École d’été en Russie (24-26 août 2015)

Chaque année, le Centre d’études franco-russe organise une école d’été. Le but est de proposer à de jeunes chercheurs ou doctorants de réfléchir autour d’un thème commun, de confronter leurs approches, de faire part de leurs difficultés d’interprétation au cours de discussions stimulantes enrichies par les interventions critiques de chercheurs spécialistes.

En 2015, organisée en partenariat avec l’EHESS, l’Université de Strasbourg, le Labex Tepsis et la Haute École d’Économie de Moscou, l’école d’été a eu lieu du 24 au 26 août. Après s’être tenue dans des lieux aussi divers que Smolensk, Rostov-sur-le-Don, Carélie, Bachkirie, ou encore sur une île du lac Baïkal, elle a cette fois accueilli les participants à Moscou, dans les locaux de la dynamique Haute École d’Économie. Le thème était « À la première personne. Écritures de soi de l’Antiquité à l’époque contemporaine », favorisant les approches interdisciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire, littérature, philosophie, etc.). Les langues de travail étaient l’anglais et le français.

Pour ma part, dans le cadre de la session intitulée « Le personnel et le commun : jeux de pouvoir », j’ai proposé d’aborder les journaux personnels du siège de Leningrad comme un « lieu de rencontre entre voix de l’intime et voix du pouvoir ». Ce fut une expérience enrichissante à plusieurs égards. Tout d’abord, ces trois jours d’échanges ont été l’occasion de rencontrer des chercheurs travaillant sur des aires géographiques différentes, issus de disciplines variées, ce qui en soi constituait un apport incontestable. Ensuite, d’un point de vue plus personnel, les remarques qu’a suscitées ma présentation se sont avérées particulièrement constructives pour l’affinement de mon analyse (je remercie tout spécialement Larissa Zakharova et Alain Blum, chercheurs à l’EHESS).

Pour en savoir plus sur l’argumentaire de l’école d’été, voir l’appel à communications : http://www.afr-russe.fr/spip.php?article4009

Pour voir le programme détaillé de l’école d’été, voir sur le site du CEFR : http://www.centre-fr.net/events/494/

Pour un compte-rendu de l’école d’été (en russe) et quelques photographies : http://www.hse.ru/news/edu/157370496.html.

Appel à contributions

Le présent appel à contributions s’adresse aux doctorants qui souhaitent intervenir dans le cadre du Séminaire pratique de traduction.

Les contributions doivent s’inscrire dans le cadre défini par les axes proposés dans la présentation générale du Séminaire. Plusieurs types d’intervention peuvent être envisagés : une étude de cas concret (traduction commentée, étude comparée de traductions d’un texte, etc.), un exposé portant sur une thématique plus générale (histoire des traductions d’une œuvre, etc.) ou encore une présentation de publications récentes (ouvrage théorique, nouvelles traductions, etc.).

La durée des séances prévue étant de 1h30, le temps de parole des intervenants sera limitée à 30 min. Chaque exposé sera suivi d’un quart d’heure de discussion. Le calendrier provisoire des séances peut être trouvé dans la présentation générale du Séminaire.

Les candidats sont invités à envoyer leurs propositions avant le 5 octobre 2015 à l’adresse suivante : eugenepriadko@gmail.com.

Séminaire pratique de traduction

Le Séminaire pratique de traduction est un projet né au sein du Laboratoire Junior « Passage » (UMR 8224 Eur’ORBEM). Initiative des doctorants dont les travaux portent sur l’Europe orientale, balkanique et médiane, le Séminaire représente une tentative de réunir les doctorants de l’ED IV issus des spécialités les plus diverses.

Le thème commun proposé est celui de la traduction. Étant donné la spécialisation générale de l’ED IV, ce choix s’imposait de lui-même. En effet, nous travaillons tous sur des sociétés, des cultures et des littératures étrangères et, de ce fait, l’exercice de la traduction est pour nous sinon quotidien, du moins inévitable. Sans en être des spécialistes, nous en avons la pratique.

Cette pratique présente une grande variété de cas. À la diversité des aires géographiques se rajoute celle des domaines d’étude. Entre l’histoire et la littérature, les sources n’ont pas toujours la même nature. Par ailleurs, les textes littéraires et les documents historiques se divisent à leur tour en un grand nombre de genres et de types.

Face à une telle abondance, plusieurs questions se posent, par exemple : existe-t-il une différence fondamentale entre la traduction d’un texte littéraire et celle d’un document historique ? faut-il aborder différemment la traduction des textes/documents anciens et modernes ?

Le Séminaire se propose d’aborder ces questionnements à partir de l’étude de cas concrets auxquels nous sommes confrontés dans nos recherches. Les séances pourront s’organiser autour des présentations commentées de traductions de textes/documents, préparées par l’intervenant ou déjà existantes. Le but est de mettre en lumière les particularités et les difficultés que présente la traduction en question, qu’elles soient liées à la nature, au contenu ou à la langue du texte original. Il pourra également s’agir d’un exposé plus synthétique embrassant des problématiques plus générales. Dans tous les cas de figure, que le public maîtrise ou non la langue étrangère en jeu, on pourra formuler des observations pratiques et/ou théoriques qui pourront aider chacun à enrichir et à affiner sa pratique de traduction.

Les axes suivants sont proposés à titre indicatif :

  • Genres littéraires et leur traduction
  • Traduction de documents historiques
  • L’antique, le médiéval et le moderne
  • Histoire des traductions et des éditions
  • Présentation de parutions récentes

Les séances, dont la durée sera fixée à 1h30, pourront accueillir deux interventions d’une demi-heure chacune, suivies à chaque fois d’un quart d’heure de discussion. La première séance du Séminaire, qui sera dédiée à la présentation de celui-ci et à l’exposition de quelques cas d’étude illustrant les problématiques envisagées plus haut, est prévue le 15 octobre 2015. Les autres séances auront lieu le 17/12/15, le 18/02/16, le 14/04/16* et le 12/05/16. D’autres dates pourront être envisagées en fonction du nombre de contributions proposées.

*La séance du 14/04/16 a été avancée au lundi 11 avril.

Contact: Eugène Priadko (eugenepriadko@gmail.com)

« Passage »

Le laboratoire junior de l’UMR Eur’ORBEM 8224 s’intéresse aux cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane. Entre doctorants, nous poursuivons le travail de recherche fondamentale sur les cultures et expressions des pays d’Europe Centrale, orientale et balkanique (histoire, histoire culturelle, littérature, arts et civilisation), dans les différentes aires culturelles. Le laboratoire est aussi transdisciplinaire, puisqu’il réunit littéraires, civilisationnistes et historiens. L’objectif du Laboratoire Junior « Passage » est de proposer une plate-forme de réflexion à tous les doctorants de l’UMR Eur’ORBEM, dans un but de valorisation de la recherche scientifique, afin que l’expérience du doctorat se déroule dans un contexte de curiosité intellectuelle toujours renouvelée.