Ateliers du labo junior 2020/2021

animés par Naïma Berkane

 

27/01/2021

Sonia Gavory, Sorbonne Université
Titre de la communication : La Mouette d’Antoine Vitez : une mise en scène inscrite dans sa traduction

I. Traduire et mettre en scène La Mouette : Un retour à la précision, pour chasser « les brumes du Nord »
II. L’oeil de l’entomologiste


17/02/2021

Ivona Valeria Iacob Blanc, Sorbonne Université
Titre de la communication : Histoire biographique des femmes de diplomates en Hongrie à la fin de la Seconde Guerre mondiale

Aida Čopra, Sorbonne Université
Résumé : La redécouverte et de la réutilisation de la dramaturgie de la Commedia dell’Arte dans le théâtre contemporain des pays slaves

La séance se déroulera en trois parties

1. Au premier lieu nous présenterons, sur l’exemple des approches de Meyerhold, le travail des grands metteurs en scène contemporains russes qui réfléchissent sur le théâtre du passé, sur la tradition de la Commedia dell’Arte, pour trouver un nouveau théâtre du présent. Meyerhold s’intéresse surtout au travail de Craig, son rapport avec la Commedia dell’Arte et le concept de sa Uber-Marionette pour poser les bases de son « théâtre conventionnel ».

2. Au deuxième lieu nous nous concentrerons sur le travail de Pavel Rouba, mime polonais, qui débute sa carrière dans la compagnie d’Henrik Tomaszewski et pose les bases de l’école du mime polonais en synthétisant l’art du mime aux éléments de danse classique et moderne. Les principes de la pédagogie de Tomaszewski sont ainsi à la base de la pédagogie de Rouba, qui, dans les années 80, fait partie de l’équipe de collaborateurs de Carlo Boso, metteur en scène et pédagogue italien qui dédie toute sa vie à la découverte de la Commedia dell’Arte.

3. Au troisième lieu nous présenterons les liens qui unissent notre recherche aux différentes expériences liées au théâtre contemporain des pays de l’ex-Yougoslavie, en particulier la perception du théâtre de Sarajevo pendant la guerre à travers le travail de Pippo Delbono.

1/04/2021

Michèle Fornhoff-Levitt, ULB, Sorbonne Université
Résumé : Le théâtre yiddish de l’entre-deux-guerres en Occident: explorationd’une identité nomade

Résumé : Émergeant tardivement à la fin du 19e siècle, le théâtre yiddish « moderne » connaît son heure de gloire à l’époque mouvementée de l’entre-deux-guerres. D’abord apparu en Europe centrale et orientale sous la plume d’une multitude d’auteurs aux prises avec un Yiddishland imaginaire, il gagne l’Ouest à travers les représentations de troupes itinérantes ou locales venues y évoquer un passé séculaire ou plus récent devant un public d’immigrés juifs désireux de retrouver leurs racines ou la mémoire nostalgique d’une culture abandonnée de force. Malgré ce développement anachronique du théâtre yiddish professionnel et l’absence d’une tradition théâtrale « classique », le Juif, par son aptitude à l’autodistanciation, semble maîtriser l’instinct du jeu, et partant, la « théâtralisation » de sa propre identité, ancrée dans le rite ancestral du Purimshpil.
Ma thèse doctorale en cours d’élaboration cherche à sonder cette judéité « théâtrale » telle qu’elle est vécue (acteurs) et perçue (publics) en Occident à travers « l’incarnation » scénique de la yidishkayt dont le visage mémoriel d’un passé diasporique cherche à façonner de manière à la fois intro- et extrospective et avec une conscience lucide et incisive de la comédie humaine, le comportement et la place du Juif dans le monde moderne.

Mots-clés : théâtre, jeu, yiddish, judéité, identité.


Lola Sinoimeri, Paris 8, Sorbonne Université
Résumé : Dashuri e huaj [Amour étranger] d’Elvira Dones – Un parcours migratoire au prisme du genre

Dashuri e huaj [Amour étranger] est le premier roman d’Elvira Dones, paru en 1997 : qualifié par l’autrice elle-même de « profondément autobiographique », il retrace le parcours d’exil à la fin des années 1980 de Klea, double de Dones, de l’Albanie communiste à la Suisse italienne.
Il s’agira de voir, durant cette courte présentation, en quoi le parcours migratoire est indissociable d’un bouleversement des rapports sociaux de genre : l’autrice s’emploie dans une grande partie du roman à décrire le climat social totalitaire et patriarcal qui règne dans son pays d’origine et qui l’atteint tout particulièrement, du fait de son statut transgressif et dérangeant de mère divorcée et célibataire. Si l’exil peut être interprété au premier abord comme une forme d’émancipation des normes de genre en vigueur en Albanie communiste, on constate que la réalité est plus complexe et que l’exil implique plutôt une réorganisation des rapports du personnage féminin à ces normes : le stigmate de la traîtresse à la nation est intériorisé par Klea, qui devient dépendante d’un autre homme et subit la violence symbolique et économique en tant que réfugiée albanaise en Suisse. La mise en récit de cet exil constitue alors l’élaboration littéraire d’un point de vue féminin qui outrepasse les frontières et qui, loin de confronter schématiquement deux régimes de genre (le monde « balkanique » et le monde « occidental »), propose une analyse nuancée du parcours d’une femme albanaise immigrée en Europe de l’ouest.

Ada Grudzinski, Sorbonne Université
Titre de la communication : La recherche documentaire : entre méthode scientifique et pratique du cinéma documentaire


5/05/2021

Astrid Greve Kristensen, Sorbonne University
Abstract: The Orphan as Other

In my presentation I aim to demonstrate different ways we can understand the orphan as an ‘Other’. Two different spheres of the orphan are combined, the historial and the literary, in order to show how these interact and affect each other. I combine the field of childhood studies, literature and the philosophical notions of Julia Kristeva in an attempt to access a mythological aspect of childhood, and show how this may in fact be hypercharged when the child is an orphan. This presentation is a first attempt for me as a researcher to distill some foundational thoughts on how the orphan may be read or understood as a character, and a reflection on why orphans enjoy such popularity in fiction. I explore in what ways the cultural understanding of the ‘child’ is a major factor in this popularity. The orphan becomes an Other to us, both because the child is an Other to the adult, and the orphan is an Other to the ‘normative’ child who has parents. The nuclear family typically is the closest unit of control in a child’s life. As such, there exists a certain combination of liberation and loss in the orphan character, creating a tension that is conducive to telling stories of fantasy and adventure. However, historical tragedies such as wars or epidemics also produce a larger number of real-life orphans, which in turn produces more orphan narratives of a less fantastical nature. In my presentation I attempt to distill all of these points. At the end, I make use of the theories to do a preliminary reading of one of my objects of study, the novel Noční práce (2001) by Jáchym Topol.

Marcin Gołąb, University of Warsaw
Abstract: Child and childhood in postwar Poland (1944-1956)

In my project, I describe the situation of children in Poland immediately after the Second World War combining two perspectives. One perspective is the perspective of institutions that are interested in childcare and child-rearing and the second one is a perspective of a child. In the first case, I aim to see adult practices regarding children, connected to the possible definitions of ‘childhood’. In the second case, I want to better understand what children’s experiences, thoughts, and emotions were and to recognize children’s self-knowledge. In my research, I use sources traditionally used in cultural history, for example, official documents (reports, agendas, financial statements), press, handbooks, iconography (photos, movies, posters), but also children’s creations from that period, which are in humanities known as ‘personal documents’: letters, postcards, diaries, notebooks with notes, school essays, and drawings. In my presentation, I analyze three case studies from my project. First, I explain how childhood studies are connected with children’s rights, especially the Convention on the Rights of the Child from 1989, and why it matters to my research. Second, I take a closer look at the involvement of Polish children in collecting the Colorado beetle after the II World War to consider issues of juvenile labor, social engagement, and rural childhood conditions. Third, on the example of school essays on the end of the war, I reflect on the possibility of using children’s creations as sources, the role of school education in their construction, and their content. In conclusion, I address to the audience questions on issues that are important to my project.

 

26/05/2021


Lorène Ehrmann, Sorbonne Université
Résumé : L’adaptation des textes non dramatiques russes sur les scènes françaises dans la période post-soviétique
« Aujourd’hui, les grands écrivains du XXe siècle choisissent le roman de préférence au théâtre, comme s’ils voulaient embrasser, au moyen de cette forme, un monde qui les dépasse et qui devient sans cesse plus énorme. C’est pour cette raison que j’ai choisi « principe-parasite » afin de mener en quelque sorte, une vie en symbiose avec la littérature. Il existe des couples d’animaux qui vivent ainsi en symbiose permanente, chaque partie donnant quelque chose à l’autre. »
C’est ainsi que Krystian Lupa expliquait en 1999, lors d’un entretien avec Michel Archimbaud, l’un des principes fondateurs de son esthétique : l’adaptation.
Ce grand metteur en scène polonais construit depuis les années 80 un rapport symbiotique notamment avec la littérature russe et germanique. Son adaptation des Frères Karamazov de Dostoïevski et celle du Maître et Marguerite de Boulgakov ont été jouées en France. Le public français a également pu voir ces œuvres sous le prisme – ô combien différent – de l’Allemand Frank Castorf. Au cours des trente dernières années, ces monuments de la littérature russe lui ont également été proposées par des metteurs en scènes français (Jean Bellorini, Sylvain Creuzevault…), britanniques (Simon McBurney), lituaniens (Oskaras Korsunovas), bulgares (Stefan Moskov)… Chaque adaptation se fondant sur des principes esthétiques et philosophiques des plus variés. Outre les œuvres narratives, les scènes françaises ont également vu fleurir des adaptations d’œuvres d’auteurs de la sphère russophone à caractère sociologique ou documentaire (Svetlana Alexievitch…), poétique (Marina Tsvetaïeva, Vladimir Maïakovski…), autobiographique (Nijinski…), cinématographique (Tarkovski…)…
En étudiant la présence de ces adaptations dans le paysage théâtral français au cours de ces trente dernières années, nous nous proposons de comprendre l’influence et l’actualité des lettres russes et russophones sur le théâtre français : cette présence est-elle constante sur la période étudiée ou peut-on observer des variations notables, qu’offrent les matériaux choisis de spécifique à la réflexion des metteurs en scène, quel accueil le public réserve-t-il à ces œuvres et a-t-il des attentes particulières ? Par ailleurs, peut-on parler d’un dialogue actualisé ? La variété des œuvres adaptées et des points de vues proposés permet-elle d’aiguiser une curiosité pour les évolutions, les idées et les formes actuelles du monde russophone ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.