du système vidéo aux installations poly-matière, le langage de MDLSX se fait manifeste d’un flux de conscience actualisé à l’heure des années 0.
Avec cette communication, on vise à questionner les aspects esthétiques qui, à travers le geste théorique deMotus dont Calderoni interprète la parole idéologique, évoquent dans l’espace-théâtre la souffrance, le travail, la lutte d’une communauté nouvelle. Ce nouveau corps collectif, réfracté par les questions d’ordre socio-idéntitaires les plus actuelles, se veut exposition troublante, et troublée, de corps polyphoniques morcelé.e.s et situé.e.s., habitant le paradoxe d’une im-matérialité du vivant.

 

29/11/2021


Traductions, circulation des textes et transferts culturels

 

Séance animée par Virginie Adam, Élans


Laura Maver, ERjilS
Titre de la communication : « La traduction transféministe: décentrer le regard sur le straight. Traduire La Gaia critica de Mario Mieli. »


Lola Sinoimeri, Passage
Titre de la communication :  « L’albanais et l’italien dans l’œuvre de l’écrivaine Elvira Dones »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.