Doctorants membres

Natalia Chumarova est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), rattachée à l’UMR 8224 EUR’ORBEM, depuis 2013. Elle est diplômée en Mathématique appliquée et programmation de (Université d’État de Saint-Pétersbourg, 2005) et en Littérature et civilisation russes (Université Paris-Sorbonne, 2013). Son champ de recherche est la littérature de science-fiction soviétique durant le Dégel khrouchtchevien. Son travail de thèse se concentre sur l’œuvre d’Ivan Efremov, une des figures majeures de la science-fiction russe de cette période. Elle s’intéresse à la question de la création des univers imaginaires et notamment au rôle de l’histoire et de l’historiographie des sociétés fictives dans ce processus. À travers cette investigation, elle s’interroge sur la position critique que détenait la science-fiction sur la scène littéraire soviétique. Participante active aux colloques consacrés à la littérature de l’imaginaire, elle est l’auteur de plusieurs articles consacrés à l’œuvre d’Ivan Efremov. Depuis 2015, elle est membre du CERLI (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire) et de Stella Incognita, une association pour la promotion et le développement de la recherche sur la science-fiction. Depuis 2016, elle est membre de l’Institut d’études slaves.

Claire Delaunay est née en 1990 à Paris. Depuis 2013, elle est doctorante contractuelle en littérature russe à l’Université Paris-Sorbonne où elle assure une charge d’enseignement. Sa thèse, qu’elle rédige sous la direction de Luba Jurgenson, porte sur l’écriture de l’angoisse dans l’œuvre de Léon Tolstoï, auteur auquel étaient déjà consacrés ses travaux de M1 et M2. Elle est membre de l’Association des Amis de Léon Tolstoï, ainsi que de l’Institut d’études slaves. Elle est également, avec Jean Boutan, représentante des doctorants au conseil de l’UMR Eur’Orbem.

Laura-Jane Duquesney, née en 1992 à Coutances (Normandie), a obtenu sa Licence de russe et son Master de civilisation russe à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Depuis 2015, elle est doctorante contractuelle en Études slaves dans la même université. Sa thèse explore les différentes problématiques qui s’articulent autour des frontières de la République de Moldavie (moldavo-roumaine, moldavo-ukrainienne et moldavo-transnistrienne) depuis son indépendance en 1991.

Akvilė Grigoravičiūtė, née en 1986 à Vilnius (Lituanie), s’est intéressée à la langue yiddish pendant ses études de sciences politiques à l’Université de Vilnius. En 2010, elle a obtenu un Master à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Son mémoire portait sur la vie littéraire yiddish en Lituanie entre les deux guerres. Depuis 2011, elle est doctorante en études germaniques dans la même université. Sa thèse explore les différents aspects du mouvement yiddishiste en Lituanie, Lettonie et Estonie entre 1918 et 1940.

Sarah Gruszka est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), rattachée à l’UMR 8224 EUR’ORBEM. Après une double formation d’histoire (Maîtrise à Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialité « Russie contemporaine ») et de langue et civilisation russes (INALCO et Paris IV), elle consacre sa thèse aux journaux personnels qui ont été tenus pendant le siège de Leningrad (1941-1944). Elle est l’auteur d’articles et de notices interrogeant les enjeux mémoriels et terminologiques relatifs au blocus et à la guerre. Sa recherche porte en particulier sur la façon dont le stalinisme affectait les consciences et le langage, sur les mécanismes d’intériorisation et de déconstruction du discours officiel.

Nicolas Porta est, depuis 2012, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), inscrit en cotutelle de thèse à l’Université Eberhard Karls de Tübingen. Il est titulaire d’un Master recherche en Histoire contemporaine effectué à l’Université d’Aix-Marseille (2011) et d’un Master of Arts de l’Université de Tübingen (2012). Après avoir travaillé sur le programme économique et politique du Printemps de Prague, puis sur la revendication d’une identité propre à l’Europe centrale au temps de la Guerre froide, il poursuit ses recherches sur le thème de la définition d’une identité centrale européenne employant la méthode historique de « longue durée ». Sa thèse se concentre sur l’usage et les mésusages de l’Histoire dans les littératures contemporaines d’Europe centrale, et tente de saisir les enjeux actuels du discours « centre européen ». Invité à l’Université Charles de Prague, il effectue depuis septembre 2015 une année universitaire en République tchèque.

Eugène Priadko est doctorant à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) depuis 2013. Titulaire d’un Master en Sciences historiques et philologiques de l’EPHE (École Pratique des Hautes Études), il travaille sur la tradition manuscrite du Domostroj (Домострой), manuel d’économie domestique russe datant du XVIe siècle. Sa recherche porte sur l’histoire de ce texte, qui est représenté par une quarantaine de copies s’étalant sur plus de deux siècles. Il s’intéresse non seulement à l’évolution historique du texte de l’œuvre à travers ses différentes versions, mais aussi à son rapport avec les changements socio-économiques et culturels majeurs qui caractérisent l’histoire russe des XVIe-XVIIIe siècles. Depuis 2016, il est membre de l’Institut d’études slaves.